COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Vida et Vukovic : comment l’Ukraine monte un scandale autour de la FIFA (...)

Vida et Vukovic : comment l’Ukraine
monte un scandale autour de la FIFA
par Karine Bechet-Golovko

jeudi 12 juillet 2018, par Comité Valmy


Vida et Vukovic : comment l’Ukraine
monte un scandale autour de la FIFA

L’Ukraine ne participant pas à la Coupe du Monde semble souffrir d’une crise existentielle. Rien de tel qu’un bon petit scandale pour réveiller les bonnes âmes en cette période pré-électorale, qui n’annonce rien de bon. C’est ainsi que deux imbéciles de l’équipe croate, Vida et Vukovic, se sont fait gentillement manipuler après la victoire de la Croatie sur la Russie. D’une vidéo qu’ils pensaient privée, où ils dédiaient cette victoire à l’Ukraine (où ils jouent), celle-ci en a fait une opération politique.

Après la victoire de la Croatie sur la Russie en quart de finale, le défenseur Vida (qui a marqué un but décisif) et Vucovic envoient quelques mots à leurs "amis" ukrainiens, où ils jouent. Ils dédient cette victoire au club ukrainien et à l’Ukraine, mais surtout ils emploient l’expression "Slava Ukraine" (Gloire à l’Ukraine), qui est le symbole de la période nazie et qui est reprise par le pouvoir actuel.

Voir notamment l’image ici : "Heil Hitler ! Gloire à Hitler ! Gloire à l’Ukraine" est inscrit sur la banderole.

Une première vidéo a donc été diffusée - non par ces deux joueurs :

Suite à cela, la FIFA a réagi. Vukovic s’est vu expulser du Championnat et doit payer une amende de 15 000 francs suisses, Vida s’en est sorti avec un avertissement. Ils ont présenté leurs excuses, affirment avoir plaisanté avec leurs amis à Kiev. Bref, c’était stupide, mais surtout c’était privé. Lorsque l’on voit les scandales qui entourent Vida, alcool, bagarres etc, il est loin de la politique, il semble surtout primaire.

Mais l’affaire ne s’arrête pas là, et c’est ce qui fait penser à une mise en scène. Immédiatement, la fédération de foot ukrainienne déclare prendre en charge l’amende de Vukovic et fait de ces deux idiots utiles des héros nationaux, leur proposant même un poste dans la fédération ukrainienne de foot. Au Parlement ukrainien, c’est la fête à gogo, ils sont célébrés comme de véritables combattants de la "cause ukrainienne" :

En Ukraine, c’est la fête, l’honneur national est sauvé. Et la réaction de la FIFA fait d’autant plus enrager. A tel point que sa page facebook est prise d’assaut par ces fanatiques et qu’elle est mise temporairement hors service, les commentaires et les appréciations sont bloqués. Il faut dire qu’elle croule littéralement sous les messages d’insulte finissant par "Slava Ukraine", un flash mob est mis en ligne, etc. Une vague de fureur. C’est ça le visage du pouvoir ukrainien actuel - "pro-européen" - version années 30.

Cela pourrait peut-être faire réfléchir ...

Pendant ce temps-là, Vukovic déclare qu’il paiera lui-même son amende, qu’il ne fait pas de politique, ce que Vida répète aussi : on ne fait pas de politique. C’est alors, qu’une deuxième vidéo est mise en ligne :

Cette fois-ci, le "héros" boit une bière avec Olic (ancien joueur du CSKA Moscou, actuellement membre du staff croate) et parle de "mettre le feu à Belgrade". Encore une vidéo privée, puisqu’il a été supposé qu’il parle avec ses amis du ... restaurant Belgrade, tenu par un de ses amis serbes à Kiev, où il va régulièrement faire la fête. Le scandale est monté autour de la ville de Belgrade, mais l’interprétation est remise en cause. Il reste à déterminer quand a été tournée cette vidéo - et comment. Il n’aurait pas réalisé que cette conversation a été filmée par quelqu’un se trouvant justement dans ce restaurant à Kiev et qui l’a ensuite diffusée. Vidéo qui ne sert certainement pas les intérêts de la Croatie avant un match important de demi-finale, ni de son équipe. Sans même parler de la réaction possible de supporteurs. Ce qui est peut-être aussi cherché ...

Bref, une histoire dans l’histoire de la Coupe du Monde. Pas vraiment en l’honneur de l’Ukraine. Mais n’ayons aucun doute, ni l’Europe, ni la FIFA n’ouvriront les yeux sur le régime en place. Reconnaître les dérives extrêmes de ce pouvoir obligerait à réagir, or ce n’est pas à l’ordre du jour.

Karine Bechet-Golovko
mercredi 11 juillet 2018

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>