COMITE VALMY

Accueil du site > - GEOPOLITIQUE > Poutine et Xi supplantent le G6 + 1 Par PEPE ESCOBAR

Poutine et Xi supplantent le G6 + 1
Par PEPE ESCOBAR

lundi 11 juin 2018, par Comité Valmy


Poutine et Xi supplantent le G6 + 1

L’enfer s’est déchaîné au G6 + 1, alias G7, tandis que l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) dirigée par la Chine visait l’intégration mondiale et un ordre multipolaire pacifique

Est contre Ouest : le contraste entre les « deux sommets rivaux » ce week-end a été quelque chose d’énorme pour les livres d’histoire.

L’enfer s’est déchaîné au G6+1, aussi connu sous le nom de G7, à La Malbaie, au Canada, alors que tous se concentraient sur la divine intégration eurasienne au sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Qingdao dans le Shandong en Chine, la province natale de Confucius.

Le président américain Donald Trump était la vedette prévisible du spectacle au Canada. Il est arrivé en retard. Il est parti tôt. Il a sauté un petit-déjeuner de travail. Il n’était pas d’accord avec tout le monde. Il a publié une « proclamation de libre-échange », sans barrières ni tarifs douaniers partout, après avoir imposé des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium à l’Europe et au Canada. Il a proposé que la Russie soit de retour au G8 (M. Poutine a dit qu’il avait d’autres priorités). Il a signé le communiqué final, puis il s’est rétracté.

L’attitude « Je m’en fous » de Trump a rendu fous les dirigeants européens réunis au Canada. Après la séance photo officielle, le président américain s’est emparé du bras du nouveau Premier ministre italien Giuseppe Conte et a déclaré, en extase, « Vous avez eu une grande victoire électorale ! »

Les Euros n’étaient pas contents et ont contraint Conte à respecter la politique officielle de l’UE, comme celle de la chancelière allemande Angela Merkel : pas de réadmission du G8 en Russie tant que Moscou ne respecte pas les accords de Minsk. En fait, c’est l’Ukraine qui ne respecte pas les accords de Minsk ; Trump et Conte sont totalement alignés sur la Russie.

Merkel, in extremis, a proposé un « mécanisme d’évaluation partagée », d’une durée d’environ deux semaines, pour tenter de désamorcer les tensions commerciales croissantes. Pourtant, l’administration de Trump ne semble pas être intéressée.

Changement de jeu « stratégique »

Pendant ce temps, à Qingdao, comme c’était prévisible, le président chinois Xi Jinping nous a régalé ; » Le président Poutine et moi-même pensons que le partenariat stratégique global Chine-Russie est mature, ferme et stable « .

C’est un énorme changement de jeu parce que, officiellement, jusqu’à présent, il s’agissait d’un « partenariat global ». C’est la première fois que Xi a mis l’accent sur le « stratégique ». Encore une fois, selon ses propres mots : « C’est la relation la plus élevée, la plus profonde et stratégiquement la plus importante entre les principaux pays du monde. »

Et comme si cela n’allait pas assez loin, c’est aussi personnel. Xi, se référant à Poutine et peut-être reprenant la bonhomie de Trump avec les leaders qu’il aime, a dit : « C’est mon meilleur ami, mon ami le plus intime ».

Les affaires lourdes, comme d’habitude, étaient de mise. La Chine s’est associée au géant russe de l’énergie nucléaire Rosatom pour obtenir des technologies nucléaires avancées et diversifier les contrats d’énergie nucléaire au-delà de ses fournisseurs occidentaux actuels. C’est la composante « stratégique » de l’alliance énergétique du partenariat.

Lors d’une réunion trilatérale entre la Russie, la Chine et la Mongolie, tous se sont engagés à aller de l’avant avec le Corridor économique Chine-Mongolie-Russie – l’un des éléments clés des Nouvelles Routes de la Soie, connu sous le nom de Belt and Road Initiative (BRI).

La Mongolie s’est à nouveau portée volontaire pour devenir une plaque tournante de transit du gaz russe vers la Chine, en diversifiant les gazoducs directs actuels de Gazprom à partir de Blagoveshchensk, Vladivostok et Altaï. Selon M. Poutine, le gazoduc Eastern Route se déroule comme prévu, tout comme l’usine de gaz naturel liquéfié (GNL) de Yamal, d’une valeur de 27 milliards de dollars américains, financée par des sociétés russes et chinoises.

Dans l’Arctique, Poutine et Xi sont allés jusqu’au bout pour développer la Route maritime du Nord, notamment en modernisant les ports en eau profonde tels que Mourmansk et Arkhangelsk, et en investissant dans l’infrastructure. Le cachet géopolitique ajouté ici est évident.

Poutine a déclaré la semaine dernière que le commerce annuel entre Moscou et Pékin atteindra bientôt 100 milliards de dollars américains. Actuellement, il s’élève à 86 milliards de dollars américains. Maintenant, les entreprises russes se risquent à envisager la possibilité d’atteindre 200 milliards de dollars d’ici 2020.

Toute cette frénésie d’activité est maintenant ouvertement décrite par Poutine comme l’interconnectivité de la BRI et de l’Union économique eurasienne (UEE) dirigée par la Russie. Sans compter que L’OCS elle-même s’interconnecte avec la BRI et l’UEE.

M.Poutine a déclaré à la chaîne de télévision chinoise CGTN que, bien que l’OCS ait commencé en tant qu’ »organisation à profil bas » [en 2001] qui cherchait simplement à « résoudre les problèmes frontaliers » entre la Chine, la Russie et les anciens pays soviétiques, elle est en train de devenir une force mondiale beaucoup plus grande.

Parallèlement, selon Yu Jianlong, secrétaire général de la Chambre de commerce international de Chine, l’OCS a maintenant rassemblé des forces collectives supplémentaires pour exploiter l’expansion de la BRI afin d’accroître les affaires à travers l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique.

Il n’est donc pas étonnant que les entreprises des pays membres de l’OCS soient désormais « encouragées » à utiliser leurs propres devises pour conclure des transactions, contourner le dollar américain et construire des plates-formes de commerce électronique de style Alibaba. Jusqu’à présent, Beijing a investi 84 milliards de dollars dans d’autres pays membres de l’OCS, principalement dans l’énergie, les minéraux, les transports (dont, par exemple, l’autoroute Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan), la construction et la fabrication.

Poutine a également rencontré le président iranien Hassan Rouhani en marge de l’OCS et a promis dans des termes non équivoques de préserver l’accord nucléaire iranien, connu sous le nom de JCPOA.

L’Iran est actuellement un pays observateur de l’OCS. Poutine a réaffirmé une fois de plus qu’il veut que Téhéran devienne un membre à part entière. La charte de l’OCS stipule que » le statut de partenaire de dialogue peut être accordé à un pays qui partage les objectifs et les principes de l’OCS et qui souhaite établir des relations fondées sur des relations égales et mutuellement profitables « .

L’Iran, en tant qu’observateur, remplit cet engagement. La clé de son entrée s’avère être le minuscule Tadjikistan.

Bienvenue dans la politique intérieure alambiquée des stans d’Asie centrale, en l’occurrence autour du président tadjik Emomali Rahmon, qui a accepté l’acquisition par l’Arabie Saoudite d’une participation de 51 % dans la plus grande banque du Tadjikistan. Personne d’autre n’en voulait ; Riyadh ne faisait qu’acheter de l’influence.

Tous les membres titulaires de l’OCS doivent être approuvés à l’unanimité. Pourtant, cela n’empêchera pas une plus grande intégration économique entre l’Iran, la Russie et la Chine. La discussion dans les couloirs de l’OCS était que les entreprises chinoises s’attendent à une bonanza supplémentaire sur le marché iranien après le retrait unilatéral de Trump de la JCPOA.

Derrière des portes closes, comme les diplomates l’ont dit à Asia Times, l’OCS a également discuté du plan crucial conçu par le Groupe de contact OCS-Afghanistan, un processus de paix à l’échelle de l’Asie avec la Russie, la Chine, l’Inde, le Pakistan, l’Iran et l’Afghanistan pour tenter de résoudre enfin la tragédie qui dure depuis des décennies sans interférence occidentale.

Alors que diriez-vous d’un G3 ?

Les « deux sommets rivaux » ont clairement mis le décor en place. La réunion du G7 à La Malbaie représentait l’ancien ordre dysfonctionnel, dilacéré par un chaos largement auto-infligé et son apoplexie due à la montée de l’Est – de l’intégration des BRI, UEE, OCS et BRICS, au marché à terme du pétrole adossé à l’or basé sur le yuan.

Contrairement à la doctrine de la supériorité militaire totale du G7, Qingdao représentait le nouveau groove. Implacablement méprisé par l’ancien ordre comme étant autocratique et rempli de « démocraties » axées sur l’ »agression », c’était en fait une illustration flagrante de la multipolarité au travail, l’intersection de quatre grandes civilisations, un Café eurasien débattant sur le fait qu’un autre futur conduit par un parti non guerrier est possible.

En parallèle, les diplomates de Bruxelles ont confirmé à Asia Times qu’il y a des rumeurs insistantes à propos de Trump qui rêverait d’un G3 composé uniquement des Etats-Unis, de la Russie et de la Chine. Trump, après tout, admire personnellement les qualités de leadership de Poutine et de Xi, tout en se moquant du labyrinthe bureaucratique kafkaïen de l’UE et de ses faiblesses, actuellement représenté par le M3 (Merkel, Macron, May).

En Europe, personne ne semble être à l’écoute de conseils éclairés, comme celui de l’économiste belge Paul de Grauwe, qui plaide pour que Francfort et Berlin gèrent une dette commune, sans laquelle l’UE ne survivra pas aux crises souveraines de ses membres individuels.

Trump, malgré toutes ses incohérences vertigineuses, semble avoir compris que le G7 est un mort-vivant, et que le cœur de l’action tourne autour de la Chine, de la Russie et de l’Inde, qui ne forment pas par hasard le nœud dur du BRICS.

Le problème est que la stratégie de sécurité nationale américaine, ainsi que la stratégie de défense nationale, ne préconisent pas moins que la guerre froide 2.0 contre la Chine et la Russie dans toute l’Eurasie. Cependant, tous les paris sont ouverts sur celui qui cèdera le premier.

PEPE ESCOBAR
11 juin 2018

Traduction : Avic – Réseau International

Photo : Le président russe Vladimir Poutine (à droite) et le président chinois Xi Jinping (à gauche) lors d’une réception à Tianjin. Photo : AFP via Sputnik/Alexei Druzhininin Sputnik

Source :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>