COMITE VALMY

Accueil du site > - L’ENNEMI COMMUN DES PEUPLES : l’impérialisme étasunien > Les États-Unis déclarent la guerre au reste de la planète, sauf Israël par (...)

L’ennemi commun des peuples

Les États-Unis déclarent la guerre
au reste de la planète, sauf Israël
par Abdel Bari Atwan

lundi 1er octobre 2018, par Comité Valmy


Abdel Bari Atwan - Photo : Archives

Les États-Unis déclarent la guerre
au reste de la planète, sauf Israël

Abdel Bari Atwan Le discours du président américain aux Nations Unies contribuera à unir la plus grande partie du monde contre lui .

Les rires qui ont fusé lorsque le président américain Donald Trump a pris la parole devant l’Assemblée générale des Nations Unies – après ses remarques liminaires sur ses réalisations économiques et son engagement pour l’humanité et la prospérité et la stabilité mondiales – résument les politiques de l’administration : qu’elles mènent le monde vers le chaos et les guerres dévastatrices.

Le discours peut être divisé en deux parties.

La première a été adressée au public américain depuis le podium des Nations Unies dans le but de gagner des voix pour son parti républicain aux élections de mi-mandat de novembre. Il prétend avoir réduit de moitié le taux de chômage, créé un boom économique et renforcé les capacités défensives et offensives de l’armée américaine.

La deuxième partie s’est traduite par une déclaration de guerre à la plupart des autres pays du monde : une guerre économique contre la Chine, l’Europe et la Russie ; une guerre contre les institutions des Nations Unies telles que la Cour pénale internationale (CPI) et le Conseil des droits de l’homme (HCR) ; une guerre contre l’Iran ; et enfin une guerre contre l’OPEP, qu’il menaçait de conséquences si le prix du pétrole ne baissait pas.

Trump a attaqué presque tout le monde. Il n’a eu de bons mots que pour ses rares amis dans le monde, ou plutôt ses acolytes, en particulier Israël et certains des États arabes du Golfe. Il s’est engagé à ne pas fournir d’aide aux pays qui n’appuient pas la politique de son pays, inaugurant ainsi une période de polarisation politique et militaire sans précédent depuis la fin de la guerre froide.

En laissant de côté les problèmes nationaux et mondiaux et l’attitude de Trump à leur égard, les parties de son discours concernant le Moyen-Orient peuvent se résumer comme suit :

– Premièrement, la création d’une alliance stratégique comprenant les six États du Golfe, l’Égypte et la Jordanie pour faire face à l’Iran ou toute menace aux intérêts américains dans la région. Cela revient à relancer le pacte de Bagdad des années 1950, tant au niveau politique que militaire. Il était à noter que le Maroc n’était pas invité à rejoindre cette alliance. Le pays n’a pas été mentionné dans les parties importantes du discours, pour des raisons encore inconnues – malgré la récente décision du Maroc de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran et de rompre tout contact avec ce pays.

– Deuxièmement, Trump a fait l’éloge de trois États arabes – l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Qatar – pour leur rôle dans la lutte contre le terrorisme. Cela a dû être un choc pour les Saoudiens et les Émiratis, car cela absout le Qatar de ses accusations de soutien au terrorisme et place le pays dans le camp anti-terroriste.

– Troisièmement, Trump a consacré une grande partie de son discours à l’Iran. Il l’a accusé de répandre le chaos et la violence et de dépenser des milliards de dollars pour provoquer des guerres au Moyen-Orient afin d’étendre son influence. Il a déclaré que sa capacité militaire avait augmenté de 40% en deux ans depuis la levée des sanctions en raison de l’accord nucléaire, et il a juré d’imposer de nouvelles sanctions très sévères contre le pays.

Nous ne pouvons dire que nous sommes surpris par le discours de Trump qui exprime une telle hostilité envers les Arabes et leurs justes causes, ni par ses projets d’extorsion de fonds des Arabes du Golfe et d’exploitation des difficultés économiques de la Jordanie et de l’Égypte pour créer une alliance arabe sectaire pour mener les guerres américaines et israéliennes dans la région, en particulier contre l’Iran. Quelques jours plus tôt, Trump a écrit un tweet rappelant à ces pays qu’ils étaient redevables aux États-Unis de leur protection et qu’ils ne survivraient pas longtemps sans elle.

À la lumière de ce discours, il est clair que nous assisterons à plus d’extorsions de fonds de la part des États-Unis sous différentes formes : ordonner plus d’achats d’armes américaines, soutenir les étapes initiales du « Deal of the Century » et celles à suivre ou se conformer à 100% au blocus de l’Iran et à ses conséquences économiques et sécuritaires désastreuses.

– Quatrièmement, Trump a menacé de déclarer la guerre à la Syrie si son armée utilisait des armes chimiques, et a lié tout règlement permanent et l’imposition de la sécurité et de la stabilité à une cessation totale de la présence militaire de l’Iran dans le pays.

– Cinquièmement, il a réitéré ses menaces antérieures contre l’OPEP, reprochant à l’organisation la récente hausse des prix du pétrole. Il a exigé qu’il agisse pour les diminuer à cause des dommages que les prix élevés occasionnent à l’économie américaine. Il a déclaré qu’il ne tolérerait aucune nouvelle hausse des prix, en envoyant un signal à cet égard aux principaux producteurs arabes de pétrole en particulier, à savoir le Koweït, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Algérie.

– Sixièmement, sa déclaration de guerre à des organisations internationales telles que la CPI, le CDH et l’UNESCO. Cela est entièrement dû au fait que ces organisations ont dénoncé les violations israéliennes du droit international et des droits de l’homme et ont accusé Israël d’avoir commis des crimes de guerre en Palestine occupée et au sud du Liban.

– Septième : Trump a estimé que le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem avait contribué à la paix entre les Arabes et l’État d’occupation israélien. Il n’a pas dit un mot en faveur d’une solution à deux États ou des droits du peuple palestinien, adoptant la position israélienne dans son intégralité.

Nous ne pouvons pas prétendre être surpris par le discours de Trump exprimant une telle hostilité envers les Arabes et leurs justes causes,ni par ses projets d’extorsion des Arabes du Golfe et d’exploitation des difficultés économiques de la Jordanie et de l’Égypte pour créer une alliance arabe sectaire pour combattre les guerres américaines et israéliennes dans la région, en particulier contre l’Iran. Quelques jours avant son discours, Trump a écrit un tweet rappelant à ces pays qu’ils étaient redevables aux États-Unis de leur protection et qu’ils ne survivraient pas longtemps sans elle.

À la lumière de ce discours, il est clair que nous assisterons à plus d’extorsions aux États-Unis sous différentes formes : ordonner plus d’achats d’armes américaines, soutenir les étapes initiales du « Deal of the Century » et celles à suivre ou se conformer méticuleusement au blocus de l’Iran et à ses conséquences économiques et sécuritaires désastreuses.

Enfin, il convient de noter que la demande de Trump que les États du Golfe agissent pour faire baisser les prix du pétrole signifie réduire leurs revenus, alors que leurs populations en ont grandement besoin après des années d’austérité, d’inflation, de hausse des intérêts pour les prêts servant à couvrir les déficits publics.

Trump a fait de son pays le pays le plus détesté sur la planète et cela se reflétera d’une manière ou d’une autre sur ses alliés. Cela pourrait l’entraîner dans des guerres économiques et militaires qui le mèneraient à une confrontation avec le monde entier. D’autres États ont commencé à s’unir contre lui. C’est une recette éprouvée pour la destruction et la faillite. Trump a prononcé un discours imprudent, stupide et raciste, susceptible de réunir la plus grande partie du monde contre lui et son pays. Cela n’est peut-être pas une aide pratique pour les nombreuses victimes du racisme et de l’injustice américains, mais cela pourrait leur plaire.

Abdel Bari Atwan
27 septembre 2018

* Abdel Bari Atwan est le rédacteur en chef du journal numérique Rai al-Yaoum. Il est l’auteur de L’histoire secrète d’al-Qaïda, de ses mémoires, A Country of Words, et d ’Al-Qaida : la nouvelle génération. Vous pouvez le suivre sur Twitter : @abdelbariatwan

Source : Raï al-Yaoum

– Traduction :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>