COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > Pour la première fois depuis vingt ans, UN CANDIDAT DU PCF A L’ELECTION (...)

Pour la première fois depuis vingt ans,
UN CANDIDAT DU PCF A L’ELECTION PRESIDENTIELLE ?
Jean LEVY

mardi 13 avril 2021, par Comité Valmy


Présidentielle 2022 : un pas de plus vers une candidature communiste, et la position de Jean LEVY

Pour la première fois depuis vingt ans,

UN CANDIDAT DU PCF A L’ELETION PRESIDENTIELLE ?

La Conférence nationale du PCF s’est majoritairement prononcée, samedi 10 avril, en faveur d’une candidature autonome à la prochaine élection présidentielle et d’un «  pacte d’engagements communs  » en vue des législatives.

Sous le dôme blanc de la coupole Niemeyer, place du Colonel-Fabien à Paris, le siège du PCF a pris des allures 2.0 ce week-end. Projetés sur un écran géant, quelque mille délégués communistes s’y sont retrouvés via un système de visio – reliant de multiples réunions décentralisées, restrictions sanitaires obligent – pour débattre de leur stratégie pour l’élection présidentielle de 2022.

66,41 % pour une candidature autonome

Et c’est le choix d’une candidature autonome du PCF à la présidentielle qui l’a emporté. Une large majorité, 66,41 %, s’est prononcée, samedi, à l’issue des travaux de cette Conférence nationale, en ce sens. Les délégués ont assorti à cette candidature un «  pacte d’engagements communs  », qui «  inclurait des mesures immédiates, des propositions structurelles, appuyant les luttes, pour constituer une majorité de gauche à l’Assemblée nationale  ».

L’objectif final  : empêcher le duel Macron-Le Pen, dont personne ne veut, mais surtout empêcher la finance de conserver le pouvoir dans notre pays.

FABIEN ROUSSEL


«  Nous sommes tous d’accord sur l’objectif final  : empêcher le duel Macron-Le Pen dont personne ne veut, mais surtout empêcher la finance de conserver le pouvoir dans notre pays. Nous voulons offrir un pacte aux Françaises et aux Français pour déjouer le piège, le duel que l’on veut nous imposer. Car cinq années de plus avec la finance au pouvoir seraient dévastatrices et nous savons que c’est sur ce terreau-là que pousse l’extrême droite  », a résumé le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel à l’issue des discussions, ce samedi.


*

Ça n’empêche pas Nicolas


Pour la première fois depuis vingt ans,

UN CANDIDAT DU PCF A L’ELETION PRESIDENTIELLE ?

Les militants communistes, dans leur majorité, se sont prononcés pour ce choix. Les partisans d’une nouvelle "Union de la gauche", dont on a mesuré la nocivité en 1997-2002, ont été battus.

Mais reste entière la question du contenu d’une candidature communiste et de ce que celle-ci offre comme perspectives à notre peuple.

Rien ne serait plus vain que de croire qu’une mise à jour du programme du PCF en 1971, "Changer de cap" , serait de nature à répondre à la situation d’aujourd’hui en France. Notre pays n’était pas alors captif au sein de l’Union européenne, et le combat communiste s’opposait au capitalisme monopoliste d’état, dont la nature était encore essentiellement industrielle aux mains d’intérêts privés hexagonaux. La mue financière et financiarisée n’en était alors qu’à ses balbutiements. Le piège de Maastricht ne s’était encore refermé sur la France. La politique se faisait à Paris, à la"corbeille", pas encore à Bruxelles et à Francfort, au sein de la BCE

Aujourd’hui, nous avons changé de monde.

Notre industrie a été vendue à l’encan, livrée aux intérêts étrangers, à l’Allemagne essentiellement, nous n’avons plus de monnaie nationale, gage d’indépendance, les mines fermées, la sidérurgie liquidée, l’automobile expatriée, nos usines livrées sur notre sol aux firmes étrangères...

En clair notre pays a été dépouillé de sa puissance économique au fur et à mesure de la signature des traités européens. Et le sursaut du NON populaire de 2005, bafoué par les partis ligués.

Le traité de Lisbonne a fait de la France une nation captive, un peuple menoté, sans libertés.

C’est de cette situation qu’il faut se dégager.

Un candidat communiste devrait en premier crier cette vérité et mener le combat pour rassembler le peuple français sur ce thème. Tant que la France est sous le joug de Bruxelles, au sein de l’Union européenne, il est vain de croire ou de faire croire qu’un changement de politique est possible.

Le laisser penser, c’est tromper les citoyens.

Aussi, la première tâche d’un candidat communiste, c’est de proclamer haut et fort qu’un gouvernement populaire ne peut modifier la donne qu’en agissant hors des contraintes de l’Union européenne, et que notre peuple ne peut régler ses affaires qu’en étant, comme le charbonnier, maître chez lui.

C’est donc sur le thème de l’indépendance de la France et de la souveraineté de la nation française que doit être développée une campagne communiste aux élections présidentielles.

Et la mener avec tous les Français, d’où qu’ils viennent, qui adhèrent à cette politique.

Comme au temps du Conseil National de la Résistance.

C’est ainsi que nous chasserons du pouvoir, non seulement Macron et son clan, mais tous ceux qui, dans le cadre de l’Union européenne, feraient la même politique, qu’ils soient de droite ou qu’ils se présentent "de gauche".

Le changement de cap de la France est à ce prix.

12 avril 2021

Jean LEVY
Comité Valmy


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>