COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > La leçon de nucléaire du professeur Mélenchon par Descartes

La leçon de nucléaire
du professeur Mélenchon
par Descartes

mercredi 20 janvier 2021, par Comité Valmy


La leçon de nucléaire du professeur Mélenchon

Que penseriez-vous d’un homme politique qui, pour soutenir le discours antinucléaire, écrirait le paragraphe suivant :

«  Fondamentalement il s’agit d’un choix intellectuellement fainéant. Le nucléaire est une technologie rustique. Il s’agit de provoquer entre des barres radioactive une réaction automatique qui provoque de la chaleur pour chauffer de l’eau avec une double circulation de liquide l’une passant sa chaleur à l’autre. De tels système existent aussi dans la nature. C’est le degré proche de zéro en matière de trouvaille technique et d’ingéniosité. »

Il est clair que l’auteur de ce texte ne sait pas de quoi il parle. C’est quoi une « réaction entre des barres radioactives » ? En quoi cette réaction serait « automatique » ? Comment une telle réaction peut « provoquer » de la chaleur ? Comment une « circulation » arrive à « passer sa chaleur » à une autre ? Et finalement, où trouve-t-on un tel système « dans la nature » ? L’auteur de ces lignes sait il combien d’années – que dis-je, de siècles – de recherche et développement a-t-il fallu pour arriver à mettre en évidence cette réaction, à la dompter, à la produire de manière sûre et contrôlée ? Comment explique-t-il que seule une poignée de pays aient réussi ce « degré proche de zéro en matière de trouvaille technique et d’ingéniosité » ?

Que penseriez-vous si je vous disais que l’homme qui a écrit ces lignes est un politique expérimenté, ancien ministre, trois fois candidat à la présidence de la République ? Difficile à croire, n’est-ce pas ? Et pourtant, c’est vrai : les lignes qui précèdent sont extraites de l’article publié par Jean-Luc Mélenchon sur son blog le 12 janvier 2021 et intitulé « Tu as froid ? Mange du nucléaire ! » (1).

Et ce paragraphe n’est pas le seul à défier l’entendement. On trouve dans l’ensemble du papier des approximations ou des erreurs grossières à tous les étages (2). Mais aucune n’atteint ce degré de grossièreté, qui devrait conduire le citoyen à s’interroger sur l’état de La France Insoumise en général et de son Gourou en particulier. N’y a-t-il personne dans ce mouvement politique capable d’écrire un texte sur le nucléaire un tant soit peu informé ? Faut croire que oui, puisque dans un autre papier (3) le Gourou écrit :

« C’est comme ça que j’ai connu par exemple Jean-Marie Brohm le « savant nucléaire » réputé excentrique à qui je dois non seulement des connaissances entièrement renouvelées mais aussi quelques expériences de partage humain que je garde dans un écrin spécial de ma mémoire. Comment aurais-je rencontré un savant nucléaire sans le soucis politique de comprendre à fond ce dont je me préoccupais ? »

En lisant ce paragraphe, on peut comprendre comment Mélenchon arrive à écrire pareilles bêtises. A force de « renouveler ses connaissances » chez des « savants nucléaires réputés excentriques » comme Brohm, on finit par croire n’importe quoi. Mieux lui vaudrait de prendre quelques leçons chez un ingénieur ou un physicien un peu moins excentriques, mais connaissant leur métier. Remarquez, dans le même papier où il parle de ses discussions sur le nucléaire avec Jean-Marie Brohm il évoque ses discussions avec Didier Raoult. Avec des conseillers comme ceux-là, tout devient possible…

Le Petit Timonier déclarait autrefois qu’il avait été convaincu du besoin de sortir du nucléaire non pas par la lecture de livres sérieux ou l’échange avec les gens qui connaissent le sujet, mais par une visite à la centrale de Nogent sur Seine. Que voulez-vous, certains ont une révélation derrière un pilier de Notre-Dame, d’autres en visitant la salle des machines d’une centrale nucléaire. Et lorsque la révélation est là, à quoi bon consulter les experts ? Sauf, bien entendu, lorsque les experts en question sont « réputés excentriques ». Les autres sont tellement ennuyeux : ils insistent tellement sur les faits.

Car si Mélenchon ne met sa confiance que dans les « savants réputés excentriques », ce n’est pas par hasard. C’est parce que ce sont les seuls qui sont disposés à aller dans le même sens que lui, les seuls qui acceptent de le suivre dans ses marottes. Un expert qui connaît son sujet et qui est attaché à la rigueur scientifique ne dira jamais que le nucléaire est « le degré proche de zéro en matière de trouvaille technique et d’ingéniosité ». Pour cela, il vous faut trouver un hurluberlu. Et dans une secte où le gourou ne supporte la contradiction, seuls les hurluberlus ont droit de cité.

Descartes

(1) https://melenchon.fr/2021/01/12/tu-as-froid-mange-du-nucleaire/

(2) Pour ne donner qu’un exemple, concernant les risques d’insuffisance de la production électrique pointés par RTE, il écrit :

« Un autre élément de réponse est à portée de main depuis novembre dernier. La pandémie de Covid-19 a retardé le planning de maintenance des réacteurs nucléaires. Les travaux sont normalement faits avant l’hiver en prévision des froids à venir, pour anticiper les hausses de consommation liées au chauffage. Mais outre la maintenance classique, le parc est vieillissant et les incidents se multiplient. Un quart des réacteurs ont déjà dépassé 40 ans, soit la durée initiale de fonctionnement. Ainsi, il suffit de lire la presse pour apprendre que « 13 réacteurs ne produiront pas d’électricité en février, contre deux à quatre les années précédentes. » Mécaniquement, l’électricité disponible est moindre. Et la situation tendue. À cause de l’importance trop grande du nucléaire et de ses problèmes. Et non l’inverse. »

Imaginons un instant que nous nous trouvions dans le paradis que nous promet la « planification écologique » mélenchonienne, avec 100% d’énergies renouvelables. Est-ce que cela changerait quelque chose ? Non, pas vraiment, parce que – et c’est là une illusion très courante chez ceux qui n’ont pas de culture industrielle – les énergies renouvelables n’échappent pas au besoin de maintenance. Les pièces mécaniques des éoliennes s’usent et doivent être régulièrement remplacées, les mâts se fissurent et doivent être entretenus, l’électronique qui permet de relier les panneaux solaires au réseau tombe en panne et doit être réparée, et les panneaux eux-mêmes subissent des dégradations et doivent être nettoyés, réparés ou remplacés. Le Covid-19 a réduit la disponibilité du parc nucléaire, mais a aussi réduit la disponibilité des énergies renouvelables. Avec la circonstance aggravante qui tient au fait qu’un réacteur nucléaire, lorsqu’il est disponible, peut toujours produire de l’électricité, alors qu’un panneau solaire ou une éolienne peuvent être disponibles, et ne pas pouvoir produire faute de soleil ou de vent.

(3) https://melenchon.fr/2020/03/26/billet-denquete-echange-avec-le-professeur-didier-raoult/

le 19 janvier 2021

Descartes


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>