COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Nord Stream 2 : l’Allemagne se tourne vers les Etats-Unis contre la Russie (...)

Nord Stream 2 : l’Allemagne
se tourne vers les Etats-Unis contre la Russie
par Karine Bechet-Golovko

samedi 21 novembre 2020, par Comité Valmy


Nord Stream 2 : l’Allemagne
se tourne vers les Etats-Unis contre la Russie

Depuis cet été, la furie américaine se déchaîne contre le projet de gazoduc russo-européen Nord Stream 2. Sanctions américaines contre les entreprises européennes partenaires, coalition médiatique de médias engagés contre un "projet climaticide" pour ne pas dire que la ligne est simplement pro-globaliste et anti-russe. Maintenant, les députés allemands ont rejeté à une majorité écrasante la résolution de soutien au gazoduc. La morale de l’histoire est aussi simple que banale : il est extrêmement difficile de porter un projet économiquement globaliste, en se positionnant pour la défense des intérêts souverains des Etats. Car il est impossible de différencier la globalisation économique de la globalisation (soumission) politique - tout a un prix.

Nord Stream 2, le projet de gazoduc reliant la Russie à l’Allemagne, est porté par le géant russe Gazprom, mais avec l’implication de grandes entreprises européennes comme Engie, Shell ou BASF. Or la question énergétique européenne est pour les Etats-Unis un enjeu considérable et un marché non négligeable. Ce marché est dominé par la Russie, comme avant il l’était par l’URSS, positionnement géographique oblige. Depuis des années, au nom de la "souveraineté" énergétique de l’Europe, la diversification est une obligation, qui a principalement permis de renforcer la position américaine. L’on notera que l’impératif de diversification de l’approvisionnement a été posé par les instances européennes en 2015 , c’est-à-dire à la suite de l’organisation du Maîdan en Ukraine par les Etats-Unis avec le soutien des Européens, ayant conduit à la réunification de la Crimée à la Russie et à l’ire globaliste, se traduisant toujours par une accumulation de sanctions.

Ainsi, aujourd’hui, la Russie fournit à l’UE et à la Grande-Bretagne 38,7% du gaz naturel et les Etats-Unis sont arrivés en deuxième position avec 28% en 2019. La concurrence est rude, d’autant plus que la fourniture de gaz américain coûte cher, car c’est du gaz naturel liquéfié, notamment de schiste, les pays européens construisent à grand frais des terminaux spéciaux pour l’importer, ce qui notamment le cas de l’Allemagne, de la Finlande ou encore de la Pologne. L’UE, après 2015, a renforcé la tendance et les financements. L’ opération a encore été accentuée par Donald Trump en 2018, quand après sa tournée, l’UE envisageait d’en construire une dizaine.

Ecartelée entre les Etats-Unis, qui veulent renforcer leur position sur le marché européen, et la Russie, qui est le fournisseur historique et moins cher de gaz, l’ Allemagne a tenté de jouer l’accalmie en promettant, en février 2019, la construction d’un terminal pour le gaz US. Ce qui n’a servi à rien, puisque dès été 2020, l’aboutissement de la construction de Nord Stream 2 se profilant, des sénateurs américains ouvrent le feu contre les compagnies européennes qui participent à la construction du gazoduc :


"Dans une lettre datée du 5 août, trois sénateurs américains républicains menacent de “destruction financière” le port de Sassnitz-Mukran, sur l’île allemande de Rügen, dans la mer Baltique, s’il ne met pas un terme immédiat à sa participation à la construction du gazoduc Nord Stream 2 qui doit acheminer le gaz russe vers l’Allemagne et l’Europe.



“Si vous continuez à fournir des biens, des services
et un soutien au projet Nord Stream 2,
vous mettez en danger votre survie financière”"


Maintenant, ce sont les députés allemands qui viennent de refuser de voter favorablement à la résolution déposée soutenant ce projet, à une écrasante majorité de 556 voix contre et 83 pour. Ce qui rend de plus en plus incertain l’avenir de ce projet.

La dimension géopolitique de ce projet confrontant les intérêts de la globalisation, au sein desquels les intérêts américains sont dominants, et les intérêts nationaux (russes et des pays européens), le rend difficilement réalisable. Il serait important que les pays ayant pour volonté de défendre leur souveraineté réalise, et tiennent compte du fait, qu’il est impossible de diviser la globalisation économique (en voulant y participer à égalité) et la globalisation politique (en la refusant au nom de la souveraineté nationale).

Karine Bechet-Golovko
vendredi 20 novembre 2020

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>