COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Réalisme vs libéralisme : surmonter la démence politique par Alexandre (...)

Réalisme vs libéralisme :
surmonter la démence politique
par Alexandre Douguine.

jeudi 5 août 2021, par Comité Valmy


Réalisme vs libéralisme : surmonter la démence politique

J’ai remarqué que l’analyse politique en Russie a récemment commencé à se dégrader rapidement. L’émotion et l’hystérie ont complètement remplacé la rationalité. Avec la prolifération contagieuse des blogs vidéo et des stratégies de morpion, quels que soient les sujets abordés – élections ou vaccination, gay pride ou école supérieure d’économie, forum de Saint-Pétersbourg ou exercices de l’OTAN – tout se résume au dilemme des jeux Simple Dimple ou Pop It… Pauvre conscience, qu’es-tu devenue…

Malgré le fait que la démence soit en augmentation et touche de plus en plus les milieux politiques et ceux des experts, il convient de garder une certaine sobriété et rationalité. Et pour y parvenir, il est nécessaire de considérer la Russie et sa politique dans son ensemble – avec une certaine distance. Nous l’oublions constamment, nous le prenons pour acquis… Mais peu à peu, cette évidence est perdue de vue, oubliée et plus personne ne s’en souvient, ne le sait ou ne veut le savoir.

La clé pour comprendre tous les processus politiques qui se déroulent dans la Russie contemporaine est la confrontation globale entre deux modèles de l’ordre mondial futur. C’est le différend fondamental qui oppose le globalisme à la multipolarité. La théorie des relations internationales le décrit comme le grand débat entre les réalistes et les libéraux.

Poutine est un réaliste classique en matière de relations internationales. Il perçoit la souveraineté nationale de la Russie comme quelque chose d’absolu. Non pas comme une simple convention, mais précisément comme une réalité parfaite, ou du moins un mouvement décisif pour la faire advenir à la réalité. Tout le reste en découle.

La Russie devrait être un centre autonome de prise de décision au niveau mondial, et la politique intérieure devrait être totalement libre de toute influence extérieure. Soit la Russie est souveraine, soit il n’y aura plus de Russie, ou peut-être même plus d’humanité du tout. C’est exactement ce que Poutine exprime en toute clarté. Et rien que pour ça, certains l’admirent, d’autres le détestent.

Mais il existe un point de vue opposé. Elle est représentée par le libéralisme dans les relations internationales. C’est la position de Joe Biden et de son administration. Il s’agit du mondialisme habituel qui voit l’histoire du monde comme une progression linéaire, qui nous conduit inexorablement de l’ère des États-nations, qui se termine maintenant, à un gouvernement mondial supranational. Tout expert en relations internationales qui a lu au moins quelques manuels dans cette discipline sait que le gouvernement mondial n’est pas le produit de théories de conspiration délirantes, mais l’objectif clairement énoncé et ouvertement proclamé du libéralisme quand il aborde les relations internationales. Dans ce cas, la souveraineté – et encore moins la souveraineté authentique, sur laquelle insiste Poutine, est en contradiction directe avec le mondialisme et l’ordre mondial libéral.

Nous pourrions être surpris de voir à quel point les Américains réagissent douloureusement à toute ingérence – le plus souvent imaginaire – dans leur politique intérieure, et à quel point, en revanche, ils s’immiscent de manière flagrante et cavalière dans la politique de la Russie, de la Biélorussie, de la Hongrie, de la Turquie ou de l’Iran, soutenant tout élément extrémiste marginal – pour autant qu’il contribue à affaiblir la souveraineté et à faire basculer le pays dans le marasme.

Il ne s’agit pas seulement d’un double standard et d’un mensonge éhonté de l’Occident. Les libéraux croient sincèrement que leur intervention est un progrès, puisqu’elle mène à l’abolition des États-nations et à un gouvernement mondial, et que toute réponse symétrique de la part des réalistes est quelque chose d’outrageant et de scandaleux, voire de criminel. Il ne s’agit pas seulement d’une démarche logique de la part de ceux qui sont attaqués sur leur propre territoire, car pour les libéraux, tout territoire est sciemment le leur. D’où une pression aussi forte sur la Russie et un soutien ouvert aux cinquième et sixième colonnes – agents directs du mondialisme libéral.

C’est l’algorithme de base de ce qui se passe dans la réalité politique russe. Ce n’est pas Simple Dimple contre Pop It, mais le réalisme et la souveraineté contre le libéralisme et le mondialisme – voilà le problème.

Et les élections, et les processus économiques, et les problèmes de pandémie et de vaccination, et les remaniements de personnel, et la succession même du pouvoir qui deviendra tôt ou tard inévitable, malgré des reports temporaires – tout cela se résume finalement à la confrontation de deux modèles d’ordre mondial.

D’une part, il y a la multipolarité et une Russie souveraine et tout ce qui mène à cet objectif et contribue à sa réalisation.

De l’autre, l’effondrement de ce cours, l’effondrement des vecteurs patriotiques et l’effondrement dans le libéralisme. Nous savons ce qu’il en est depuis les années 1990 et en partie depuis le bref règne, Dieu merci, du libéral modéré Medvedev.

C’est le sens de ce qui se passe dans la politique intérieure russe, sans parler de la politique étrangère. Et c’est un processus ouvert – comme toujours dans l’histoire, cela dépend de chacun. Et si nous n’avons pas complètement perdu la capacité de raisonner, c’est de cette question fondamentale, de ce dilemme, que doit partir toute analyse, tout raisonnement, toute argumentation et tout pronostic.

mardi, 03 août 2021

source : Euro-Synergies


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>