COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > La rencontre avec le dalaï lama, un acte malavisé de Sarkozy au détriment des (...)

La rencontre avec le dalaï lama, un acte malavisé de Sarkozy au détriment des relations sino-françaises

dimanche 7 décembre 2008, par Comité Valmy

Depuis les années cinquante, le dalaï lama est essentiellement un outil au service de la CIA et des dirigeants américains, pour le développement de leur politique hostile envers la République populaire de Chine. Nicolas Sarkozy président sous influence, d’une République Française vassalisée, vient de le rencontrer à Varsovie. De qui a-t-il reçu la directive de se préter à cette provocation euro-atlantique, contraire aux intérêts et à l’indépendance de la France ? Comité Valmy

AGENCE CHINE NOUVELLE

2008-12-07 07:22:12

(COMMENTAIRE)

BEIJING, 6 décembre (Xinhua) — Malgré les persuasions de la Chine, le président français Nicolas Sarkozy a insisté pour rencontrer samedi le dalaï lama, qui effectue une tournée en Europe.

Ce développement est en effet un acte malavisé qui porte atteinte non seulement au sentiment du peuple chinois, mais nuisent également aux relations sino-françaises.

Le dalaï lama se livre depuis longtemps aux activités visant à diviser la Chine. Le gouvernement et le peuple chinois s’opposent fermement à toute activité de diviser la Chine, sous quelle forme que ce soit. Ils sont également fermement opposés à tout contact par des leaders étrangers avec le dalaï lama.

Le problème du Tibet fait partie de la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine et concerne les intérêts essentiels de la Chine.

La partie française a pourtant fait fi de la grave inquiétude de la Chine et de la situation générale des relations sino- françaises, et adopté une approche opportuniste, légère et myope dans le traitement du problème du Tibet.

Comme l’indique le journal britannique Financial Times, Sarkozy veut maintenir le dialogue avec la Chine au niveau économique et commercial, mais estime que cela ne peut pas l’empêcher de se mêler dans le problàme du Tibet.

Au cours de sa visite en Chine en août dernier, Sarkozy a déclaré que la France considère toujours la Chine comme un important partenaire stratégique depuis l’époque du général Charles de Gaulle. Il s’est dit aussi prêt à renforcer les relations entre les deux pays.

Ce que fait la partie française actuellement rend ces engagements peu convaincants.

A force de vision et de courage, le général de Gaulle a ouvert la porte des relations amicales entre la France et la Chine il y a 44 ans, faisant la France le premier des pays occidentaux à établir des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine.

Le général de Gaulle a dit que sa décision était basée sous l’influence des faits et de la raison.

Depuis plus de cinq decennies, les relations sino-françaises se sont développées dans l’ensemble de manière saine. Elles ont été toutefois marquées par des revers occasionnels à cause de la tentative de la France de jouer la carte des droits de l’homme avec la Chine et de sa vente d’armes à Taiwan, acte à l’encontre des intérêts fondamentaux de la Chine.

Grâce aux efferts conjoints des deux parties, les relations sino-françaises ont connu ces dernières années un développement sain, avec la croissance des échanges et de la coopération dans tous les domaines. Promouvoir le partenariat stratégique sino- français devient une aspiration commune des deux peuples.

Dans le contexte de la multipolarité et la globalisation économique, la Chine partage de larges intérêts communs avec les pays de l’Union européenne, dont la France, et développer et renforcer les relations entre la Chine et l’UE est dans l’intérêt des deux parties ainsi que le monde entier.

L’UE et la Chine doivent coopérer plus étroitement pour relever les défis globaux tels que la crise financière, la sécurité alimentaire et énergétique et le changement climatique.

Malheureusement, l’acte imprudent de la France, qui assume la présidence de l’UE, sur le problème du Tibet a non seulement sapé les relations sino-françaises, mais a également entravé le processus de dialogue, échanges et coopération entre la Chine et l’UE.

Il est évident que la responsabilité pour cette situation problématique des relations sino-françaises doit être portée par la France.

Le gouvernement chinois a réafffirmé à plusieurs reprises que la Chine tient à ses relations avec la france et veut oeuvrer pour que les relations sino-françaises se développent de manière saine et à long terme.

Sur la base des faits et de la raison, les dirigeant français doivent faire peuve de sagesse politique prévoyante, honorer leurs engagements et prendre des mesures efficaces en faveur du développement des relations sino-françaises. Sinon, ils vont miner la base de la coopération etnre les deux pays.

6 Messages de forum

  • Voila donc qui est fait,le président de la République a cédé aux guignols comme Cohn Bendit ,en recevant le Bouffon Orange qui ,et c’est notoire, est financé par la CIA. Je sais que la Chine est soucieuse de préserver les relations amicales entre les peuples Chinois et Français,mais elle ne se laissera rien imposer. Vive l’Amitié Franco Chinoise ,vive la République,vie la FRANCE.
  • Je pense que, indépendamment de l’influence américaine, l’orgueil de notre président est tellement démesuré, qu’il veut montrer au monde que personne ne pourra rien lui imposer, quoi que cela puisse nous coûter .
    • La France, comme toute l’Europe aujourd’hui, se base avant tout sur une domination (en collaborant avec les USA) issu de la colonisation. Le développement du tiers-monde va a terme saper cette supériorité. Ceux qui paieront pour les tentative de l’intelligentsia seront les ouvriers. D’une part a cause de l’image de ’La nation’, qu’il devront porter aupres des peuples atteint de rancœur (explicable mais contre-productive). Et d’autres part car les base économique sont constitué par la classe laborieuse, qui ne pourra pas, a long terme faire le poid face a la démographie des pays en développement.
  • Au regard de l’histoire de la representation du Tibet et de ses liens supposés avec le 3eme Reich et son origine indo européenne, pourquoi devrions nous nous méfiez du Dalai Lama ?
  • Opportuniste léger et myope le portrait du président français est percutant concis et à graver dans le marbre

    mais le plus cocasse est le communiqué de Chine Nouvelle en anglais sur la même question qui n’est pas du tout la traduction du français mais parle de FARCE et annonce que CELA SE PAIERA

    les commentaires de la presse allemande sont de la même veine

    LE SEUIL D’INCOMPETENCE EST-IL ATTEINT ?

  • La Chine étant un des états les plus sanguinaires au monde (record du monde absolu de la peine de mort) et l’inventeur de l’esclavage moderne, je soutiendrai toujours ses opposants.

    Les Tibétains ayant une religion, une langue, une écriture, bref une culture totalement différente de la culture chinoise, je trouve abusif de considérer le Tibet comme une région chinoise "évidente". Ou alors il faudrait considérer la capitale de Charlemagne (Aix-la-Chapelle) comme faisant historiquement et irrémédiablement partie de la France.

    Au moment des J.O., Sarko s’est dégonflé : il est allé à la cérémonie d’ouverture et a envoyé Madame recevoir le Dalaï Lama. Cette fois-ci, avec l’alibi de la représentation européenne, il s’est cru couvert et y est allé lui-même. Mais le grand méchant Chinois lui a tapé sur les doigts.

    Si, la crise aidant, les échanges commerciaux entre la France et la Chine diminuaient, aurions-nous des raisons d’être tristes ? Moins de centrales nucléaires polluantes et non rentables vendues chez eux ; moins de marchandises de basse qualité fabriquées par des semi-esclaves achetées chez nous ... Recentrer la production sur ce qui est nécessaire et proche géographiquement du lieu de consommation ... Une bonne petite brouille Franco-Chinoise pourrait accélérer la relocalisation. Je ne vois pas où est la catastrophe !


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette