COMITE VALMY

Accueil du site > - L’ENNEMI COMMUN DES PEUPLES : l’impérialisme étasunien > “Prenez garde à ça !” par Dimitri Orlov (dedefensa.org)

“Prenez garde à ça !”
par Dimitri Orlov (dedefensa.org)

vendredi 20 novembre 2020, par Comité Valmy


“Prenez garde à ça !”

Il y a des moments dans ma carrière d’observateur et de systématicien de l’effondrement où mon commentaire peut raisonnablement être réduit à deux mots : «  Regardez ça ! » L’étape actuelle de la séquence d’effondrement financier et économique initiée en 2008, qui est artificiellement masquée (sans jeu de mots) par la fausse “pandémie” de Covid-19, et à laquelle s’ajoutent maintenant des élections américaines frauduleuses et truquées, est justement une occasion de ce genre : pourquoi ne pas simplement rester assis et regarder le monde brûler ? Mais il se trouve que je suis de très bonne humeur aujourd’hui, et quand je suis de cette humeur, peu de choses peuvent m’empêcher de tenir bon et de bêler de façon prophétique.

Commençons par une petite balade mémorielle. C’est en 1995 que j’ai réalisé pour la première fois que les États-Unis allaient suivre la trajectoire générale de l’URSS. J’ai aussi immédiatement compris que l’URSS était plutôt bien préparée à l’effondrement alors que les États-Unis étaient sur le point d’être pris au dépourvu, et donc, en tant que service au public, j’ai pensé que je devais avertir les gens. “Et ça a fait quelle différence ?”, pourraient s’exclamer certains d’entre vous. Mais vous auriez tort : beaucoup de gens m’ont écrit pour me dire à quel point ils sont mieux adaptés psychologiquement maintenant qu’ils ont entendu et accepté mon message, car maintenant ils sont prêts à accepter l’effondrement avec équanimité et calme. Cela rendra certainement les choses moins fastidieuses.

C’est ainsi que j’ai eu mon moment “Eurêka !” en 1995, et dix ans plus tard, en 2005, j’ai rendu publiques mes observations. J’ai reçu une réponse étonnamment sympathique de la part de certaines personnes particulièrement éclairées – même si ce sont elles-même qui se qualifient ainsi. Aujourd’hui, un quart de siècle après ma première intuition, alors que les États-Unis sont au bord de la faillite nationale et de l’effondrement institutionnel, le monde entier assiste à un spectacle électoral spectaculaire de fin d’empire, mettant en vedette nul autre que l’homme de spectacle et impresario extraordinaire Donald Trump. Il a déjà organisé des concours de beauté, alors que celui-ci est plutôt un concours de laideur, mais la beauté est rare et s’efface toujours alors que la laideur est courante et devient généralement encore plus laide, ce qui en fait un pari beaucoup plus sûr. Acceptons-le donc comme un cadeau d’adieu au monde d’une nation en voie de disparition qui nous a offert des films d’horreur, de la téléréalité et des cirques à trois pistes avec des monstres de foire.

Dans le vaste tableau panoramique de l’élection de 2020, Trump (notre héros) apparaît baigné dans une lueur dorée de nostalgie de la grandeur américaine perdue, qu’il promet de raviver à jamais. Rassurez-vous, Trump ou pas Trump, l’Amérique ne sera plus jamais grande. Mais l’auréole magique de Trump s’étend au-delà de son plumage crânien orange resplendissant et enveloppe tous ceux qui se languissent de la Pax Americana perdue et qui craignent et détestent ce que l’Amérique est en train de rapidement devenir – qui est, pour dire les choses crûment, un réservoir de dégénérés de toutes sortes présidé par une maison des horreurs. Ils se languissent de l’époque où les hommes étaient virils et les femmes féminines, où les secrétaires étaient flattées lorsque leurs patrons prenaient le temps de se frotter à elles en dehors de leurs horaires chargés, et où tout le monde était soit un WASP, soit travaillait dur pour essayer de ressembler et d’agir comme un WASP, soit restait à son rang dans la vie et savait qu’il ne fallait pas être trop arrogant. Ils veulent croire que le creuset ethnique peut encore produire des alliages nobles, de préférence du bronze corinthien, et certainement pas du mâchefer ou des scories.

Notre chef intrépide orangé, qui à 74 ans n’est pas, lui, une poule mouillée, est confronté à un groupe macabre de gérontocrates séniles. Il y a Joe Biden, 77 ans, dont le cerveau s’est enfui pour rejoindre un cirque il y a quelques années, mais qui s’imagine être président élu, ou sénateur, ou vice-président, ou quelque chose comme ça. Après avoir passé huit ans dans l’ombre en tant que vice-président d’Obama, Biden est aussi apte à diriger qu’un cochon est casher après s’être frotté contre un mur de la synagogue. Pour l’aider dans ses tâches, il a nommé sa nounou, Kamala Harris, une lapsus de fille qui a 56 ans.

Le balcon du mausolée américain est également hanté par Nancy Pelosi, 80 ans, qui dirige toujours la Chambre des représentants, même si un emploi convenable pour elle à ce stade serait de grimper dans un mirador pour empêcher les oiseaux de nuire à la récolte de maïs. Il y a aussi Bernie Sanders, 79 ans, un triste pagliaccio dont le rôle permanent dans la Commedia dell’Arte politique que le Parti Démocrate organise tous les quatre ans est de simuler la démocratie en acclamant des foules de jeunes imbéciles lors de l’acte I, puis feignant la mort après être tombé de son pogo stick à l’acte II, et enfin titubant, saluant et souriant pour le lever de rideau.

Enfin et surtout, il y a l’horrible harpie, Hillary Clinton, qui est relativement jeune avec ses 73 ans, mais dont l’odeur putride et le visage cadavérique et répugnant ne sont plus présentables au public, sauf dans des circonstances délicates. Caché encore plus loin dans les coulisses se trouve la momie de George Soros qui, à 90 ans, continue de tirer les ficelles et de faire des ravages aux États-Unis et dans le monde entier – ses larbins avaient récemment propagé la révolution de couleur en Arménie, provoquant à son tour l’“élection” de Pashinyan, un imbécile de choix et un traître, qui a ensuite perdu une grande partie du territoire de son pays au profit de l’Azerbaïdjan. Je pourrais citer bien d’autres cadavres financiers et oligarchiques, mais je m’abstiendrai, pour éviter de vous donner des cauchemars. Personne ne vit éternellement, pas même Henry Kissinger, 97 ans, et donc tout ce que nous avons à faire, c’est d’attendre.

Dans les sociétés saines, les dirigeants plus âgés vieillissent et laissent la place à des dirigeants plus jeunes qui les remplacent après une longue période d’études et d’apprentissage. Dans les sociétés malades, les dirigeants plus âgés s’accrochent au pouvoir sans que personne ne soit compétent pour les remplacer et, une fois qu’ils meurent, ils sont remplacés par des traîtres et des criminels. L’URSS et les États-Unis en sont deux exemples. La série de gérontocrates, Brejnev, Andropov et Tchernenko, qui ont hanté pendant un temps le balcon du mausolée de Lénine et qui, une fois envoyés dans le monde souterrain, ont été rapidement remplacés par le duo des traîtres Mikhaïl Gorbatchev et Boris Eltsine, le président pochetron, ce qui a été une tragédie pour la Russie. La vague de mortalité qui s’ensuivit fut du même ordre de grandeur que les pertes subies pendant la Seconde Guerre mondiale. Conformément au cliché usé de la répétition de l’histoire, la gérontocratie américaine actuelle est plus une farce qu’une tragédie, mais ses résultats ne seront probablement pas moins meurtriers pour la population.

Pour compléter ce tableau épouvantable, dans l’élection présidentielle américaine en cours, un candidat presque mort et sa charmante assistante ont été élus par une armée de morts-vivants : des électeurs qui ont envoyé leur bulletin de vote par la poste malgré leur décès. J’ai moi-même vérifié une partie des preuves incriminantes, et je suis presque sûr qu’il y avait plus de 11 000 électeurs dans ce cas dans un seul comté du Michigan. Mais il ne s’agit en aucun cas d’une escroquerie locale : parmi les nombreuses autres manigances de comptage des votes, il semble qu’il y ait eu un effort national pour commander des bulletins de vote par correspondance aux personnes ad patres, les remplir pour Biden et les envoyer par la poste. On pourrait dire qu’il s’agit d’une question de droits de l’homme : pourquoi priver les morts de leur droit de vote ? N’est-il pas temps de cesser de discriminer les morts ? Peut-être faudrait-il remplacer LGBTQ par LGBTQM pour “morts”. Mais pourquoi s’arrêter là ? Pourquoi ne pas aussi ajouter un “E” pour les enfants à naître et mettre fin à cette impardonnable discrimination contre les avortés ?

En tout cas, les électeurs morts pro-Biden ne sont que la partie visible de l’iceberg de la fraude électorale. Il y a aussi les plus de 1,8 million d’électeurs inexistants et pourtant enregistrés, découverts par Judicial Watch en septembre dernier. Ajoutez à cela le système de vote défectueux, bizarrement nommé Dominion, qui a mal compté les votes en faveur de Biden. Ajoutez à cela la couverture médiatique imméritée et flatteuse accordée à Biden et l’attitude extrêmement hostile des médias américains à l’égard de Trump. Ajoutez à cela les sondages frauduleux qui, tout comme avant l’élection de 2016, ont été manipulés pour rendre plausible une victoire frauduleuse de Biden. Ajoutez à cela les organisations généreusement financées comme BLM et Antifa – dans lesquelles le préfixe ”Anti” est une contrefaçon, cette organisation étant en fait très “Fa...” – qui ont reçu l’ordre de protester, de piller et d’organiser des émeutes dans de nombreuses grandes villes américaines, en déplaçant leurs mercenaires d’un endroit à l’autre, où ils recrutent ensuite des idiots utiles parmi les habitants. Le résultat est une vaste conspiration, effrontée, imprudente et auto-incriminée, visant à renverser un président en exercice par la fraude électorale.

Si vous croyez, ne serait-ce qu’un instant, que je suis scandalisé, dégoûté et indigné par ce piétinement des principes sacrés de la démocratie, alors pardonnez-moi de secouer la tête de manière sardonique tout en riant tranquillement en moi-même. Non, je ne suis pas le moins du monde scandalisé. En fait, cette évolution me remplit d’optimisme pour l’avenir. Je crois que cet échec institutionnel épouvantable est un développement merveilleux qui offre un grand espoir au reste du monde, et peut-être aux États-Unis eux-mêmes, bien que l’environnement politique y semble plutôt désespéré, indépendamment de la façon dont son système électoral ridicule peut, horriblement ou merveilleusement, fonctionner.

En tout cas, il serait vain d’essayer de donner aux États-Unis un semblant de système électoral démocratique. Ce serait comme essayer de nettoyer une plage en ne ramassant que les canettes de bière vides autour d’une baleine échouée. La présidence, après quatre années d’efforts acharnés pour renverser un président en utilisant de fausses preuves, est une institution en faillite. Le Congrès, qui aujourd’hui dépense nonchalamment trois fois plus que les recettes fédérales, est un zombie fiscal. La Réserve fédérale, qui est maintenant une pure pyramide de Ponzi, est un zombie financier. Et puis il y a le reste de l’économie américaine, ridiculement gonflée, qui attend qu’un coup de vent violent provoque l’inondation d’une richesse éphémère d’actions, d’obligations et d’espèces, une grande partie s’évaporant au passage et le reste provoquant un tsunami d’inflation des prix à la consommation.

Au cours de ce spectacle, l’image faussaire présentant les États-Unis comme une ville brillante sur la colline, un phare pour les masses groupées aspirant à respirer librement et un policier mondial bienveillant protégeant les “droits de l’homme universels”, faisant respecter les “valeurs humaines universelles” et répandant la “liberté et la démocratie” dans le monde entier, est piétinée dans la boue, recouverte d’excréments, et encore piétinée dans la boue. Alors que le rideau se baisse sur ce dernier acte de la Pax Americana, l’image de l’enfant terrible orangé et de la marionnette sénile avec sa nourrice en remorque jouant sur la balançoire des dysfonctionnements électoraux dans la cour de récréation restera à jamais gravée dans les rétines du monde entier. Le monde entier pourra alors aller de l’avant et chercher des modèles plus dignes d’intérêt et des policiers moins corrompus. Et c’est ça le progrès !

L’effondrement des États-Unis fera ressembler l’effondrement de l’URSS à une promenade dans un parc verdoyant ou à une promenade en bateau sur un étang placide. Je le dis depuis 15 ans maintenant. Mon message est toujours là, pour tous ceux qui souhaitent comprendre ce qui s’est passé et garder leur santé mentale.

Dimitri Orlov
28 novembre 2020


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>