COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > A Santiago, la trouille au ventre José Fort

A Santiago, la trouille au ventre
José Fort

dimanche 13 septembre 2020, par Comité Valmy


A Santiago, la trouille au ventre

Peu de temps après le coup d’Etat au Chili (11 septembre 1973), j’étais envoyé à Santiago.

A chaque date anniversaire, me revoici plongé dans mes souvenirs.

« Un avion décolle dans trois heures pour Buenos Aires. Un conseil, prenez-le, votre sécurité en dépend. » Je venais à peine de rentrer dans ma chambre d’hôtel à Santiago du Chili. Au téléphone, un interlocuteur inconnu m’invitait à quitter rapidement le pays. Il fallait faire vite, sauter dans un taxi et prendre rapidement la route de l’aéroport en observant les consignes reçues quelques jours plus tôt. Peu m’importait ce départ précipité, même s’il provoquait une forte montée d’adrénaline, une trouille difficilement contenue.

La mission que l’on m’avait confiée quelques semaines après le coup d’État de Pinochet en plein cœur de la capitale chilienne avait été remplie et allait figurer à la « une » de « l’Humanité » peu de temps après : rencontre avec les rescapés des tueries, transmission d’informations mémorisées à Paris, à Rome et à Buenos Aires avec en retour l’enregistrement d’indications précises, remise d’une forte somme d’argent, fruit de la solidarité.

Je sais aujourd’hui que la plupart des personnes rencontrées ont disparu. Leurs corps n’ont jamais été retrouvés.

Quelques jours avant de quitter Santiago, le jeune homme installé au Sheraton, roulant en Lincoln noire avec chauffeur et menant – sur ordre - grand train de vie ne présentait pas le profil d’un révolutionnaire échevelé. Dans le restaurant de l’hôtel vide, les regards des personnels chargés de servir l’unique client entouré de chandelles exprimaient plus le mépris que l’envie.

La première partie de la mission achevée et les contacts rompus, la seconde ne pouvait échapper aux flics de Pinochet. Visites aux familles réprimées et à leurs courageux avocats, rencontres avec les candidats à l’exil réfugiés dans les représentations diplomatiques. « Vous êtes repéré », m’avait averti l’ambassadeur du Mexique qui dû, lui aussi, quelques jours plus tard, faire ses valises.

Il régnait un étrange silence à Santiago. Cette ville vivante, bruyante, joyeuse était plongée dans la peur. Dès le soir tombé, malgré la chaleur du début de l’été, les rues étaient désertes. Les patrouilles de l’armée quadrillaient la capitale.

L’accès au palais présidentiel, la Moneda ravagé par les flammes le 11 septembre 1973, était interdit, les cadavres ne dérivaient plus sur le fleuve Mapucho, le stade qui avait servi de centre de torture avait été nettoyé.

Les prisons étaient pleines, on torturait dans les casernes et dans des villas réquisitionnées par la police secrète, on incitait à la délation dans les familles, les dirigeants démocrates-chrétiens, si violents contre Salvador Allende, se terraient sans exprimer la moindre protestation, tandis qu’une poignée de militants communistes, socialistes et du MIR tentaient de reconstruire une structure de résistance.

Seuls quelques ecclésiastiques osaient affronter publiquement la junte en protégeant des prisonniers et en venant en aide aux familles. En province, loin de tout, l’armée torturait et fusillait à tour de bras.

Il y avait au cours de ces heures tragiques des moments de fierté. Celui, par exemple, d’assister à l’accueil dans les locaux de la représentation diplomatique française des Chiliens de toutes tendances politiques promis à la mort.

Il était 18 heures. À l’aéroport de Santiago, le vol pour Buenos Aires était annoncé. J’achetais des cerises. Dans le paquet, je ne sais qui avait glissé un petit morceau de papier sur lequel était écrit : « Bon voyage et fais attention à toi. »

José FORT
vendredi 11 septembre 2020


J’ai appris plus tard que durant tout mon séjour à Santiago j’étais suivi et protégé par des camarades du PC chilien.


CHILI : témoignage de José Fort

Ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire, de José Fort. Préface de Roland Leroy.

Éditions Arcarne 17, 159 pages, 16 euros.

***

Paroles Citoyennes et Engagées


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>