COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > Les Chinois pillent massivement le bois sibérien La Russie laisse faire - (...)

Point de vue

Les Chinois pillent massivement le bois sibérien
La Russie laisse faire - Poutine mis en accusation
par un ex responsable soviétique
Vladimir Mourachov

Lettre ouverte à Vladimir Poutine

samedi 19 janvier 2019, par Comité Valmy


Lettre de Vladimir Mourachov,
ancien député de la Douma de Vadivostok,
à :
V.V. POUTINE, Président de la Fédération de Russie,
Ministère des ressources naturelles de la région de Transbaïkalie


Au nom de ses habitants, dont le revenu (de 58 à 223 euros par mois) est inférieur au minimum vital (soit 79 % la population selon les données officielles du 26.09.2017), j’accuse V. V. Poutine – président de la Fédération de Russie – de mener une politique contraire aux intérêts de l’État.

Au Président de la Fédération de Russie,
V. V. POUTINE

Vladimir Vladimirovitch, la Chine est en train de mener une politique d’expansion économique très agressive à l’intérieur des territoires russes de Sibérie et d’extrême orient. Il est particulièrement funeste de mener une politique accommodante avec un pays aussi perfide que la Chine.
A-t’on oublié la remise à la Chine de l’île Damansky, où des soldats et officiers russes, farouchement attaqués en 1969 par des militaires chinois, ont versé leur sang pour la Patrie ; la remise de l’île Tarabarov, une partie de l’île Grand Oussouryisky, une série d’îles près de Kabarovsk, qui appartenaient, selon l’opinion des savants, à la Russie en conformité de l’Accord de Pékin de 1860, ainsi que la remise de l’île Bolchoy sur la fleuve Argougne en région de Tchita.

Tandis que les chinois coulaient des bateaux et des péniches afin de prendre à la Russie une partie de son propre territoire, tandis qu’ils changeaient le cours du fleuve Amour et asséchaient la rivière Kazakévitch, vous, président de la Russie, n’avez pas réagi. Une politique aussi accommodante, résolvant des litiges territoriaux aux dépens de la Russie, incite la Chine à une expansion intensive à l’intérieur du territoire de la Russie !

M. le président, vous oubliez, qu’en conformité à la Constitution de la Fédération de Russie, il est interdit, sans référendum, d’offrir un territoire de l’État à un État étranger. Vous oubliez, que l’article 280, partie 1 du Code pénal, dit que « tout appel public en faveur d’une infraction à l’intégrité territoriale de la Russie est puni de cinq ans de prison ».

La conduite des chinois est particulièrement agressive dans le région Primorsky, à l’extrême orient de la Russie. Ils violent constamment les lois de la Fédération de Russie. Lorsqu’ils traversent la frontière, les immigrants illégaux chinois menacent les douaniers à main armée, disent des méchancetés aux habitants de Vladivostok, vendent des légumes empoisonnés par des engrais interdits et en viennent aux mains armées avec les ruraux de Primorsky kraï.

Dans la taïga de Primorsky Kraï, à l’Extrême Orient de la Russie, les chinois pêchent dans les ruisseaux et les petites rivières à l’aide de filets à petites mailles. Ils versent un poison dans leur eau et ramassent ensuite les grenouilles mortes. Ils disséminent dans les champs des graines de soja et de baies empoisonnées pour ramasser ensuite les oiseaux morts. À la campagne, afin de produire du charbon de bois, les chinois coupent les chênaies à tronc mince. Dans toute la taïga d’Oussouryskaïa, la maffia chinoise « Triada » procède à des coupes massives y compris d’espèces de bois de grande valeur, pour les transporter bruts en Chine.

1. Photographie aérienne

Dans la taïga de la Primorsky kraï, des immigrants illégaux chinois coupent des plantes et arbustes sauvages de valeur à ras du sol : ginseng, Eleutherococcus, Schisandra chinensis et transportent clandestinement en Chine des dizaines de sacs de pattes sechées d’ours et de tigres, ainsi que des tonnes de trépang sec et de fruits de pin (Pinus lambertiana). Ce pillage criminel des richesses naturelles de la taïga dure depuis des dizaines d’années.

L’administration des agglomérations sibériennes ainsi que la population se révoltent contre le déferlement de l’immigration chinoise illégale. Sur les territoires loués à la Sibérie et en Extrême Orient, pour la production de légumes les chinois construisent des serres gigantesques avec leur infrastructure. Celles-ci sont inaccessibles aux inspections sanitaires russes, chargées de la défense des droits des consommateurs. Pour la croissance et le mûrissement rapide des légumes, ils utilisent des engrais délétères interdits, qui tuent le bétail de la population locale et causent préjudice à la santé de la population. Selon l’opinion des chefs d’agglomérations, le pouvoir de l’État ne contrôle absolument pas l’immigration illégale chinoise, qui cause un préjudice à l’économie de la Sibérie et de l’Extrême Orient et engendre une tension sociale. Par exemple, la manifestation des habitants de la Bouriatie en mai 2018 contre le bail à long terme et une coupe barbare de la forêt par les chinois sur le bassin de la zone du lac Baïkal et dans d’autres régions ont été sévèrement étouffés par les forces de l’ordre.

(https://youtu.be/XbWmQMFDwos).

Le 16 juin 2015, le gouvernement du Kraï Transbaïkalie a signé un accord avec la compagnie chinoise « Houaé Cignbanne » pour la remise d’un bail, presque gratuit : 115 milles hectares du territoire russe à la Chine, pendant 49 ans, pour cultiver des légumes.

Le journal « Novotomsk » a communiqué, que les investisseurs chinois ont signé un accord de bail de 49 ans pour 2 millions hectares de la taÏga sibérienne, notamment au Nord de la région de Tomsk et du Kraï Transbaïkalie dans la région Tounguiro-Alekminsk.

Selon l’information des journalistes du journal « Taïga-Info », en décembre 2017 la société anonyme ouverte « Compagnie internationale d’investissement « Tzignié » a pris à bail, après la vente aux enchères, 137 milles hectares de bois en région de Tomsk, pour abattre les espèces de bois de valeur – pin, sapin, cèdre. Pour cette richesse naturelle, ils ont payé à l’administration de la région de Tomsk 1 milliard 260 millions de roubles (18 millions 806 milles dollars – 1 dollar coûte 67 roubles) , c’est à dire 16 roubles (23 centimes) par mois et par hectare. Sur ce territoire poussent 200 millions d’arbres, coûtant au moins 200 milliards de roubles, soit 4 milliards 477 millions 612 milles dollars. Cela signifie que les chinois ont payé pour ce bois 0,5 % de la valeur réelle soit, au prix de 6 roubles par arbre, 0,09 centimes pour un arbre de valeur !!! En l’occurrence la Russie a subi des dommages énormes, voire inouïs. Tel qu’il a été conclu, ce marché est un crime d’État et c’est à votre tort, M. le président.

En résumé, vous avez donné 5 millions d’hectares de forêt et de terre aux fermiers et aux exploitants forestiers chinois, en bail à long terme et à vil prix. Il faut souligner que les chinois abattent d’une manière barbare d’énormes parterres de coupe de forêt séculaire, sans les replanter, causant des dommages écologiques irrémédiables, à la nature et à l’économie du pays. Il importe de savoir, que la Chine vole et détruit non seulement les richesses naturelles de la Russie, ses poumons, mais les poumons de toute la planète, ce qui représente un crime international, d’échelle mondiale, d’autant plus que l’on prend en compte les conséquences, désastreuses pour l’humanité, du réchauffement futur du climat de la planète.

Profitant de l’impunité, les chinois abattent une quantité de bois deux fois supérieure au volume déclaré. À ce sujet, la Chine a adopté une loi, qui permet l’importation du bois brut de la Russie, mais interdit l’importation du bois travaillé. En Chine l’abattage de la forêt est défendu, en cas d’abattage d’un arbre, la loi condamne le coupable à la peine de mort. Jour et nuit, durant des dizaines d’années, des rames de wagons et de transporteurs de bois brut à bon marché passent de Russie en Chine. De votre part, M. le président de la Russie Vladimir Poutine, c’est un crime économique de ne pas arrêter cette activité chinoise.

Les photographies par satellite montrent que tout le territoire de la Sibérie est criblé d’immenses rectangles de forêt abattue !

2. Photographie par satellite

3. Photographie par satellite

Au cours du flottage du bois sur des fleuves, les chinois commettent un crime écologique de plus, en encombrant des fleuves de la taïga par les arbres perdus.

Il est à souligner que vous, M. le président, n’avez pas réagi au fait que, depuis des dizaines d’années, sur les cartes géographiques, le Primorsky kraï est coloré de la même couleur que la Chine. M. le président, vous vous appliquez de toutes vos forces pour passer pour un patriote mais, compte tenu de vos actes, vous êtes un destructeur de la Russie !

En résumé, je dois dire que l’histoire de la Russie n’a jamais connu un dirigeant aussi haut placé que vous, M. V. Poutine, qui ait créé et autant protégé un régime d’État corrompu et criminel, qui ait négligé les intérêts de la Russie, méprisé ceux du pauvre peuple dévalisé par les oligarques et les fonctionnaires de tout niveau, vendu des richesses naturelles nationales à bon marché et même donné gratuitement des territoires de la Russie Fédérale à un État étranger, ce qui représente un crime d’État.

Vladimir Mourachov,
le 11.octobre 2018

Annexe : vidéo d’un abattage barbare de la forêt au nord de la région de Tomsk par les chinois :

https://youtu.be/KQ6TuPExAhQ

***

Réponse de l’administration russe :

Ministère
des ressources naturelles
de la région Transbaïkalie
Adresse juridique : 136, rue Tchkalova, ville Tchita
Boite postale : 1395, ville Tchita, 672007
Tel./fax : (302-2)35-25-72, 32-47-01
e-mail : info@minprir.e-zab.ru
25.07.2018 N YH-18-17/11244

Résumé de la Réponse à Mr. Vladimir Mourachov

Cher Vladimir Serguéevitch,

À la demande de l’administration du gouverneur de la région de Transbaïkalie, le ministre des ressources naturelles de la région de Transbaïkalie répond ce qui suit à votre message électronique no. 715986, daté du 29.06.2018 et adressé au Président de la Fédération de Russie, concernant des abattages, massifs, barbares et incontrôlés, par des chinois dans la région Transbaïkalie.
Au 01.07.2018, l’administration du gouvernement de la région Transbaïkalie a conclu 7 contrats de bail de terrains de bois à abattre sur des territoires de fonds de forêt avec des fermiers juridiques, dont le capital statutaire comprend des capitaux étrangers.
… Parfois les fermiers engagent des citoyens chinois pour l’abattage de bois sur les terrains loués des territoires de la Transbaïkalie des régions Baléïsk, Karimsk, Krasnotchikoïsk, Mogotchinsk, Petrovsk-Zabaïkalsk et Tchitinsk. … Au cours des trois dernières années, les expéditions de contrôle des exploitations par les fermiers de terrains du fond forestier, effectuées par le Ministère des ressources naturelles, par les forces de l’ordre et par le parquet de la région TransbaÏkalie n’ont révélé aucun abattage illégal, de la part des citoyens chinois sur le territoire de la région Transbaïkalie. »…

Ministre des ressources naturelles
de la région Transbaïkalie par interim
A.P. Romanov


Mes commentaires : Par cette réponse le Ministère des ressources naturelles de la région Transbaïkalie fait passer ses désirs pour des réalités. Tout l’internet regorge de films, concernant des manifestations de citoyens de cette région, se prononçant contre l’abattage abusif du bois par les chinois. Poutine mène une politique anti-populaire, dirigée contre les intérêts de la Russie. Des coquetteries et des concessions permanentes envers un pays tel que la Chine conduiront à des résultats tragiques pour la Russie.
V. Mourachov – retraité de la Fédération de Russie

12 novembre 2018


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>