COMITE VALMY

Accueil du site > - L’ENNEMI COMMUN DES PEUPLES : l’impérialisme étasunien > JO : quand certains Russes refusent de devoir brandir le drapeau blanc par (...)

JO : quand certains Russes refusent de devoir brandir le drapeau blanc par Karine Bechet Golovko

mercredi 11 décembre 2019, par Comité Valmy


La nouvelle suspension annoncée de la Russie aux JO et aux évènements sportifs "majeurs", cette fois-ci, commence à mal passer dans les milieux politiques et sportifs, où le refus de participer sans hymne et sans drapeau, c’est-à-dire sans pays, fait son chemin. La fédération russe de boxe a déjà déclaré refuser de participer aux JO dans ces conditions et des députés émettent la possibilité d’organiser un évènement parallèle. La Russie va-t-elle se souvenir des Spartakiad des peuples soviétiques ?

4 ans de suspension pour la Russie et une sélection plus que douteuse de ses athlètes pour une participation neutre aux JO provoquent, cette fois-ci, plus de réactions négatives que la dernière fois. Il semblerait que les yeux s’ouvrent, il ne s’agit pas de résoudre des problèmes liés au dopage pour ensuite tranquillement pouvoir être réintégré dans la communauté internationale du sport. Et des contrats qui vont avec. Non. L’expérience vient de le montrer, peu importe les réformes réalisées, validées par les instances sportives olympiques, de toute manière la Russie doit être rayée du monde sportif. Comme pays. Parce que c’est la Russie. Ces décisions n’ont rien à voir ni avec la lutte contre le dopage, ni avec le sport. (voir notre texte ici)

La fédération russe de boxe vient de refuser d’aller participer aux JO de 2020 sans le drapeau russe, comme l’a déclaré son secrétaire général Oumar Kremlev :

"Les sportifs vont défendre devant la justice leur droit à participer sous drapeau russe. Il faut regarder ce que vont faire maintenant le comité olympique russe et RUSADA, mais nous aussi nous analysons la possibilité de contester cette décision. (...) Pour nous, le plus important est que nos boxeurs puissent participer sous drapeau russe et que résonne notre hymne national. Sans cela, il n’y a aucun sens à participer."

Le sentiment que ces sanctions sont sur le point de devenir permanentes, car le conflit géopolitique qui en est à la source n’est pas près de se résoudre demain, fait son chemin, ce qui oblige à voir la situation sous un autre angle. C’est notamment la position que développe le député russe Pietr Tolstoï :

"Encore quelques mots au sujet de cette révoltante interdiction faite à nos sportifs de participer aux championnats du monde et aux JO. Et au sujet des mesures à prendre au cas où l’appel serait rejeté.

Il est clair que la décision est politique. C’est une interdiction à l’égard de la Russie et non pas de certains sportifs. Renie et va-y. En effet, "on s’est entraîné toute notre vie, et c’est une chance d’obtenir une médaille et une prime, et sous quel drapeau et avec quel hymne, ça n’a aucune importance".

C’est important. Parce que nos sportifs ne se représentent pas eux-mêmes, individuellement, mais notre pays. Et nous les soutenons, tant qu’il y a ce "nous" commun. Les victoires des athlètes neutres, comme l’AMA propose d’appeler nos athlètes, ce ne sont déjà plus nos victoires. C’est pourquoi il vaudrait mieux ne pas participer à ces compétitions, et organiser les nôtres. Ce serait une réponse normale et sensible pour les personnes malveillantes.

Un Russe ne peut pas brandir un drapeau blanc, jamais. Ni dans le sport, ni dans la vie. C’est mon opinion"

Il est vrai qu’il est plus facile d’être "patriote" quand tout va bien. Aujourd’hui, il n’y a pas de place pour la neutralité. Chacun est libre de faire ses choix - et de les assumer.

PS : Comme l’URSS avait refusé de reconnaître les dettes de la Russie tsariste, la communauté internationale avait mis en place un système d’isolement international, auquel le CIO avait pris part. Déjà à l’époque, les instances olympiques étaient un élément de l’idéologie libérale, bref étaient impliquées dans le combat idéologique, tout comme aujourd’hui. En réponse au boycott des instances olympiques, l’URSS avait organisé dans les années 20 les Spartakiad, auxquelles participaient les sportifs des républiques de l’Union soviétique. Les premières Spartakiad furent organisées en été 1928, elles comprenaient 21 catégories sportives et 7000 sportifs. Pour comparaison, à la même époque des Jeux d’été, il y avait à Paris 17 catégories sportives et 3000 sportifs. Après la participation de l’URSS à partir de 1952 aux JO, les autorités soviétiques eurent l’intelligence de maintenir les Spartakiad, elles aussi en deux sessions, d’été et d’hiver. Elles prirent fin en 1991 avec l’arrivée triomphante de la démocratie atlantiste, qui a ainsi mis, en ce domaine, les autorités russes sous dépendance internationale - comme nous le voyons aujourd’hui. Le sport aurait pu être une excellente diplomatie entre les ex-républiques soviétiques, mais les temps n’étaient pas à cela. Gazprom fut plutôt choisi pour être le héraut du Monde russe, plus en phase avec les nouvelles valeurs occidentales, mais avec des résultats discutables lorsque l’on regarde la propagation des révolutions de couleur.

En image et en musique :

Karine Bechet-Golovko
11 décembre 2019
Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>