COMITE VALMY

Accueil du site > - L’ENNEMI COMMUN DES PEUPLES : l’impérialisme étasunien > Barils de fin d’année : 50 bombes nucléaires USA de Turquie à Aviano par (...)

Barils de fin d’année :
50 bombes nucléaires USA de Turquie à Aviano
par Manlio Dinucci

mercredi 1er janvier 2020, par Comité Valmy


Barils de fin d’année :
50 bombes nucléaires USA de Turquie à Aviano

“Cinquante têtes nucléaires seraient prêtes à être transférées de la base turque d’Incirlik, en Anatolie, à la base Usaf d’Aviano, dans la région Friuli Venezia Giulia, car les USA douteraient de plus en plus de la fidélité à l’OTAN du président turc Erdogan” : c’est ce que rapporte l’Ansa (Agence de presse italienne) citant ce qu’a déclaré le général à la retraite Chuck Wald de la US Air Force dans une entrevue à l’agence Bloomberg du 16 novembre.

Le fait que l’Ansa et certains journaux en parlent, même avec retard, est en tous cas positif. Cela confirme ce que documente depuis longtemps il manifesto. “Il semble probable -écrivions-nous le 22 octobre (mais l’Ansa ignora alors l’information)- que, parmi les options considérées à Washington, il y ait celle du transfert des armes nucléaires USA de la Turquie vers un autre pays plus fiable. Selon le très sérieux Bulletin des Scientifiques Atomiques (USA), la base aérienne d’Aviano peut être la meilleure option européenne du point de vue politique, mais elle n’a probablement pas assez de place pour recevoir toutes les armes nucléaires d’Incirlik. La place pourrait toutefois être obtenue, puisqu’à Aviano ont déjà commencé des travaux de restructuration pour accueillir les bombes nucléaires B61-12”.

Sur la base de ce qu’a rapporté l’Ansa le coordinateur national des Verts, Angelo Bonelli, demande au gouvernement s’il confirme l’information et de porter immédiatement le problème devant le parlement, puisque l’Italie se trouverait “transformée en plus grand dépôt d’armes nucléaires d’Europe et ce silence du gouvernement italien est inacceptable”. En réalité ce n’est pas seulement le gouvernement qui se tait mais le parlement lui-même, où la question des armes nucléaires USA en Italie est tabou. La soulever voudrait dire mettre en discussion le rapport de sujétion de l’Italie à l’égard des États-Unis.

L’Italie continue ainsi à être une base avancée des forces nucléaires USA. Selon les dernières estimations de la Fédération des scientifiques américains, dans chacune des deux bases italiennes et dans celles qui sont en Allemagne, Belgique et Pays-Bas il y aurait actuellement 20 B-61, pour un total de 100 plus 50 à Incirlik en Turquie. Mais personne ne peut vérifier combien il y en a en réalité. D’après les estimations il s’avère que les USA sont en train de diminuer leur nombre, ce qui n’a rien de tranquillisant. En effet ils se préparent à les remplacer par les nouvelles bombes nucléaires B61-12. À la différence de la B61 larguée à la verticale, la B61-12 se dirige vers l’objectif guidée par un système satellitaire et a en outre la capacité de pénétrer dans le sous-sol, en explosant en profondeur pour détruire les bunkers des centres de commandement. Le programme du Pentagone prévoit la construction à partir de 2021 de 500 B61-12, pour un coût d’environ 10 milliards de dollars. On ne sait pas combien de B61-12 seront stockées en Italie ni dans quelles bases, probablement pas seulement à Aviano et Ghedi. Comme Comme il résulte de l’avis de projet publié par le ministère de la Défense, les nouveaux hangars de Ghedi pourront accueillir 30 chasseurs F-35 avec 60 bombes nucléaires B61-12, le triple des actuelles B61 (il manifesto, 28 novembre 2017).

En même temps, les USA se préparent à déployer en Italie et dans d’autres pays européens des missiles nucléaires à portée intermédiaire (entre 500 et 5.500 km) avec base à terre, analogues aux euromissiles éliminés par le Traité FNI signé en 1987 par les USA et l’URSS. Après avoir accusé la Russie (sans aucune preuve) de l’avoir violé, les USA se sont retirés du Traité, et ont commencé à construire des missiles de la catégorie interdite : le 18 août ils ont testé un nouveau missile de croisière et le 12 décembre un nouveau missile balistique, ce dernier étant en capacité d’atteindre l’objectif en quelques minutes. Simultanément ils renforcent le “bouclier anti-missiles” sur l’Europe. Dans sa “réponse asymétrique” la Russie commence à déployer des missiles hypersoniques qui, en mesure d’atteindre la vitesse de 33.000km/h et de manoeuvrer, peuvent percer n’importe quel “bouclier”.

La situation dans laquelle nous nous trouvons est donc beaucoup plus dangereuse que ce que démontre la déjà alarmante nouvelle du probable transfert des bombes nucléaires USA d’Incirlik à Aviano. Dans cette situation ce qui domine est le silence imposé par le large alignement politique bi-partisan responsable du fait que l’Italie, pays non-nucléaire, accueille et soit préparée à utiliser des armes nucléaires, violant le Traité de non-prolifération qu’elle a ratifié. Responsabilité rendue plus grave encore par le fait que l’Italie, en tant que membre de l’OTAN, refuse d’adhérer au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires voté à la grande majorité de l’Assemblée Générale des Nations Unies.

Manlio Dinucci

Édition de mardi 31 décembre 2019 de il manifesto https://ilmanifesto.it/50-bombe-nucleari-usa-dalla-turchia-ad-aviano/


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>