COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > UNE CATASTROPHE ANNONCEE Philippe de Saint Robert

UNE CATASTROPHE ANNONCEE
Philippe de Saint Robert

lundi 3 juin 2019, par Comité Valmy


UNE CATASTROPHE ANNONCEE

Cette chronique d’un naufrage annoncé1 devrait être sur la table de chevet de tous les préfets de France. Ses auteurs, Pierre Dumont et Denis de Kergolay, retracent le calvaire suivi par tous les territoires français depuis qu’on leur impose, par voie administrative et aux dépens de toute consultation démocratique, l’implantation forcée d’abusives forêts d’éoliennes.

Les éoliennes terrestres perpètrent des massacres : « N’en déplaise aux promoteurs et aux exploitants des parcs éoliens, leurs machines tuent les oiseaux. Beaucoup d’oiseaux. Surtout dans les couloirs migratoires… les plus propices à l’exploitation du vent. Aux États-Unis, sur les sites de Californie et d’Hawaï, il a fallu arrêter les éoliennes quatre mois par an car elles tuaient des milliers d’oiseaux migrateurs. » Quant aux éoliennes maritimes, une bouée en acier a dû être inventée pour prévenir les dommages qu’elles causent à la faune marine.

On veut nous faire croire qu’on se préoccupe de l’environnement alors qu’on massacre les paysages. Patrice Cahart alertait il y a peu2 sur cette « dernière chance d’obtenir l’arrêt de la prolifération des éoliennes » qu’aurait été le « grand débat » si l’on ne l’en avait soigneusement exclu : « La liste est longue des sites défigurés ou en passe de l’être, rappellent Dumont et Kergolay, depuis la montagne Noire dans l’Aude jusqu’aux collines de la Drôme provençale ou au massif du Vercors, en passant par les monts du Beaujolais, la campagne bretonne, le Cap Corse (une dizaine d’éoliennes dominent le port de Centuri, l’un des sites les plus remarquables de l’île de Beauté…), la Vallée des peintres dans le Berry, la basilique de Vézelay… En réalité, il suffirait de faire le tour des sites les plus emblématiques de notre pays pour tomber, à un moment ou à un autre, sur un parc ou un projet éolien. »

Les auteurs font remonter l’agitation écologique qui nous obsède aux désordres de Mai 68. J’ajouterai que la recherche du productivisme y est aussi pour quelque chose. C’est à partir d’alors que les préoccupations écologistes s’introduisent en politique même si elles n’expriment que les revendications de minorités agissantes.

L’éolien fut notamment promu après deux événements importants qui mirent en accusation la production d’énergie nucléaire, en Ukraine avec Tchernobyl et au Japon avec Fukushima. Il conviendrait toutefois de remarquer que ces deux graves accidents n’étaient pas liés à une dangerosité inhérente au nucléaire mais lié, dans le cas de l’Ukraine, au mauvais entretien des centrales dû à la décadence de l’Union soviétique et, dans le cas du Japon, au fait que les centrales avaient été imprudemment placées dans un endroit particulièrement vulnérable. Comme le fait observer Jean-Marc Jancovici3, le solaire et l’éolien ne pourront pas se substituer au nucléaire en France et « sortir du nucléaire ne fait rien pour le climat ». Le malheur est qu’on a voulu, comme d’habitude, faire comme les Allemands dont l’opération de transition énergétique est une catastrophe avérée, et a entraîné un regain de pollution par le retour aux centrales à charbon. Ce n’est pas la seule bêtise à mettre au compte de la politique d’Angela Merkel, mais nous continuons de nous aveugler sur son exemplarité supposée.

Nicolas Hulot, que tout le monde admire, n’a pas manqué lui non plus, de nous induire en erreur en prenant un arrêté, le 10 mai 2018, où il est affirmé que « le développement de l’énergie éolienne constitue un enjeu particulièrement important pour la transition énergétique et la croissance verte » – il y est ajouté, ce qui est impayable : « le Gouvernement est particulièrement attentif à ce que ce développement respecte pleinement l’environnement, les paysages ainsi que la santé des populations. » Dumont et Kergolay relèvent à ce propos : « Celles et ceux qui n’hésitent pas à sacrifier tous ces joyaux au nom d’intérêts financiers sous-estiment l’attachement que les populations éprouvent pour les patrimoines qui font leur identité. (…) Cet entêtement dans la poursuite de ces utopies mercantiles risque de générer, au-delà de l’altération des paysages et des sites, des frustrations et des sentiments d’humiliation qui peuvent porter ces populations, notamment rurales, vers des votes protestataires, qu’ils soient ceux de la gauche ou de la droite extrêmes. »

Nous savons, par ailleurs, que l’électricité d’origine éolienne n’est pas rentable : « Le dispositif d’obligation de rachat, par EDF, de cette électricité à un tarif hors-norme risque de mettre en péril notre producteur national. » Ce dernier fait depuis quelque temps l’objet de mises en cause permanentes par l’État lui-même, ce qui ne peut manquer d’ébranler la faisabilité et la mise en œuvre de nouvelles filières nucléaires.

« Prétendre, écrivent nos auteurs, que les éoliennes contribuent à lutter contre le réchauffement climatique est un mensonge. (…) Croire que l’on peut sauver la planète au moyen d’une forme d’énergie fondamentalement intermittente et hautement polluante, cela relève de l’utopie ». L’éolien parmi toutes les énergies renouvelables est devenu, insistent nos auteurs, une variable d’ajustement qui permet à nos gouvernants de passer outre à tous les avertissements, afin de donner des gages aux écologistes qui finissent par avoir davantage le comportement d’une secte que le rôle de veilleur du bien commun. A quoi sert de faire, avec raison, la guerre aux pesticides si, en même temps, sous couvert d’énergies renouvelables, on massacre la planète et le bien-être de ses habitants ?

Philippe de Saint Robert.
27 mai 2019

1 Dumont, Pierre et de Kergolay, Denis (2018). Éoliennes : chronique d’un naufrage annoncé. Éditions François Bourrin.
2 Le Figaro, 30 janvier 2019.
3 Cf. l’entretien accordé par le fondateur du cabinet Carbone 4 au Figaro (7 octobre 2018).

Proche&Moyen-Orient.ch
Observatoire Géostratégique


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>