COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Confiner, surveiller, punir, mater Sur une période très courte, les Français (...)

Confiner, surveiller, punir, mater
Sur une période très courte, les Français ont accepté une restriction importante de leurs libertés
par Josepha Laroche

jeudi 14 mai 2020, par Comité Valmy


Dans le Morbihan, à Belle-Île-en-Mer, la police municipale surveille les plages interdites d’accès pendant le confinement, le 16 avril 2020 © Philippe Dannic/SIPA Numéro de reportage : 00956520_000002

Confiner, surveiller, punir, mater

Sur une période très courte, les Français ont accepté
une restriction importante de leurs libertés

Le 11 mai 2020 restera dans l’histoire
comme une date nébuleuse ; celle d’un déconfinement
qui déconfinera sans déconfiner, tout en déconfinant :
comprenne qui pourra !

Seulement certains Français en bénéficieront, mais ni en tous lieux, ni en tout temps : point trop n’en faut. À cette occasion, le conseil scientifique viendra de nouveau en renfort du gouvernement. Avec force tableaux statistiques et cartes de France colorées de rouge et vert. Il légitimera ainsi une décision que les Français ont bien du mal à comprendre et a fortiori à accepter. Ce faisant, le savant continuera une fois de plus d’offrir au politique sa caution dans un exercice qui apparaît cependant de plus en plus périlleux car il engage également la responsabilité des experts(1).

Les Français en liberté conditionnelle

Le 11 mai 2020 restera dans l’histoire comme l’horizon improbable d’une liberté d’aller et venir à reconquérir. Ce que nombre de Français vivent comme une incarcération ne prendra en effet pas véritablement fin à cette date. En d’autres termes, leur levée d’écrou demeurera en grande partie limitée et indéterminée, toujours sujette à un droit de regard bureaucratique, plus tatillon que jamais. En bref, ils vont devoir apprendre à vivre sous contrôle et endurer ce que beaucoup d’entre eux vivent comme une punition.

Certes de prime abord, celle-ci ne se donne pas à voir comme telle. Bien au contraire, les pouvoirs publics la dénient. Selon ces derniers, la privation de quelques libertés fondamentales n’aurait été mise en place le 17 mars que pour le bien des citoyens, afin d’assurer leur sécurité sanitaire et pour nulle autre raison. C’est donc avec obéissance et dans la peur, que des millions d’administrés ont accepté d’être séparés les uns des autres, coupés du jour au lendemain de leur biotope social. De surcroît, c’est dans le silence qu’ils ont enduré et endurent encore d’incessantes injonctions paradoxales auxquelles ils doivent néanmoins se soumettre sous peine d’être sanctionnés. En effet, depuis le mois de janvier et jusqu’à ce jour, qu’il s’agisse de la fermeture des frontières, du port du masque, des tests de dépistage, des gestes barrières, des protocoles thérapeutiques, de la reprise du travail, du retour des enfants à l’école ou de la fréquentation des transports en commun, ils ont entendu tout et son contraire.

Les chiffres de Salomon visent à cacher
le climat politique mortifère

Les innombrables revirements des responsables politiques, tout comme les violents conflits entre experts médicaux n’ont pas manqué. Une telle situation illisible et abracadabrantesque a par conséquent rendu impossible l’adoption d’une ligne de conduite qui fût rationnelle et efficace. Surtout, ce climat mortifère sur fond de mesures liberticides, a largement accentué l’angoisse d’une population infantilisée et maintenue perpétuellement dans l’incertitude. Pendant des semaines, tests, masques, gels, lits d’hôpitaux et respirateurs ont manqué et manquent d’ailleurs encore. Rien n’explique, à ce jour, une pareille impéritie qui exige des Français toujours plus de résilience sans leur offrir pour autant de véritable contrepartie. Mais la peur au ventre, les Français ont dû affronter, vaille que vaille, cette pénurie hors-norme. Or dans le même temps, le gouvernement a cru bon de les submerger chaque soir d’un déluge de données statistiques dispensées par le directeur général de la santé publique qui, tel un greffier, dressait le bilan comptable des pertes humaines de la nation.

Finalement, qu’est-ce qui ressort de cette politique imprévoyante, brouillonne et si inefficace en termes logistiques et opérationnels que d’aucuns ont parfois parlé de gabegie pure et simple ? À l’évidence, se donne à voir un autoritarisme pesant, émaillé d’incohérences imposées avec une rare arrogance. L’attestation écrite de dérogation, pièce maîtresse du dispositif de confinement, apparaît à cet égard comme le symbole vexatoire de ce gouvernement des conduites. Tous les Français ont par exemple encore en mémoire l’histoire malheureuse de cet homme empêché de se rendre au chevet de son père mourant ou bien de cette infirmière de nuit verbalisée alors qu’elle sortait à l’aube de l’hôpital et n’avait pas indiqué une date exacte sur son document. Il faudra établir un jour la liste exhaustive de toutes ces brimades qu’on pourrait imaginer issues d’une terrible dystopie. Non pas, la réalité dépasse ici la fiction.

Notre malheur fait le bonheur des caisses de l’État

Durant le confinement, plus de 530.000 amendes ont été délivrées(2), ce qui devrait rapporter à l’État, 60 millions d’euros. Une répression qui a toutefois souvent scrupuleusement respecté la loi implicite, mais ô combien implacable, du deux poids deux mesures. Ainsi, le promeneur solitaire s’est-il vu infliger une amende parce qu’il ne détenait pas ses papiers d’identité ou qu’il avait mal rempli son attestation alors même qu’il marchait sur une plage déserte ou dans un massif montagneux sans âme qui vive. Mais dans le même temps, on notait l’absence fréquente de verbalisation dans les quartiers où le confinement n’était pourtant pas respecté par d’innombrables personnes. Un deux poids deux mesures que le Secrétaire d’État auprès du ministre de l’intérieur, Mr Laurent Nunez, a lui-même recommandé et qui a si bien inspiré le préfet du Calvados.

Beaucoup de commentateurs ont souligné, à juste titre, que, dans les jours à venir, l’on ne pourra toujours pas se rendre dans un café, un restaurant, une salle de spectacle, un festival ou bien encore se promener sur une plage. Dans le même temps, les Français seront autorisés à voyager en toute promiscuité dans le métro, le tram ou le bus. En l’occurrence, c’est donc tout simplement le plaisir d’être ensemble, d’échanger, de mener des activités conviviales qui semble ainsi visé et rien d’autre ; à l’instar de cette Parisienne sommée par les forces de l’ordre d’interrompre la musique diffusée sur son balcon pour la plus grande joie de ses voisins. Tout se passe désormais comme si la destruction des liens de sociabilité s’invitait dans cet étrange programme sanitaire. On est alors en droit de s’interroger : s’agit-il avec cette curieuse orthopraxie, de transformer pour leur bien des citoyens traumatisés et apeurés – voire sidérés – en êtres dociles et obéissants ?

Quand tout cela s’arrêtera-t-il ?

On nous annonce pour les jours prochains un traçage numérique et un fichage qui serait opéré par les praticiens du secteur privé, moyennant une prime, ce que certains d’entre eux dénoncent comme attentatoire au secret médical. Les médecins généralistes sont en effet invités à collecter les données personnelles de leurs patients atteints du coronavirus, de leurs proches et des personnes avec lesquelles ils sont en contact(3). Dès lors, on voit que sous couvert de sécurité sanitaire, les pouvoirs publics assènent aujourd’hui aux Français des kyrielles de prescriptions technocratiques qui les désorientent et pourraient les conduire demain vers une certaine forme d’anomie. On doit donc légitimement s’inquiéter de ce contrôle de normalité de plus en plus oppressant – voire inquisitorial – qui entend les condamner à résipiscence.

Josepha Laroche

- 13 mai 2020

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>