COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES MARXISTES, documents et apports communistes > Après le congrès du PCF... Jean Lévy

Après le congrès du PCF... Jean Lévy

dimanche 14 décembre 2008, par Comité Valmy


Le congrès du PCF est terminé.

Déjà, le texte d’orientation défenu par Marie-George Buffet et ses amis, a été adopté avec près de 69% des mandats. La secrétaire nationale va se succéder à elle-même à la tête du Parti. Pourtant, au lendemain du scrutin présidentiel, qui lui avait accordé 1,93% des suffrages, elle avait annoncé son retrait, justifié par le pire résultat obtenu par un candidat communiste, dans ce genre d’élections. Puis, elle s’est réservé le droit de se maintenir à ce poste jusquà l’assemblée des communistes de fin 2007, délais qu’elle a, ultérieurement, élargi jusqu’au congrès... Aujourd’hui, elle veut rester, au poste qu’elle occupe depuis 2001, pendant encore "un an ou deux"...pour "communiquer son expérience" à la nouvelle équipe.

On ne peut être qu’inquiet des raisons évoquées pour le passage retardé de témoin.

Il reste le document d’orientation adopté. L’analyse de la situation, telle qu’elle figure dans ce texte, n’a été voté, rappelons-le, que par seulement des deux-tiers des 55% des militants qui ont pris part au scrutin interne. Ce qui fait loin d’une majorité : 36% des adhérents du parti ! Et les méthodes employées, dans diverses sections et fédérations, pour minorer à l’extrême la représentation au congrès des courants d’opposition, évoquent les mesures administratives utilisées dans les périodes dénoncées aujourd’hui, par la direction, comme "staliniennes"...

Grâce à tous ces procédés, Marie-George Buffet va triompher, une fois de plus. Et sur quelles bases !

Derrière les phrases sur "la révolution informationnelle" qui aurait "modifié les rapports de production", le discours enflammé contre "l’ultralibéralisme", avec la simple référence au Capitalisme, "qu’il faudrait dépasser", le texte se borne à faire le procès de la politique de Nicolas Sarkozy (c’est la moindre des choses !), en prônant, comme seule logique de lutte, le "rassemblement de toute la gauche". Comme si le Parti socialiste n’avait pas, officiellement, et à l’unanimité, fait l’éloge du marché et ratifié l’Union européenne, c’est-à-dire fait sien le fond même de la politique menée par la droite.

Certes, Marie-Geoge Buffet déclare, en permanence "que nous avons besoin d’Europe", en ajoutant "sociale", comme d’autres font des ronds de jambes sur "la moralisation" de la finance !

En refusant de mettre en cause l’idée même d’intégration européenne, construite pour imposer sa politique de contre-révolution sociale, menée tant par la fausse gauche que par la vraie droite, ensemble ou séparément, la direction du PCF désarme idéologiquement les masses populaires en contribuant à leur vendre "l’Europe sociale".

La politique d’union sans principe avec le PS recouvre la volonté de certains militants communistes de ne pas tarir la source électorale socialiste, nécessaire au renouvellement de leurs mandats municipaux ou législatifs. Il est vrai que le parti communiste à théorisé sur ceux-ci, les considérant comme "lieux de pouvoir", indispensables au Parti. Donc, rien de changé au siège du colonel Fabien.

Que vont faire les camarade, qui depuis plus d’un an, tentent, de modifier "de l’intérieur", l’orientation du PCF, jugée néfaste par eux ? Présentant une liste alternative pour la direction, face à celle de M.G. Buffet, qui a reccueilli 67,7%, André Gerin - la gauche du Parti - a dépassé à peine les 10% (10,28%), Marie-Pierre Vieu avec les "communistes unitaires" (les "rénovateurs"), 16,38% et Nicolas Marchand, à qui la secrétaire nationale avait refusé une place sur la liste majoritaire, 5,62%.

Le maire de Vénissieux, lui aussi, victime du même veto, a, dès les résultats proclamés, déclaré qu’il était décidé a poursuivre le combat au sein du Parti, durant les trois ans qui nous séparent du futur congrès. Ce choix est-il le meilleur ?

La direction du PCF a foulé aux pieds les droits des minorités. Elle va poursuivre la même politique, condamnée par la motion commune des camarades des sections du XVème, de Vénissieux et d’autres structures, dans de nombreuses Fédérations,à Paris et en province, signée par des milliers de communistes. Cette orientation avait obtenu près du quart des votes militants. Ceux-ci ne seront, au mieux, représentés que par 10% des leurs, au Conseil National.

Certes, il appartient à chaque militant de se déterminer. L’argument, dit "tactique", de la discipline intérieure, le refus de coopérer avec les camarades qui se battent hors du Parti, au nom de l’efficacité, ne tient plus.

Ce qui est primordial maintenant, c’est de développer sans attendre l’action commune et publique de tous les communiste qui ont choisi la lutte de classe comme boussole, qu’ils restent dans le PCF ou qu’ils le quittent.

La situation politique, la crise économique et la crise sociale, elles, n’attendent pas !

8 Messages de forum

  • Après le congrès du PCF... Jean Lévy

    16 décembre 2008 16:29, par noel collet

    tout à fait d’accord avec cette analyse.

    Dans notre section d’Annecy, les statuts, une fois de plus n’ont pas été respectés. Ceux-ci prévoient : appel de candidatures, présentation des candidats à tous les membres du parti. Tout à été bâclé en une demi-heure, dans la précipitation, selon une tactique bien rodée de la part des permanents et leurs fidèles. Les 7 délégués de la haute-savoie étaient tous partisans d’une autre formation politique, suivant en cela Gilles Ravache qui a co-signé la déclaration demandant cette transformation-liquidation du parti.

    La seule valeur que l’on peut accorder à des décisions collectives, c’est le vote à la base. Comme pour les Régionales : pour l’autonomie du parti, ou pour les strapontins accordés par le PS. 57% des communistes sur l’ensemble de la France ont voté pour l’autonomie.

    Il y a un décalage entre la base, qui ne bouge pas beaucoup et se contente de râler et les équipes qui squattent les directions. Nous, en Hte-Savoie, c’est : un chef, G Ravache, et une cour d’une vingtaine de militant-e-s qui militent tellement peu, qu’une nouvelle formulation de notre enseigne pourrait être : le parti APQ : Action Pas Question.

    On est 100 (parait-il, car on n’a pas le droit de connaître la liste), et seulement 18 présents pour les votes lors de la conférence de section. Avec 4 ou 5 votes d’opposition, parce que nous sommes membres de l’ANR et donc les pionniers du maintien du pcf et de son nom. (sans nous, on serait déjà tous au PS). Il faut connaître le combat que mènent Nicolas Marchand, Yves Dimicoli et d’autres au sein de la direction, contre Cohen-Seat, notamment, c’est incroyable.

    Et nous aussi, à Annecy, c’est éprouvant, d’avoir continuellement à se "coltiner" ces "semelles de plomb", car ils ne veulent rien faire, et empêchent ceux qui veulent faire...de faire.

    La direction nous prépare une transformation au sein d’une commission. On peut tout craindre. D’où la nécessité de rester vigilants. Et de regrouper tous les courants. Gérin, La Riposte, Valmy et les autres, pour le moment on chante chacun de son côté.

    • Après le congrès du PCF... Jean Lévy 17 décembre 2008 12:01, par Yannick
      Gérin, La Riposte, Valmy et les autres, pour le moment on chante chacun de son côté. Effectivement,la multiplication des groupuscules de purs et dur, coupés des masses et de la réalité des luttes sociales actuelles, est devenue une caractéristique de la décomposition du mouvement hérité de feu le PCF, faisant pendant à la poursuite de la dérive sociale-démocrate des politiciens qui le dirigent depuis la prise du pouvoir par Robert Hue : le gauchisme est devenu la maladie sénile du Communisme ! Aujourd’hui, C’est au NPA que se rassemble le plus grand nombre de militants (y compris d’anciens du PCF comme moi) qui veulent un véritable parti de lutte de classe : c’est le lieu où doivent à présent militer les révolutionnaires.
  • Après le congrès du PCF... Jean Lévy

    16 décembre 2008 16:30, par ethno1940
    il faut purement et simplement quitter le parti définitivement et faire sans lui... Si beaucoup de la gauche du parti le faisaient, il ne resterait rien de ce parti communiste-là et ce serait très bien. On pourrait enfin penser à refaire un vrai parti communiste qui soit vraiment communiste et non un parti de petit bourges apeurés, valets de la sociale démocratie, et, de fait, proclamant à quelques nuances près, le politiquement correct général du moment...
    • Après le congrès du PCF... Jean Lévy 16 décembre 2008 22:33, par MORIN CHRISTIAN
      Oui tu as raison il faut quitter le partiet reconstruire un vrai parti communiste avec tous les camarades qui l’ont quitter ettous ceux qui sont encore au pcf.Mais la se trouve la difficulte .Nous somms plusieurs a avir creer des mouvements pour redonner une veritable force communiste et un parti marxiste dans le pays .Pour avoir participer aquelques rencontres avec ces mouvements j’ai l’impression q’il y aun decalage important sur des problemes de fond et surtout sur l’europe .Beaucoup pensent l’europe social peut exister comme Besancenot et le pcf d’ailleurs.Aujourd’hui tout nous demontrent, qu’il faut relocaliser toutes les entreprises parties dans le monde dont en europe .Il faut renationaliser et nationalser les grandes entreprises du CAC 40 ainsi tout ce qui est energie, cie petroliere,le systeme bancaire ainsi tous les services publics.Voila a mon avis le point d’accord essentiel qui permettra de cnstruire un grand parti revolutionnaire dontla france abesoin.C MORIN ouvrier Renault Cleon
      • Après le congrès du PCF... Jean Lévy 17 décembre 2008 15:54, par Pierre Delvaux

        Effectivement,l’Europe est le point d’achoppement de tous ceux qui cherchent à construire une alternative. Et il faut bien constater que les auteurs des dernières initiatives dans ce sens (Besancenot, Mélenchon...)occultent la vérité de l’Union Européenne derrière le concept d’une "autre Europe". En conséquence logique de quoi, ils leur est difficile de formuler clairement les revendications primordiales (nationalisations, souveraineté monétaire, protectionnisme...) Ce débat essentiel et urgent se mène sur "La Sociale". Ci-dessous les liens de deux articles ayant donné lieu à des échanges intéressants.

        http://la-sociale.viabloga.com/news/droite-et-gauche-des-categories-devenues-inutilisables

        http://la-sociale.viabloga.com/news/a-propos-du-parti-de-gauche-1-proclamation-ou-construction

      • Après le congrès du PCF... Jean Lévy 21 décembre 2008 16:04, par LENINE
        Quitter le parti cela fait des années que 500 000 militants l’ont fait,et que je sache ils n’ont pas créé de nouveau parti (révolutionnaire !). Quand au NPA le choix de ce sigle a permis ’et cela n’est pas innocent, de gommer la reférence communiste .Le jeune facteur a une bonne bouille mais ce n’est pas pour elle que les médias lui font une bonne promotion.Mais que par son babillage "révolutionnaire" il permet à la droite de garder le pouvoir.
  • Après le congrès du PCF... Jean Lévy

    18 décembre 2008 08:53, par SOVIET
    LA PC est en pleine dérive droitière. Le retour aux principes de la dictature du prolétariat s’impose et vite.
  • Après le congrès du PCF... Jean Lévy

    30 décembre 2008 08:37, par Hervé BRAMY

    Cher Jean Lévy,

    Voilà un bon moment maintenant que je suis abonné à la lettre du comité Valmy sans doute mes précédentes responsabilités électives ont-elles conduit des membres du comité à considérer que ce lien pouvait être utile ... bon ... mais là je dois avouer ma profonde stupéfaction à la lecture de cet aticle d’un anti-communisme que je croyais largement dépassé dans vos rangs. Je dois vous dire une chose et une seule que cela vous plaise ou non ce sont les adhérents du PCF qui décident leur politique et qui sont leurs dirigeants. Je suis l’un d’entre eux et j’assume les choix que nous avons ensemble décidés après une longue maturation de juin 2007 à décembre 2008 avec un texte final remanié par un intense travail militant individuel et collectif. L’attachement des communistes à l’existence du PCF et indissociblement à ses transformations est un parti pris courageux et ambitieux. Enfin je voudrais vous dire que nos congrès locaux, départementaux et national ont montré des communistes qui écoutent les arguments des uns et des autres d’ailleurs dans la plus grande transparence - je pourrais si vous le souhaitez rentrer dans les détails - et ils ont su en conscience décider ce qui leur paraissait le plus utile pour la France, l’europe et le monde ainsi que pour eux mêmes. Et cela tout en dédramatisant le choc des idées comme des listes alternatives. Au fond au regard de leurs propres statuts ils ont su surmonter bien des obstacles internes et externes pour affirmer leurs choix en toute démocratie que cela vous plaise ou non... Bien à vous H. BRAMY


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>