COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Macron-Janus, fin de partie ? Par Dominique Muselet

Macron-Janus, fin de partie ?
Par Dominique Muselet

jeudi 26 mars 2020, par Comité Valmy


Macron-Janus, fin de partie ?

Ce qui a porté au pouvoir cet employé de banque somme toute assez médiocre quand on le voit à l’œuvre, c’est qu’il est séduisant et excellent bonimenteur. Beaucoup de commerciaux le sont, car sans cela ils ne feraient pas de bons commerciaux. La différence, c’est que Macron avait accès, de par sa naissance, son métier, ses réseaux et ceux de sa femme, aux hautes sphères et c’est là qu’il a exercé ses talents. Quand on est un peu psychologue, il n’est pas difficile de séduire quelqu’un et encore moins quelqu’un de puissant qui est habitué à la flatterie et qui se croit supérieur et invincible. Les grands escrocs sont passés maîtres dans l’art. Mon père a été dépouillé de l’entreprise qu’il avait montée par un gars du genre de Macron qui avait compris comment il fonctionnait et qui l’a complètement enturlupiné. Quand mon père a repris ses esprits, il n’avait plus rien. Macron a donc séduit quelques milliardaires (ce n’est pas ce qui manque en France) et ils l’ont fait entrer dans le gouvernement Hollande, avec ordre de travailler pour eux. Tant qu’il n’avait qu’à faire ce qu’on lui disait de faire, Macron était parfait. Il a trahi Hollande au moment où on le lui a dit, puis ces mêmes milliardaires lui ont ouvert leurs antennes et on n’a plus vu que lui pendant des mois à la TV, dans les magazines, la presse et partout, et il nous a bonimenté inlassablement. Son argument de vente, le « en même temps » a suscité l’engouement des médias dominants toujours avides de nouveautés creuses et superficielles. Cela n’aurait peut-être pas suffi à le porter au pouvoir mais l’imbécile « front républicain » a fait le reste et il a été élu.

Toujours porté par des médias en extase, il a fait appliquer point par point par ses ministres, ses députés et ses hauts-fonctionnaires le programme des milliardaires auxquels il devait sa place. Et pendant qu’ils se hâtaient de dépecer ce qui restait du patrimoine français, lui, il parlait, il nous disait tout et son contraire, il se mettait en scène dans de faux bains de foules ou dans des entreprises triées sur le volet, mais surtout à l’étranger, ce qui était le plus facile, car là, il ne faisait de mal à personne et tout le monde se fichait bien de lui. Il n’avait rien d’autre à faire que baratiner, séduire, voyager, placer ses amis, et se faire encenser. Bref c’était le bonheur parfait, l’état de grâce. Tout le gratin l’adorait. Le petit marquis et son épouse faisaient absolument tout ce qui leur chantait, lui s’amusait avec Benalla, elle jouait à Marie Antoinette. A force de ne rencontrer que des flatteurs ou des obligés, il s’est même pris pour un homme d’état et s’est mis à la faire la leçon à la terre entière. Il se croyait invincible. « Venez me chercher ! » hurlait-il aux Français.

Et les Gilets jaunes sont venus… Ça, les milliardaires ne l’avaient pas prévu. Tellement habitués à exploiter et écraser les « riens » et les « sans dents », ils n’ont rien vu venir. Malgré la répression policière et le mépris général (hélas même celui de la gauche et des syndicats), les Gilets jaunes ne sont pas rentrés chez eux. Pendant quelques semaines, on a vu à la TV de vraies personnes à la place des « experts » et des éditocrates, ces valets zombies du capitalisme financier, indécrottables sangsues des plateaux. Macron, un moment déstabilisé a donné des primes à la police, lui a promis l’impunité et l’a lâchée sur les manifestants, puis il s’est remis dans la peau du bonimenteur séducteur qui avait fait sa gloire, et il a entamé son « grand débat », sous l’œil hypnotisé des médias d’état et apparentés. Il a dit, comme d’habitude, tout et son contraire et n’importe quoi pendant des heures, sans que ça gêne personne sur les plateaux TV, bien au contraire. Tout allait bien à nouveau et Macron était heureux, car il n’aime rien tant que pérorer devant un auditoire captif. Mais cela ne faisait pas l’affaire des milliardaires qui savaient qu’il fallait faire passer la suppression des indemnités de chômage et des pensions de retraite avant l’été 2020, sans quoi on n’aurait pas le temps de blanchir Macron avant les présidentielles. Donc Macron, en bon serviteur du Capital, est reparti au combat contre le peuple, se croyant sauvé par sa tête de premier de la classe et le soutien indéfectible des médias. Ses patrons l’avaient sûrement prévenu que la contre-réforme des retraites allait contrarier pratiquement tout le monde. Mais il n’avait pas le choix et il était prêt à tout. Sûr de lui, comme Thatcher avant lui, il n’a rien cédé quand toutes les professions se sont soulevées, malheureusement en ordre dispersé. Malgré la longue grève des transports, les nombreuses et importantes manifestations, les actions de toutes sortes, Macron pouvait encore espérer passer sa contre-réforme avant l’été en utilisant le 49.3 et sa majorité de playmobils. Et donc il ne s’en faisait pas…

Là-dessus, patatras, le coronavirus se déclenche en Chine. Que faire ? Les milliardaires tout aussi pris au dépourvu que lui ne pouvaient rien pour lui. Macron était seul en face du fléau. Et donc Macron a fait du Macron. Il a pris la maladie et la Chine de très très haut. Pensez donc, tout cela était bon pour un système totalitaire et arriéré comme la Chine, mais le virus n’oserait jamais s’attaquer à lui, Macron. Il a ignoré tous les signes et les avertissements, n’a pris aucune décision, aucune précaution. Il s’est contenté de parader, fanfaronner, bomber le torse et bonimenter, la seule chose qu’il sache faire… Mais le virus ne se laisse pas séduire comme les milliardaires, les médias, les haut-fonctionnaires et la grande bourgeoisie. Il est insensible au baratin. Ce qu’il faut, en face du virus, ce sont des actes, des décisions claires, précises et rapides, et en matière de décision, Macron ne sait faire que du « en même temps ». Donc après n’avoir rien fait pendant trop longtemps, il a fait fermer certains commerces et pas d’autres, contrôlé certaines frontières et pas d’autres, enfermé des gens et envoyé d’autres au front sans protection, distribué des masques à certains et pas à d’autres, autorisé les tests pour certains et pas pour d’autres, décidé de séparer des gens et pas d’autres, réprimé des gens et pas d’autres. Il a oscillé d’ici et de là sans savoir quoi faire ni où aller ; hésitant entre protéger la vie des Français ou protéger les profits de ses amis ; passant de l’un à l’autre au gré des événements ; prenant des poses : superman, général. Comme dit l’Ecclésiaste : « Malheur au pays dont le roi est un enfant et dont les princes se goinfrent dès le matin ». Notre président est un enfant qui ne connait rien à rien, qui est incapable de s’engager, de prendre un risque, d’assumer, de décider, bref de gouverner. Et donc sa seule option est la répression. En interdisant tout à tout le monde (sauf à ses amis, bien sûr), il n’y a plus de problèmes. Il n’a plus besoin de rien faire. L’épidémie s’arrêtera bien un jour, et en attendant, il suffit, avec l’aide des médias, de culpabiliser les victimes de son incurie et de la cupidité de ses maîtres.

Vous avez compris où je voulais en venir. Le « en même temps » est tout simplement l’expression de l’indécision de Macron. Avec son « en même temps », il ménage la chèvre et le choux, il dit tout et son contraire, il ne tranche pas, il faut plaisir à tout le monde. Le « en même temps » c’est « en même temps » ce qui l’a porté au pouvoir et ce qui causera sa chute. Car au moment où il fallait décider, il s’en est révélé incapable. Il s’est contenté de copier avec retard ce que les autres faisaient et toujours à coup de demi-mesures (sauf en ce qui concerne les mesures anti-sociales car là il sait ce qu’il doit faire). Mais maintenant les français ont compris. Macron aura beau faire assaut de séduction, tout en brandissant « en même temps » une nouvelle menace (un autre virus ou un effondrement économique) pour tenter de maintenir l’état d’urgence, les médias auront beau nous baratiner, les flics auront beau nous cogner, les juges auront beau nous mettre en taule, les banquiers nous menacer de faillite et l’UE tempêter, le diable est sorti de sa boîte et il n’y rentrera plus.

Dominique Muselet,
25.03.2020

Texte envoyé par l’auteur, également publié par Entelekheia


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>