COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > PREMIERES OBSERVATIONS APRES LE SECOND TOUR DES ELECTIONS CANTONALES par (...)

PREMIERES OBSERVATIONS APRES LE SECOND TOUR DES ELECTIONS CANTONALES par Jean LEVY

lundi 28 mars 2011, par Comité Valmy


Le fait majeur reste le taux d’abstentions qui affecte toutes les formations, mais c’est l’UMP la plus fortement touchée.

L’UMP, en particulier à travers la personnalité de Nicolas Sarkozy, subit de plein fouet le phénomène du rejet. A tel point que des candidats « divers droite » battent le sortant UMP comme dans divers cantons dans les Hauts-de-Seine (par exemple à Levallois, Mme Balkany), ou à Saint-Germain-en-Laye. Le parti de l’Elysée perd des centaines de milliers de voix, à comparer avec celles recueillies dans les mêmes cantons, il y a sept ans.

Il n’y a pas, cependant, de « vague rose »..

Mais, du fait de l’abstention massive, il n’y a pas de « vague rose » socialiste, même si, dans deux départements (le Jura et les Pyrénées Atlantiques), le PS peut espérer prendre la présidence du Conseil Général. Si les socialistes gagnent en pourcentage et obtiennent 35% des suffrages, très loin devant l’UMP %, ils n’en perdent pas moins une part importante de leur électorat, par rapport aux élections de 2004.

Autre constatation qui confirme les limites des gains d’influence du PS, c’est son échec dans sa tentative de ravir des sièges détenus pare le PCF. Le phénomène est probant en Val-de-Marne : bien qu’ils aient fait candidatures communes avec les Verts, au premier tour : les communistes conservent tous leurs élus.

Cette manœuvre a également échoué en Seine-Saint-Denis, à Aubervilliers, Saint-Denis et Montreuil (où le PCF prend un siège au PS)

De même, la tentation avortée de ces mêmes Verts de prendre des sièges aux sortants socialistes, par exemple, en Loire-Atlantique, en spéculant sur le report des voix de la droite. Et si les Vert-Ecologie font état d’un nombre de sièges « gagnés », ils « oublient » de préciser qu’il s’agit de cantons offerts par le PS, à travers des candidatures communes …

La montée en puissance du Front national

Mais la caractéristique de ces élections, outre l’abstention de masse, c’est la montée en puissance du Front national. Celui-ci avait capitalisé 15% des voix au premier tour. Calculé sur les seuls cantons où il y avait un candidat frontiste, le pourcentage du FN atteignait 19% des suffrages exprimés

Au second tour, le mouvement de Marine Le Pen totalise, pour les 403 cantons où il était présent, plus de 36% des voix. Le FN obtient des pourcentages bien au-delà de 40% dans de nombreuses circonscriptions, essentiellement dans les départements méditerranéens, mais aussi en Pas-de-Calais, à Montigny-en Gohelle, où le candidat frontiste dépasse 44% ou en Moselle, à Saint-Avold, avec 45%.Pour un changement durable à La Poste

Cependant, le Front national n’obtient que deux élus au total en France..

Sur les 403 cantons où le FN était présent au second tour, il est passé de 620 000 voix au premier tour à 915 000, soit près de 50 % de progression. Certes, il avait atteint 1,38 million de voix au premier tour, mais sur un total bien plus important de 1 440 cantons.

Une hausse de 10 %, dans les duels face à la gauche, mais aussi face à la droite.

Dans les duels FN-gauche, le FN gagné 10,6 points en moyenne entre les deux tours, il est passé de 24,9 % des suffrages exprimés au premier tour, en moyenne, à 35,5 % au second tour

Dans les duels face à la droite, le FN a aussi gagné 10,5 points en moyenne entre les deux tours : il est passé de 26 % à 36,5 %

La "porosité" avec l’électorat UMP, une tendance qui se confirme.

Cette "porosité" a été soulignée par les études d’opinion depuis l’automne : environ un quart des sondés affirme avoir voté Sarkozy à la présidentielle de 2007. Ces électeurs confient qu’ils voteraient aujourd’hui pour Marine Le Pen, soit plus de 7 % de l’électorat total.

Et maintenant ?

Nous sommes à treize mois des élections présidentielles. La défaite de l’UMP est en premier lieu une défaite personnelle de Nicolas Sarkozy. Pourra-t-il, dans ces conditions, être le candidat de la droite ? Divers sondages le classent troisième, et donc exclu du second tour.. Dépassé par Marine Le Pen, Sarkozy va-t-il courir après elle, et accentuer son discours « frontiste » en matière de sécurité et d’immigration ? Le vote d’hier montre les limites d’une telle orientation : la distance prise par l’aile « centriste » de sa majorité pourrait priver l’UMP d’une part décisive de son électorat. Déjà, une (ou des) candidatures issues de la « majorité présidentielle » ( ?) se préparent, telle celle de Borloo, voire d’Hervé Morin. Ce qui, dans le contexte actuel, exclurait Nicolas Sarkozy du second tour, la droite, dite traditionnelle, n’atteignant pas, dans son ensemble, 36%.

Les forces économiques, qui ont, en 2007, propulsé Sarkozy à la présidence de la République, doivent étudier les chiffres et évoquer une autre candidature pour 2012.

Mais ce qui va être en cause, plus fondamentalement, c’est la stratégie du grand patronat et du CAC 40.

Deux voies s’ouvrent à lui :

« un mariage à l’italienne » entre l’UMP et le Front national, telle l’alliance Berlusconi avec la Ligue du Nord, en cas de développement du mouvement social, qui nécessiterait une politique du bâton

ou

la carte DSK, et faire de celui-ci un « Papandréou » français, pour faire mieux avaler la pilule..

Les deux voies mènent aux mêmes objectifs économiques, ceux de l’Union européenne et du FMI.

Seuls les chemins pour y parvenir diffèrent.

Et si le peuple français prenait une autre route, la sienne, celle du combat pour une autre société ?

2 Messages de forum

  • Claire et brillante analyse de notre ami Jean Lévy...

    Le Peuple est intelligent, d’ailleurs les europeïstes de tout poil aimeraient certainement bien changer de Peuple, et comme ce souhait ne peut pas encore se réaliser... le pouvoir a fomenté un coup d’Etat en 2008 grâce au vote du Congrès à Versailles, que je ne peux appeler "représentation nationale", en ignorant le vote des Français de 2005.

    Donc le pouvoir est illégitime... et il en a tellement pris l’habitude, qu’il bombarde aujourd’hui la Libye ! La résolution du machin -aux ordres de qui on sait- n’autorisait en rien Sarkozy à s’exécuter, même s’il est le chef des Armées, le Peuple, LUI, est le SOUVERAIN... Un forfaiture de plus !

    C’est une des raisons, entre-autres, qui fait que le Peuple a encore décidé de bouder l’isoloir, ET IL A BIEN FAIT !

    Certes, les Conseils généraux, donc les départements, (conquête révolutionnaire) passent à la trappe dans 3 ans, -pour cause d’organisation supranationale en vue des futures eurorégions- et non sous le falacieux prétexte qu’il faut supprimer une strate de l’organisation administrative de proximité afin de réaliser des économies, mais, ce vote avait l’intérêt de représenter un réel sondage non manipulé, qui ne nous laisse pas indifférents.

    Entre parenthèses, on a également fait passer à la trappe les maires (élu auquel le citoyen est le plus attaché) grâce à l’invention des Communautés de communes, qui fait du maire un personnage dépourvu de pouvoir, (inaugurant les chrisanthèmes) au profit du président-régnant de l"agglo" non élu par le peuple... mais par les apparatchiks en attente de récompenses, quant aux citoyens, passez...

    Même si l’on peut croire que pour la présidentielle, les pêcheurs à la ligne seront moins nombreux, ce qui reste encore à démontrer, ce vote augure assez bien des résultats à venir : une fausse alternance (sans doute ?) de dirigeants de la politique du pareil au même élus sans majorité...

    Sauf si un citoyen courageux, dénonçant clairement son antieuropeïsme ou encore plus clairement tout autre altereuropeïsme, arrivait à franchir la course d’obstacles des conditions à remplir pour être candidat, laquelle est bien vérouillée par la nomenklatura ! Mais...

    Certes, la pression médiatique des patrons de presse -ceux qui ont le pouvoir par l’argent- non pas les salariés, nous offrira, comme à l’habitude, le cirque de la "Star-Ac" afin qu’il n’y ait surtout pas débats sérieux, et encore moins concernant l’UE, sujet essentiel concernant l’indépendance nationale et la sauvegarde de la souveraineté populaire... mais je parie que là, encore, le peuple de plus en plus informé,en particulier,par la Toile,épris de patriotisme, contrairement aux sornettes qu’on nous assène... saura quoi faire, et fera ce qu’il faut...

    Si les bonnes paroles, les envolés lyriques et patriotiques ont pu, une fois encore être assaisonnées de populisme en 2007, captant alors un peuple en désarroi dans les mailles du filet mensonger, il lui en faudra certainement bien plus cette fois-ci. Saga, vie sentimentale, photos talentueusement retouchées, chants des sirènes, € inutilement gaspillés en budget de campagne faramineux ne suffiront plus à combler le vide du contenu politique...

    Alors, las d’être trompés, nous, le peuple souverain, si nous interrogions les futurs candidats, par plis portés par huissiers, dont les réponses seraient exigées publiques, afin que suite aux débats, le choix de gouvernement qu’ils nous proposent sur les sujets essentiels soient clairement définis et obligatoirement respectés :

    - Que pensez-vous faire pour rendre à la France son indépendance ?
    - De quelles façons pensez-vous vous y prendre pour mettre en place l’abolition les privilèges ?
    - Pensez-vous pouvoir continuer à soumettre la France aux diktats de l’OMC sans qu’elle y siége ?
    - Pensez-vous supporter encore longtemps les délocalisations, la désindustrialisation de la France et par voie de conséquence la perte du "savoir-faire" ?
    - Que ferez-vous d’une nation qui n’est plus qu’un territoire géographique sans frontière ?
    - Que pensez-vous de l’idée qu’ont les salariés que l’immigration irrégulière et incontrolée qui les met en concurrence déloyale vis à vis d’un patronat qui ne peut que s’en féliciter.
    - Peut-on continuer dans la dérégulation économique et la libre-entreprise faisant passer les intérêts privés devant l’intérêt général ?
    - Que pensez-vous d’une société organisée en gouvernemnt tripartite, -Etat, salariés, citoyens- principalement dans les services publics et les entreprises dont l’intérêt stratégique, économique, est patent ?
    - Quid de la culture, la défense de la langue française, l’enseignement, la laïcité, l’aménagement du territoire dont l’absence de mixité sociale favorise le communautarisme ?
    - Comment voyez-vous la survie de notre agriculture... êtes-vous d’accord afin de la subventionner pour en préserver la qualité en assurant notre sécurité alimentaire.

    La liste n’est pas exhaustive !

    Si l’action était bien "vérouillée", sans doute y aura-t-il moins d’amateurs ! Chiche !

    Geneviève Blache

  • Je suis vraiment attristé de l’attitude de cette droite qui aime jouer avec le feu national,et quand-t’ils ont étaient trop loin avec leurs phrases nauséabondes.Ils accusent la gauche d’attisé le feu,qu’ils ont même allumer.Il est grand temps qu’ils laissent la place à des responsables politiques qui font preuves de maturités .Encore 13 mois à subir.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>