COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > À chaque inquisiteur son hérétique Par Patrice-Hans Perrier

À chaque inquisiteur son hérétique
Par Patrice-Hans Perrier

mardi 28 janvier 2020, par Comité Valmy


ALCÔVE LUMINEUSE DANS UN MONDE DE PÉNOMBRE

À chaque inquisiteur son hérétique

La chasse aux hérétiques se poursuit contre toute attente en 2020, dans un contexte où les autorités politiques s’alignent de plus en plus sur une doxa globaliste qui ne fait plus de concessions. Jadis, lorsque le Moyen Âge chrétien était à son apogée, l’église de Rome avait confié aux frères prêcheurs le mandat d’enquêter sur les déviants qui osaient défier la doxa d’une doctrine patristique qui s’érigeait en rempart contre les influences du « malin ». Si les thuriféraires de la Révolution française ont réussi à mettre à bas les influences du haut clergé, il n’en demeure pas moins que leurs successeurs s’acharnent actuellement à reconstruire les fondations d’une inquisition toujours à la manoeuvre.

Le pouvoir n’a jamais toléré une parole qui puisse échapper à son emprise

Par Patrice-Hans Perrier

La saison de la chasse aux hérétiques

L’inquisition, instituée par le pape Grégoire IX, était une juridiction ecclésiastique d’exception qui avait les pleins pouvoirs en matière d’investigation et de répression des crimes d’hérésie ou d’apostasie qui jalonnaient l’« âge d’or » d’un Moyen Âge représentant la morphogénèse d’une modernité lente à éclore. Manifestement instrumentalisée dans la péninsule ibérique par les pouvoirs séculiers, l’inquisition allait se métamorphoser en véritable tribunal politique durant la période dite du Moyen Âge tardif. Tristement rendue célèbre par son zèle et ses déboires, l’inquisition aura frappé les esprits à ce point que le terme est devenu au fil du temps un synonyme d’enquête vexatoire, poussée à l’extrême par un pouvoir arbitraire. D’où la figure de l’inquisiteur emprunté par George Orwell pour composer son personnage de Big Brother, dans son roman d’anticipation 1984, ou celle de la physionomie inquiétante du Grand inquisiteur brossée par Fiodor Dostoïevski dans Les Frères Karamazov.

Le chapitre consacré à ce Grand inquisiteur luciférien nous instruit admirablement bien à propos de la perfidie humaine poussée dans ses derniers retranchements. Pour preuve ces quelques lignes de cet inquisiteur nonagénaire à qui l’on a livré un Jésus Christ revenu parmi les simples mortels à l’époque de la Reconquista espagnole : « N’as-tu pas dit bien souvent : « Je veux vous rendre libres. » Eh bien ! Tu les as vus, les hommes « libres », ajoute le vieillard d’un air sarcastique. Oui, cela nous a coûté cher, poursuit-il en le regardant avec sévérité, mais nous avons enfin achevé cette œuvre en ton nom. Il nous a fallu quinze siècles de rude labeur pour instaurer la liberté ; mais c’est fait, et bien fait. Tu ne le crois pas ? Tu me regardes avec douceur, sans même me faire l’honneur de t’indigner ? Mais sache que jamais les hommes ne se sont crus aussi libres qu’à présent, et pourtant, leur liberté, ils l’ont humblement déposée à nos pieds. Cela est notre œuvre, à vrai dire ; est-ce la liberté que tu rêvais ? »

Ainsi donc, fin psychologue, Dostoïevski l’a bien compris : l’inquisition, peu importe les époques et les latitudes, demeure une « police de la pensée » conçue pour assujettir le servum pecus aux impératifs de la doxa dominante. Bien évidemment, c’est afin de prémunir les citoyens contre les « forces du mal » que les inquisiteurs s’évertueront à … le terroriser. Ainsi, si Jésus affirmait vouloir faire de nous des « hommes libres », il fallait bien qu’une « police de la pensée » se mette en place afin de nous indiquer le bon chemin balisé à suivre. La chair étant faible et les esprits impressionnables, les inquisiteurs se sont empressés de coincer quelques récalcitrants afin qu’ils servent d’exemple et, chemin faisant, que leur sacrifice puisse édifier les masses. Si les sévices et les préjudices infligés par cette institution ecclésiastique ont bel et bien fait l’objet de moultes déformations hollywoodiennes, c’est sa finalité qui pose problème en fin de compte. Et, c’est ici qu’intervient l’exercice du libre arbitre.

Le pouvoir de faire des choix

Les thuriféraires du défunt « esprit des lumières » s’époumonent à prôner un libre arbitre qui serait la marque de commerce de notre actuelle postmodernité. Mais, dans les faits, qu’en est-il de cette prétendue liberté de choix ? Brandissant un sempiternel « crois ou meurs » qui serait le reflet [fantasmé] des heures sombres du Moyen Âge, les apologètes de la nouvelle « rectitude politique » ferment les yeux face à la Terreur de cette Révolution française qui finira par mettre en scène une extraordinaire guerre civile sur le sol de l’Hexagone. La guillotine des Jacobins valant bien le bûcher des inquisiteurs de jadis … comme quoi il importe de fermer la gueule des récalcitrants face au grand récit historique des vainqueurs. Les vaincus privés de mémoire doivent faire amende honorable et se plier à la rectitude politique du moment.

Le crime de pensée

Pour faire des choix éclairés il importe, d’abord et avant tout, d’avoir accès à une mémoire, sorte de répertoire des petits et grands moments d’une histoire toujours à réécrire. Quoi qu’il en soit. C’est ici qu’intervient l’écriture du lexique du discours dominant, soit la charpente de cette doxa qui sert à pérenniser les assises d’un pouvoir qui ne se partage JAMAIS. Et, pour que les vaincus puissent faire « amende honorable » il convient, de gré ou de force, de traquer la liberté de nommer, d’exprimer, les faits qui émaillent le vécu du commun des mortels. Les doctrines catholique ou bolchévique n’y changent rien. S’appuyant sur les promesses de l’émancipation de « l’homme ancien » afin qu’émerge « l’homme nouveau », les inquisiteurs au service du pouvoir en place ambitionnent de refonder l’histoire de l’humanité à partir d’un « moment de vérité » perçu comme coupure épistémologique. Initiative de prétendue vérité, cette parole fondatrice représente le lit d’une doxa qui ambitionne de créer un « homme nouveau ». Parce que l’« homme ancien », ne parvenant plus à s’extirper de sa fange et de ses lieux communs, il fallait bien donner un coup de pouce à la destinée afin d’accélérer le cours des choses. Armés de cette conviction, les inquisiteurs s’acharneront toujours à débusquer les esprits critiques – esprits chagrins – inaptes à se conformer à la nouvelle doxa en cours d’édification. Il devient, ainsi, aisé de comprendre que l’hérésie représente la volonté de certains esprits rétifs de préserver leurs anciens habitus. Mais, elle représente, tout autant, une volte, un sursaut, le réflexe de profiter de cet interstice historique pour défier l’ORDO des institutions déclinantes. In fine, les hérétiques traqués par l’inquisition médiévale étaient issus de certaines corporations de magiciens, voire d’ouvriers, de gnostiques et autres adeptes des pratiques spirituelles anciennes qui avaient réussi à se fondre dans le décor de cette chrétienté ascendante. Elle pouvait, cette hérésie, aller jusqu’à défier l’ordre nouveau en se repliant sur ses terres pour attirer de nouveaux adeptes, des cohortes de laissés-pour-compte, tels les Fraticelles ou les Spirituels, actifs en Italie ou dans le Languedoc.

Il appert que bien des hérétiques auront tenté, désespérément, de soustraire leurs anciennes pratiques spirituelles ou religieuses à la mainmise du nouvel ORDO religieux de l’heure ou … du siècle en ce qui concerne la Révolution des lumières. De même, en Russie, sous la terreur bolchévique, un nombre incalculable de chrétiens et de serfs de l’ancienne noblesse ont-ils vainement tenté de se soustraire au totalitarisme du nouveau système de valeurs prôné par Lénine et consorts. Une masse indescriptible d’hérétiques a donc été exterminée, sans coup férir, afin de « fermer la gueule » des contrevenants et, partant, de pouvoir effacer la mémoire collective pour que s’écrive cette nouvelle histoire des vainqueurs. Georges Orwell, avec son concept de « crime de pensée », pose un jalon incontournable de la généalogie des totalitarismes et de leurs modus operandi.

Extirper la dissidence

Orwell avait, déjà, anticipé la mise en place de notre actuelle société de la surveillance. En effet, le déploiement des outils de contrôles, de monitoring, de cueillette et de partage de l’information sur Internet permet d’instituer une « prison virtuelle », citadelle panoptique qui fait en sorte que l’« état profond » puisse surveiller les moindres pensées de ses commettants. Et, il s’agit, fort justement, de ne point COMMETTRE ce crime de pensée qui représente véritablement un crime de lèse-majesté contre la doxa dominante ou doctrine du parti unique.

Reprenons les arguments d’Orwell en citant le texte : « La famille est aussi une extension à la police de la pensée. Les enfants sont systématiquement dirigés contre leurs parents, au moyen de la Ligue des Jeunes et des Espions, pour les espionner et rapporter leurs écarts. La description de ces activités est semblable au mouvement des jeunesses hitlériennes. Tout le monde est surveillé nuit et jour par des indicateurs qui peuvent être des intimes. Espionner son voisin est encouragé. Même dénoncer son conjoint, ses parents, ses amis est courant. Ainsi, tout le monde vit dans la peur soit d’être découvert, soit que ses actions soient mal interprétées comme étant une rébellion contre le Parti. Ces circonstances font qu’un membre du Parti vit sous la surveillance constante de la Police de La Pensée. Ou qu’il soit, quoi qu’il fasse, en train de dormir, travailler, déjeuner, dans la douche, il peut être contrôlé sans préavis et sans en connaître la raison. Non seulement une rébellion franche contre Big Brother, mais encore quelque excentricité, même minime, un changement d’habitude, un comportement nerveux pouvant être symptôme d’une lutte intérieure, est toujours détecté. Le libre arbitre n’existe pas puisque le Parti arrive même à contrôler la Pensée ».

Les enfants : maillon fort de la gouvernance

Curieusement, cette vision orwellienne nous aide à comprendre pourquoi le pouvoir dominant table sur l’éducation des plus jeunes pour faire ingurgiter ses nouvelles théories du genre et autres outils de déconstruction destinés à briser, puis reformater, toute forme de culture populaire qui pourrait être transmise par la parenté. Il s’agit, conséquemment, de soustraire les enfants de l’influence de leurs parents afin d’en faire des citoyens dociles et corvéables à merci.

Faire disparaître l’hérétique

Ailleurs, toujours dans 1984, Orwell précise que les récalcitrants qui ne souhaitent pas se conformer à la doxa officielle seront mis hors d’état de nuire. Ainsi, « les arrestations avaient invariablement lieu la nuit. Il y avait le brusque sursaut du réveil, la main rude qui secoue l’épaule, les lumières qui éblouissent, le cercle des visages durs autour du lit. Dans la grande majorité des cas, il n’y avait pas de procès, pas de déclaration d’arrestation. Des gens disparaissaient, simplement, toujours pendant la nuit. Leurs noms étaient supprimés des registres, tout souvenir de leurs actes était effacé, leur existence était niée, puis oubliée. Ils étaient abolis, rendus au néant. Vaporisés, comme on disait. Ils sont emmenés au ministère de l’Amour, où ils subissent des tortures les amenant à renier leurs opinions, leurs sentiments, à n’être fidèles qu’à Big Brother, après quoi ils sont le plus souvent vaporisés et deviennent des non-êtres ».

Il convient, ainsi, d’intercepter les récalcitrants, de leur faire avouer leurs crimes et puis de s’en débarrasser comme de si rien n’était. On se rappellera des résistants argentins à la dictature du général Videla, durant les années 1970, qui, après avoir été torturés selon les règles de l’art, étaient précipités par des avions en vol afin de disparaître dans les flots tumultueux d’une mer destinée à effacer jusqu’à toute trace de leur passage ici-bas. De gauche comme de droite, athée ou croyante, la dictature ne s’enfarge guère dans les fleurs du tapis pour procéder, manu militari, à l’éradication de toute pensée non conforme en pourchassant les hérétiques afin de les éliminer. Il s’agit de détruire la résistance, d’effacer la mémoire collective et de reformater le génome citoyen afin d’instaurer un nouveau modèle de société basé sur la terreur. Terroriser afin de libérer l’inconscient collectif. Dostoïevski avait vu juste.

Tiens, tout cela nous rappelle un certain Julian Assange, désormais largué par une opinion publique qui ressemble à un gros veau qui a déjà oublié que les révélations de Wikileaks nous ont permis de prendre conscience des agissements d’un certain état profond.

Perte des repères

Toutefois, si les mesures d’austérité et les coupes budgétaires initiées à l’époque des gouvernements Reagan et Thatcher avaient servi à traumatiser le bon peuple, il fallait tout de même lui dorer la pilule. Voilà ce qui explique pourquoi les politiques sociétales des gouvernements Mitterrand, Trudeau et consorts ont été mises sur pied afin de distraire les masses au moyen de passes d’armes entre une vieille droite nostalgique et la nouvelle gauche d’affaire pressée de pulvériser les anciens repères socioculturels qui fondaient nos cités. Il fallait donc, après la première onde de choc du passage aux années 1980, dissoudre les combats politiques de la masse des salariés et des petits patrons dans le creuset protéiforme de l’émergence des « minorités culturelles ». Ce qui fut fait, au grand dam des observateurs avisés qui voyaient bien que toute une culture politique allait être prestement sacrifiée par tout ce cirque idéologique. D’autres chocs suivront – pratiquement au début de chaque nouvelle décennie – et la capacité de résistance des classes populaires s’amenuisera au fur et à mesure que le poison sera instillé par les médias et les autres relais de l’information prescrite par les élites au pouvoir.

La culture politique du peuple étant pratiquement réduite à zéro, les élites médiatiques s’alignant sur les desiderata de l’hyperclasse, la contestation est devenue la chasse gardée de milices stipendiées par le grand capital afin de discréditer toutes formes d’opposition populaire. Entre la rue et Internet, le commun des mortels a finalement opté pour la solution la plus facile : le babil incessant des médias sociaux permettant à tout un chacun d’émettre ses commentaires à propos d’articles qu’ils n’ont, manifestement, jamais lus. De la presse alignée jusqu’aux médias alternatifs, l’essentiel de la prestation informationnelle consistant à fournir des thèmes de discussion qui permettront à diverses factions sous-politiques de s’affronter par trolls interposés. Le monde de l’information est, dorénavant, sous perfusion.

Une liberté d’expression illusoire

La résistance à ce nouvel ORDO globaliste s’amenuise dans un contexte où une nouvelle forme d’inquisition a fini par émerger dans le sillage de Mai 68. Internet permettant de tout capter, d’analyser et de référencer en temps réel, les services de renseignement de nos gouvernements, aidés par de puissantes firmes d’ingénierie sociale, détiennent un portrait détaillé des résistants qui osent toujours critiquer l’agenda politique du moment. Des oligarques de la trempe de George Soros profitent du sommet économique de Davos, en Suisse, pour transmettre à nos dirigeants politiques leurs cahiers de doléance et n’hésitent pas à dépenser des milliards qui serviront à outiller cette constellation d’ONG qui forme la nouvelle inquisition postmoderne.

Les médias sociaux, Facebook et Google en premier chef, ont reçu le mandat de modifier leurs algorithmes afin de pénaliser les articles et vidéos produits par la dissidence. Ainsi, la pensée non conforme sera relayée de plus en plus loin dans les archives du NET, alors que certains extraits des écrits hérétiques pourront être remis en circulation afin d’incriminer leurs auteurs en temps et lieu.

In fine, l’agenda médiatique est donc trafiqué en permanence par les GAFAS qui sont en mesure de positionner les sujets du jour, de censurer à volonté tout ce qui contrevient à l’ « étiquette du NET », d’orienter les débats sur les forums et autres agoras virtuelles et de profiler avec une précision chirurgicale le niveau d’attention des usagers du NET.

Au même moment – alors que les veaux bien nourris par Internet s’encornent sur les forums de discussion – d’autres ONG serviront à financer des organismes de surveillance de la pensée non conforme, des groupes de pression tels que les Sleeping Giants qui harcellent les annonceurs qui osent soutenir certains médias dits de réinformation ou des milices mandatées pour attenter à la vie d’autrui suite à des mandats de dénonciation mis en circulation sur Internet. D’ores et déjà, la pensée critique n’est plus tolérée.

En conclusion, seule la contestation encadrée et stipendiée par le grand capital est permise et, même, encouragée par les grands médias oligarchiques. Pour preuve la tournée de Greta Thunberg au Québec qui aurait – si l’on avale les chiffes des médias officiels – agrégé une foule de 500 000 personnes marchant dans les rues de Montréal. La diva de l’environnement, n’ayant strictement rien de nouveau à nous confier, a été mise en scène par une extraordinaire campagne de publicité grassement financée par des multinationales complices de tout cet abject cirque. Désorientés, infantilisés, les Montréalais en redemandent … paraît-il !

La pensée critique, dans de telles conditions, ne peut plus s’exercer qu’au sein de quelques cercles d’initiés ou par l’entremise de médias de réinformation qui sont soumis à une stricte surveillance de la part des organismes satellites de Davos. Les quelques écrivains ou chroniqueurs téméraires qui oseront se prononcer savent qu’ils risquent, a contrario, d’avoir des ennuis plutôt que d’être en mesure d’orienter une opinion publique totalement anesthésiée. Même la littérature est surveillée de très près et un nombre croissant de titres sont « mis à l’index » par des organismes de surveillance qui disent défendre la liberté d’expression, alors qu’ils représentent des minorités agissantes. Il va sans dire que l’ère des samizdats – ces magazines résistants distribués sous le manteau en Union soviétique – a vraisemblablement sonné en Occident.

27 janvier 2020


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>