COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Les 5 ans du référendum d’indépendance du Donbass par Karine (...)

Les 5 ans du référendum
d’indépendance du Donbass
par Karine Bechet-Golovko

mardi 14 mai 2019, par Comité Valmy


Les 5 ans du référendum
d’indépendance du Donbass

Il y a 5 ans, le 11 mai 2014, en pleine guerre civile, le Donbass veut suivre la voie de la Crimée, organise un référendum et déclare son indépendance. Depuis, les habitants ont défendu leur terre les armes à la main et payé au prix fort le refus de se soumettre à un régime extrémiste et répressif d’opérette, devant cacher sa véritable raison d’être, à savoir la défense des intérêts atlantistes, en détruisant l’Etat ukrainien, en instrumentalisant l’Ukraine contre la Russie.

Le 22 avril 2014, en session, le Conseil de DNR décide de l’organisation d’un référendum devant se tenir le 11 mai, c’est-à-dire avant les élections présidentielles ukrainiennes post-Maïdan, sur la question suivante : "Soutenez-vous la décision d’indépendance de DNR ?". Une décision identique est prise par LNR.

Pourtant, la Russie qui digère à peine la Crimée sur la scène internationale, tente de convaincre les dirigeants du Donbass de reporter le référendum, à la fois en raison de la violence des combats que mène l’armée ukrainienne contre les populations de l’Est de l’Ukraine, et politiquement pour attendre les élections présidentielles ukrainiennes.

Le président de la Commission électorale de DNR, Roman Liaguine, réagit alors de façon assez directe : si les dirigeants décident de reporter, nous obéirons, mais en aucun cas nous n’organiserons les élections présidentielles ukrainiennes ici. Et les dirigeants de LNR et de DNR décident de passer outre et organisent ce référendum le 11 mai 2014, comme initialement prévu.

La participation est comparable à celle du référendum de Crimée. Une foule interminable se presse pour voter partout dans l’Est, elle est portée par l’espoir d’un avenir meilleur, elle suit la Crimée et espère rentrer en Russie. Lorsque la question est posée par un journaliste à un votant "Pourquoi venez-vous voter ?", la réponse fuse, sans une seconde d’hésitation, "parce que je suis Russe". Le taux de participation moyen fut de 74% environ (plus de 71% à DNR et plus de 80% à LNR).

Les résultats, annoncés le 12 mai, furent sans appel : 89,7% à DNR et 96,2% à LNR ont voté pour l’indépendance de leur jeune République.

Les résultats sont clairs : les habitants de LNR et DNR, après le coup d’Etat du Maïdan, qui a détruit l’Etat ukrainien n’ont pas renouvelé le pacte social et ont décidé de ne pas faire partie de la nouvelle construction sociale qui se met en place après le Maïdan en Ukraine. La Russie a déclaré respecter le choix des habitants, mais pour autant n’a pas répondu à leur appel d’intégration dans la Fédération de Russie. Convois humanitaires, aide technique et récemment la décision a été prise d’établir une procédure simplifiée d’obtention de la nationalité russe pour les habitants de ces régions, la Russie ne lâche pas pour autant la région.

La Russie hésite à faire un choix politique. Il est vrai que la Crimée fut un évènement dont les remous sur la scène internationale se font encore sentir. Non pas parce que la Crimée a quitté le giron de l’Ukraine, mais parce qu’elle l’a quitté pour rentrer en Russie. Or, que des individus puissent préférer la Russie au rêve américain est absolument inacceptable dans ce monde unicentré atlantiste, certes contesté, mais encore bien vivant.

En délivrant des passeports russes, la Russie a redonné de l’espoir aux habitants du Donbass, qui attendent toujours le rattachement. La crise d’hystérie que cela a provoquée dans la communauté internationale, qui n’avait alors jamais réagi à ces pratiques de délivrance massive de passeports par la Pologne ou la Roumanie aux Ukrainiens, montre bien que l’évènement n’est pas anodin.

Pour les russophones, deux vidéos sur les évènements en Ukraine. Les images elles-mêmes sont parlantes de l’ampleur de l’agression ukrainienne dans le Donbass.

Le premier film documentaire est sorti à l’occasion du premier anniversaire du référendum :

Le second film a été réalisé par l’administration de DNR et concerne les évènements qui ont conduit au référendum, ainsi que les tragédies vécues depuis dans la région :

Dans tout le Donbass, cette date est devenue le jour de la République, le jour de l’indépendance et est dignement fêté avec concerts et feux d’atifice. Voir les photos de Donetsk sur la page de Svetlana Kissileva ici. A Gorlovka, tristement célèbre pour être régulièrement et copieusement bombardé, par exemple :

Comme l’a déclaré le représentant russe au processus de Minsk, Gryzlov, le Donbass ne capitulera pas, ni maintenant, ni dans le , car ce n’est pas pour cela que les habitants se sont futurbattus pendant 5 ans. Reste à la Russie à préciser sa position, qui pour l’instant est assez floue. Elle semble plutôt réagir situativement, et non stratégiquement, en fonction de l’évolution des évènements. Va-t-elle se résoudre à un scénario criméen ou restera-t-elle sur l’idée de la Transnistrie ?

Karine Bechet-Golovko
dimanche 12 mai 2019

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>