COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Libye : Faits et analyse

Source : Comaguer - Au fil des jours et des lectures n° 88 - 31 mars 2011

Libye : Faits et analyse

jeudi 31 mars 2011, par Comité Valmy


Comaguer a décidé de publier ici la traduction d’un document mis en ligne par le site russe http://left.ru/index.phtml

Ce site qui, de temps à autre, publie quelques textes en anglais peut être considéré comme proche des services secrets russes ou plus précisément de certains secteurs des dits services qui seraient réservés sur la politique, trop accommodante à leurs yeux, de Medvedev vis-à-vis des Etats-Unis et de l’OTAN.

Que ces réserves soient l’expression indirecte de celles du premier ministre Vladimir Poutine vis à vis de l’attitude du Président Medvedev est une hypothèse qui a cours en Occident mais à laquelle il est difficile de se rallier si l’on n’a pas un accès direct à des sources en langue russe. Le désaccord, si désaccord il y a, peut évidemment être largement amplifié et instrumentalisé par l’Occident pour peser dans le choix du candidat aux présidentielles russes de 2012.

L’Occident peut en effet avoir des préférences pour un candidat jeune et ouvertement hostile au défunt régime soviétique. Pour autant la préoccupation stratégique majeure de l’Occident reste le desserrement de l’alliance stratégique Chine/Russie et il favorisera par tout moyen celui des candidats qui, confronté au dilemme géopolitique traditionnel de la Russie, tournera plus ses regards vers l’Ouest que l’Est.

Ceci précisé, le limogeage de VLADIMIR CHAMOV par MEDVEDEV sur fond de guerre en Libye apparait bien comme une expression publique forte d’un désaccord entre le président et le premier ministre. (cf. article publié par le Comité Valmy joint in fine) La publication de cette interview peut donc être considérée, même si les responsables du site, par prudence, s’en désolidarisent, comme la réplique de Poutine au limogeage de Chamov. Mais, même s’il ne faut pas faire abstraction de ce contexte spécifiquement russe, cette interview d’un observateur très attentif de la scène libyenne apporte de nombreux éléments de réflexion sur les origines de la guerre de Libye et sur sa portée mondiale.

http://comaguer.over-blog.com

Libye : Faits et analyse

Helen Shelestiuk

Cet article n’a pas été approuvé par le Comité de rédaction de LEFT RUSSIA et est publié pour son intérêt polémique seulement.

Depuis plusieurs semaines maintenant la communauté internationale, retenant son souffle, a regarde les développements de la situation en Libye.

Que savons-nous de certain sur la Libye ? En fait, rien, au moins dans les médias officiels. Les médias nous persuadent que Kadhafi est un dictateur sanguinaire. Mais est-il juste d’appeler Kadhafi dictateur et parmi les dirigeants arabes le « punir » lui et son peuple avec une intervention à grande échelle ? Penchons-nous sur les faits. L’Ambassadeur de Russie congédié en Libye, Vladimir Chamov, en répondant à une question indirecte de l’intervieweur qui lui demandait si Kadhafi avait opprimé ses concitoyens, a déclaré : « De quelle oppression parlez-vous ? Les Libyens ont été gratifiés somptueusement pendant vingt ans des crédits sans intérêt pour la construction de leurs maisons, d’un litre d’essence coûtant environ 10 cents, de produits ’alimentaires à vil prix et une nouvelle jeep sud-coréenne KIA pouvait être achetée pour seulement 7 500 $. Ce pays n’est pas plus..." (1)

Quels sont les autres chiffres que nous savons sur la Libye et son chef ?

* le PIB par habitant de la Libye est de $ 14,192.

* Pour chaque membre de la famille, l’État verse une subvention annuelle de 1 000 $.

* les Chômeurs sont payés 730 $ chaque mois.

* Le salaire d’une infirmière de l’hôpital est de 1 000 $.

* Pour chaque nouveau-né une allocation de 7 000 $ est versée.

* les Nouveaux mariés reçoivent 64 000 $ pour acheter un appartement.

* Pour ouvrir une entreprise privée, on obtient une aide financière ponctuelle de 20 000 $. * Les gros impôts sont interdits.

* L’éducation et la santé sont gratuites.

* L’éducation et les stages à l’étranger sont aux frais du gouvernement.

* Il y a des magasins pour les familles nombreuses, avec des prix symboliques pour les denrées alimentaires de base.

* Pour la vente de produits après leur date d’expiration de fortes amendes sont imposées, dans certains cas la détention par la police est prévue.

* Un certain nombre de médicaments sont distribués gratuitement

* La contrefaçon de médicaments est considérée comme un crime majeur.

* Pas de loyers.

* Pas de facture d’électricité pour la population.

* La vente et la consommation d’alcool est interdite, « la prohibition » est la loi.

* Les Prêts pour l’achat d’une voiture et un appartement sont sans intérêt.

* les Services immobiliers sont interdits.

* Si une personne décide d’acheter une voiture jusqu’à 50 % du prix est versée par l’État, et les miliciens font don de 65 % du prix.

* L’essence est moins chère que l’eau. Un litre d’essence coûts 0,14 $. (2) Les bénéfices de la vente de pétrole ont été dépensés pour le bien-être de la population et pour élever le niveau de vie.

* Kadhafi a amassé plus de 143 tonnes d’or. Il programmait d’introduire une zone sans dollar un l’utilisation d’un dinar d’or au lieu de devises pour les paiements à d’autres pays. (3)

* En Libye, beaucoup d’argent est dépensées pour l’irrigation avec les eaux souterraines du pays, dont les volumes sont environ 100fois le débit annuel du Nil. Par son ampleur, ce projet de l’eau lui-même a valu le nom de « huitième merveille du monde ». Il fournit de 5 millions de mètres cubes d’eau par jour à travers le désert, il augmente considérablement la zone irriguée. 4 000 kilomètres de tuyaux sont enterrés profondément dans le sol pour les protéger de la chaleur. Tout ce qui était nécessaire pour le projet a été effectué principalement par la Libye elle-même. Rien n’a été acheté dans le premier monde, qui jamais n’a aidé les pays en développement à progresser à une position de soumission et s’il l’a fait, ce fut pour asservir le pays destinataire. Avec ce projet de l’eau, la Libye a pu démarrer une véritable « révolution verte », au sens littéral, qui résolvait beaucoup de problèmes alimentaires en Afrique. Et surtout, cela assurerait stabilité et indépendance économique. En même temps, Kadhafi a déclaré que le projet de l’eau de la Libye serait « la réponse plus forte à l’Amérique, qui accuse la Libye de soutenir le terrorisme ». (4)

* En 2010, Kadhafi a présenté une motion à l’Assemblée générale de l’ONU demandant de faire une enquête sur les circonstances de l’agression des États-Unis et de l’OTAN contre l’Irak et de traduire en justice les coupables de violations de masse des droits de l’homme. Il a également soumis un projet de résolution sur la responsabilité des anciens États coloniaux dans leurs anciennes colonies pour leur exploitation pendant la période coloniale et sur des paiements de compensation à ce sujet. (5)

La propagande occidentale a diabolisé Mouammar Kadhafi comme tyran pathologique et implacable ennemi des aspirations démocratiques du peuple libyen. Cela n’est pas vrai. Il existe des mécanismes de contrôle populaire et de la démocratie en Libye : élus des conseils des citoyens et des communautés autonomes (communes). Tout cela sans la nomenklatura parti de style soviétique, bureaucratie gonflée, mais avec très haut niveau de vie et de la sécurité sociale de ses citoyens. Quelque chose d’une société qui, par certains côtés, ressemble à une société communiste. C’est pourquoi la Libye a été diabolisée et attaquée par les anciennes puissances impérialistes ?...

Permettez-moi de citer un extrait de l’article de Sigizmund Mironin « Pourquoi la Libye est bombardée ? » : « La Libye, qui est censée être la dictature militaire de Kadhafi est en fait le plus démocratique État dans le monde. Là, en 1977, la Jamahiriya libyenne a été proclamée la plus haute forme de démocratie dans laquelle les institutions traditionnelles du gouvernement sont abolies, et tout le pouvoir appartient au peuple directement et par les comités populaires et Congrès du peuple. L’État est divisé en plusieurs collectivités qui sont autogérées « mini-États au sein d’un État », avec la pleine autorité dans leur district, y compris l’allocation des ressources budgétaires. Récemment Mouammar Kadhafi a proclamé les idées plus démocratiques - pour distribuer les revenus budgétaires parmi les citoyens directement et tout aussi.... Cette mesure selon le chef de file de la Révolution libyenne élimine la corruption et la bureaucratie parasitaire. » (6)

Pourtant malgré tout, il y a eu des affrontements avec certains groupes rebelles. Pourquoi, et quels sont ces groupes ? La réponse, étayée par des preuves (7), semble être comme suit. En Libye, il y a plusieurs clans. Apparemment les États-Unis par ses propres canaux ont poussé certains d’entre eux à se battre pour le contrôle du pétrole libyen. Ensuite, pour appeler un chat un chat, il y avait des bandes de mercenaires spécialement entrainés, certains « tireurs inconnus » - et - bingo ! vous avez une révolution. Certes, il n’était pas facile de rassembler beaucoup de rebelles, en fait il y en avait peu - la majorité est satisfaite du régime. C’est pourquoi l’intervention occidentale était nécessaire pour susciter un réel bouleversement.

Donc quelles sont les raisons de l inévitable intervention « directe » ? En mettant de côté les raisons spéciales de la Grande-Bretagne et la France (et celle-ci semble jouer le rôle de premier violon, tandis que l’autre, avec d’autres pays, joue léger), concentrons-nous sur les États-Unis. C’est ce que suggère S.Mironin dans l’article susmentionné. La plus importante et plus immédiate raison de l’agression de l’Occident contre la Libye, du point de vue U.S., semble être la nécessité de boucher un trou dans la dette d’État U.S. Comme vous le savez probablement déjà, avant mars 2011 le Japon a été l’un des principaux acheteurs d’obligations U.S., surtout de bons du Trésor, il a accumulé ces actifs à un niveau supérieur à 880 milliards de dollars. Dans la mesure où les dommages cumulatifs du tremblement de terre, du tsunami et de l’accident nucléaire de Fukushima-1 sont estimés à environ 300 milliards de dollars, il est naturel de penser que ces réserves « or » seront utilisées par les japonais pour le post-désastre. Cependant, les hauts fonctionnaires américains ont fermement mis en garde la partie japonaise pour qu’elle ne se débarrasse pas de ses trésors sur les marchés mondiaux. Néanmoins, le retrait inévitable du Japon, qui était un acheteur actif d’obligations U.S. fait encore sur ce marché un « trou » à remplir, qui, dans cette situation, ne peut se faire qu’avec l’aide des pays producteurs de pétrole arabes, de la Russie et de la Chine.

Cela implique un nouveau saut dans les prix mondiaux du pétrole et, respectivement, dans la demande de dollars. Ceci, apparemment, est conçu pour être atteint grâce à l’intervention des forces internationales en Libye en vertu d’un mandat de l’ONU .

1-Chamov, Vladimir. « Régime de Kadhafi peut supporter 2-3 mois », une interview de Moskovski Komsomolets

http://pda.mk.ru/politics/interview/2011/03/23/575076-rezhim-kaddafi-mozhet-proderzhatsya-trichetyire-mesyatsa.

2. http://www.echosevera.ru/politics/2011/03/17/314.html

3. Sterligov, Genrich. Les Bombardements de la Libye comme une punition pour la tentative d’introduire le dinar -d’or http://sterligov.livejournal.com/4389.html

4. Kholmogorov, Ye. Kadhafi : questions, réponses et leçons de l’histoire http://www.imperiya.by/rusworld.html ?id=9379

5. Mironin, Sigizmund. « Pourquoi la Libye est bombardée ? »

6. Boldyrev, Yu. Des Bourreaux, pas de guerriers http://narodinteres.ru/pryamaya-sdacha-nacionalnix-interesov.html ?

7. Scott, Peter Dale. Qui sont les combattants de la liberté Libyens et leurs patrons ? http://www.globalresearch.ca/index.php ?Context=va = 23947

L’ambassadeur Chamov accuse Medvedev de trahison en Libye

lundi 28 mars 2011

http://www.comite-valmy.org/spip.php ?breve534

L’ambassadeur de Russie à Tripoli, Vladimir Chamov, a été relevé de ses fonctions par le président Dmitry Medvedev. Il l’aurait qualifié de « traitre » dans un télégramme diplomatique, ce que le diplomate dément.

Toutefois, arrivé à l’aéroport Sheremetyevo de Moscou, M. Chamov a déclaré à la presse que la Russie ne pouvait pas se permettre de perdre un partenaire commercial comme la Libye. Moscou et Tripoli ont en effet conclu des contrats de plusieurs dizaines de milliards de dollars pour la décennie à venir. Outre l’exploitation des hydrocarbures, il a évoqué 4 milliards de dollars de contrats d’armement et 3,1 milliards de dollars pour la construction du chemin de fer.

(Photo : l’ambassadeur Vladimir Chamov et son ami Vladimir Poutine)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>