COMITE VALMY

Accueil du site > - Défense et promotion de la LANGUE FRANCAISE - FRANCOPHONIE > Procès langue française jeudi 22/04 : un dossier de 2,7 kg pour éradiquer le (...)

Procès langue française jeudi 22/04 :
un dossier de 2,7 kg pour éradiquer le français
et réclamer 10 mille euros à l’Afrav

mardi 20 avril 2021, par Comité Valmy


Procès langue française jeudi 22/04 :
un dossier de 2,7 kg pour éradiquer le français
et réclamer 10 mille euros à l’Afrav

Valérie Pécresse, ou l’anti-France...

(...et tout cet acharnement pour ne pas donner un nom en français à un simple passe)

Chers amis,

Je vous transfère par ce courriel le communiqué de l’AFRAV, une des rares associations courageuses et véritablement militantes en matière de défense de la langue française, et donc de notre identité et des intérêts superieurs de notre pays.

Afin d’imposer le dénomination « Navigo Easy », la région Île-de-France, présidée par Valérie Pécresse, a préparé un mémoire de 2,7 kg ( !), tout en demandant à ce que l’association, certes très active mais au budget plus que modeste, soit condamnée à lui verser la somme de 10 000 euros.

Comme vous le savez déjà si bien, la justice de notre pays est une institution souvent « hors la loi », soumise non pas aux textes de la loi mais aux pressions politiques, et tristement digne d’une République bananière. Et ce qui est vrai pour bien des domaines que nous connaissons déjà fort bien, l’est donc également en matière de défense de la langue française, autre pilier de notre société et de notre identité. Nous ne sommes pas au Québec, où la loi est la loi…

Les expériences vécues ces dernières années par les associations de défense de la langue française, dont l’AFRAV en particulier, face à une justice qui excelle souvent dans l’art de trouver des arguments farfelus et saugrenus afin d’empêcher l’application de la loi, démontrent bien que le risque de voir cette association être à la fois déboutée et condamnée à verser une somme d’argent est bien réel.

Soutenons donc l’AFRAV et relayons massivement le communiqué de cette association, dont le seul tort est d’exiger le respect et l’application de la loi française (pourtant ô combien peu ambitieuse, comparée aux lois québécoises en la matière…).

Pour finir, rappelons que Mme Valérie Pécresse ne manque pas une occasion de s’attaquer à la langue française, voire de mener une politique d’éradication. Ainsi, il convient de savoir que Valérie Pécresse :

- s’était déjà vu décerner le prix de la Carpette anglaise en 2008 (dont je fais partie du jury depuis peu) pour avoir milité activement, en tant que ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur, en faveur de l’éradication de la langue française au sein de nos universités, en encourageant la mise en place de formations exclusivement en langue anglaise (notamment pour soi-disant attirer des étudiants étrangers, alors que l’intérêt supérieur de notre pays sur le long terme exige de « fabriquer » des élites francophones, et non pas uniquement anglophones, qui serviront tout ou tard et d’un manière ou d’une autre les intérêts des pays anglo-saxons). Ce prix lui avait aussi été décerné pour son attitude favorable à l’anglicisation des institutions de l’Union européenne.

- avait déclaré que « l’anglais ne devrait plus être une langue étrangère en France », ou encore que « notre culture rayonne d’autant mieux qu’on s’exprime dans la langue de l’autre » (si seulement les Anglo-Saxons avaient raisonné ainsi au cours des deux derniers siècles…).

- avait osé traiter les défenseurs de la langue française de « lobby de la langue française », lors d’un passage sur la chaîne de télévision du Senat, en 2008.

- a déjà multiplié les dénominations en anglais d’événements organisés par la région Ile-de-France, démontrant que le cas du Navigo Easy est loin d’être isolé. En novembre dernier, M. Yves Montenay, vice-président de l’association « Avenir de la langue française », avait déjà écrit à Valérie Pécresse au sujet de l’utilisation exclusive de la langue anglaise pour la désignation de toutes les activités devant avoir lieu lors d’une journée consacrée à la création d’entreprise (Entrepreneur Coaching Day, avec au programme : Keynotes, Master classes, Coaching et Networking). Totalement inimaginable au Québec, par exemple.

- enfin, et venons-en maintenant au meilleur et plus révélateur : si lors du dévoilement du slogan choisi par la France pour les jeux olympiques de 2024, beaucoup s’étaient offusqués du choix ridicule de l’anglais, un autre événement sans doute plus choquant encore était passé largement inaperçu, à savoir le compte à rebours qui avait précédé l’affichage du slogan… un compte à rebours lui aussi en anglais !! Incroyable mais vrai. Là encore, une volonté claire et nette d’éradiquer, de faire disparaître totalement la langue française, de la part de responsables politiques incompétents, médiocres et qui ont, qu’on le veuille ou non, « quelque chose d’anti-français ».

https://www.youtube.com/watch ?v=mwBssikovZY

Observez bien cette vidéo, et gardez-la en mémoire. Bien que trop courte hélas, cette vidéo de Valérie Pécresse et de ses « compagnons de la collaboration » résume à elle seule toute la médiocrité de la classe politique qui gouverne notre pays depuis de trop nombreuses années.

Bien à vous

Ilyes Zouari

Président du CERMF (Centre d’étude et de réflexion sur le monde francophone)

https://www.cermf.org

info@cermf.org

***

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE L’A.FR.AV

Association Francophonie Avenir :
https://www.francophonie-avenir.com

Objet : Un procès pour rétablir la langue française !

Madame, Monsieur,

Jeudi 22 avril 2021, sera jugée au tribunal administratif de Paris l’affaire qui oppose notre association à l’établissement public « Île-de-France Mobilités » dont le Conseil d’administration est présidé par la présidente du Conseil régional d’Île-de-France et ancienne ministre, Mme Valérie Pécresse.

Pour nous, il s’agit d’un combat pour venir au secours de la langue française afin d’exiger que cet établissement public francise l’appellation « Navigo Easy », une appellation que cet établissement a donnée au nouveau passe de transport francilien.

Force a été de constater, cependant, qu’au lieu de s’excuser d’avoir eu recours à un terme anglais, et donc de ne pas avoir respecté la langue de la République – comme le précise notre Constitution -, et, ce faisant, également la loi qui régit l’emploi de la langue française en France, la présidente du Conseil d’administration « Île-de-France Mobilités », Mme Valérie Pécresse – et nous le répétons présidente du Conseil régional d’Île-de-France et ancienne ministre -, nous a envoyé par le biais de son cabinet d’avocats, un mémoire de 2,7 kg pour justifier l’anglais de la marque « Navigo Easy ».

Que voilà un beau spécimen des politiciens qui désormais sont aux commandes de la France !

Notons que si personne ne réagit contre cette folie qu’est l’anglomanie, une folie qui est en train de toucher l’ensemble de nos décideurs, nous perdrons définitivement au bout de 3 ou 4 générations la langue française comme jadis nos aïeux ont perdu leur langue (régionale), et nous sommes bien placés dans le Gard, en Occitanie, pour savoir qu’une langue peut disparaître.

Déjà, au ministère de l’Intérieur, n’a-t-on pas décidé que la nouvelle carte nationale d’identité des Français serait écrite en bilingue français-anglais, comme pour indiquer qu’il y aurait déjà aujourd’hui deux langues officielles en France ?

Enfin, au cas où nous perdrions ce procès, « Île-de-France Mobilités » demande que l’association soit condamnée à lui verser 10 000 euros au titre de l’article L761-1 du code de justice administrative.

Autrement dit à la victoire de l’anglomanie, à la mise hors circuit de la loi Toubon, Mme Pécresse verrait d’un bon œil qu’on y ajoutât la mort d’une association qui s’oppose à l’anglicisation de notre pays.

Il ne nous reste plus qu’à espérer, pour l’honneur de notre langue et pour l’honneur tout court, que les juges voudront bien faire appliquer la loi Toubon dans l’esprit et dans le texte.

Haut les cœurs !

Régis Ravat, Président de l’Afrav - president@francophonie-avenir.com

Thierry Saladin, Secrétaire de l’Afrav - thierry_saladin@yahoo.fr

Nicolas Bacaër, Représentant de l’Afrav à Paris, afrav-paris@francophonie-avenir.com

Note : l’affaire est inscrite au rôle de l’audience publique du 22/04/2021 qui se tiendra à 9h30 dans la salle n°1 bis, 7 rue de Jouy à Paris (75181).

Tél. : 01 44 59 44 00 – courriel : greffe.ta-paris@juradm.fr

Affaire "Navigo Easy" : Recours gracieux - Requête - Mémoire en réplique de l’Afrav - Audience de jugement


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>