COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Nouvelle exaction du clan Ouattara ? L’ambassade du Japon a t-elle été (...)

Source : DECAP’ACTU

Nouvelle exaction du clan Ouattara ?
L’ambassade du Japon a t-elle été attaquée pour avoir contribué à la transparence ?

jeudi 7 avril 2011, par Comité Valmy


Le clan Ouattara avait de bonnes raisons d’en vouloir à l’ambassadeur du Japon en Côte d’Ivoire : sans lui, la fraude électorale aurait été moins visible. Pour mémoire, en octobre 2010 l’ambassadeur avait remis du matériel électoral offert par le gouvernement de son pays à la Commission électorale indépendante (Cei).

Sans ce cadeau, il est fort probable que les fraudes massives commises dans le Nord du pays par le clan Ouattara seraient passées inaperçues. (dans certains secteurs les votes Ouattara étaient supérieurs aux nombres des inscrits [b] )

Serait-ce donc une terrible vengeance que raconte la presse africaine, au grand dam des propagandistes français ?

"La résidence de l`ambassadeur du Japon à Abidjan a été attaquée mercredi par des « mercenaires », qui ont ensuite tiré roquettes et coups de canon depuis le bâtiment, a déclaré le diplomate à l`AFP, indiquant que quatre membres de son personnel local avaient « disparu ».

« Il y a quatre personnes, des agents de sécurité et le jardinier, qui ont disparu. Il y a beaucoup de sang dans la maison, des cartouches partout. Je ne sais pas si les quatre sont vivants », a déclaré Okamura Yoshifumi. « C`étaient des mercenaires sans doute, ils sont entrés dans la matinée dans ma résidence en tirant (avec des lance-roquettes) RPG. Avec une douzaine de personnes nous nous sommes enfermés dans ma chambre, dont la porte est blindée », a-t-il indiqué.

Sa résidence est située dans le quartier de Cocody (nord), dans un large périmètre autour de celle du président sortant Laurent Gbagbo, défendue par ses derniers fidèles face aux combattants d`Alassane Ouattara, chef d`État reconnu par la communauté internationale.

« De 9H00 à 14H00 (locales et GMT), ils ont tiré à la mitraillette, des canons, des RPG à partir de ma résidence. Je ne sais pas vers où ils tiraient parce qu`on était enfermés. C`est terrible », a poursuivi le diplomate.

« Ils ont saccagé, volé tout ce qui a de la valeur dans la maison. Vers 14H00, ils sont partis », a ajouté M. Yoshifumi. Mais « ils sont devant chez moi. J`ai peur qu`ils reviennent », a-t-il conclu.

(Source : AFP)


Voyons maintenant comment la presse française relate les mêmes faits, quitte à travestir la réalité :

Côte d’Ivoire : l’armée française exfiltre l’ambassadeur du Japon

La force Licorne est intervenue à la demande de l’Onu car des miliciens pro-Gbagbo avaient installé des armes lourdes sur le toit de l’ambassade du Japon à Abidjan.
La force française Licorne a de nouveau frappé mercredi soir à Abidjan des objectifs militaires à la résidence où se terre le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo, qui refusait toujours de se rendre, quelques heures après un assaut manqué des forces d’Alassane Ouattara.
Alors que lundi soir des bombardements de la France et de l’ONU - sur la résidence, notamment - avaient fait s’écrouler l’essentiel du régime, mais sans obtenir que Laurent Gbagbo jette l’éponge, les tirs de mercredi soir sont survenus à l’occasion d’une exfiltration réussie de l’ambassadeur du Japon.
Le Japon a salué, jeudi 7 avril, l’action de la France et des Nations unies. "Grâce à l’aide de l’armée française et des Nations unies, l’ambassadeur a été secouru avec sept autres collaborateurs", a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Tokyo. "Le ministère a été informé qu’ils étaient tous en bonne santé", a-t-il ajouté.
Face aux "tirs nourris des forces pro-Gbagbo, situées dans et autour de la résidence présidentielle" et "notamment dirigés" vers la résidence voisine de l’ambassadeur de France, "avec des intrusions", la force française a effectué des "tirs de riposte par hélicoptère", selon l’ambassade de France.
A la demande de l’ONU et du Japon, la force Licorne est "intervenue ce soir pour exfiltrer l’ambassadeur et ses collaborateurs de la résidence du Japon", sur les toits de laquelle "des miliciens pro-Gbagbo avaient installé des armes lourdes", "menaçant les ambassadeurs voisins et les populations civiles", indique-t-elle.
L’ambassadeur japonais Yoshifumi Okamura et ses collaborateurs "sont désormais sains et saufs et en sécurité au camp (militaire français) de Port-Bouët", dans le sud d’Abidjan, ajoute-t-elle. Il n’était pas possible dans l’immédiat de dire quels armements avaient été atteints dans la résidence, qualifiée par une source diplomatique de "vraie poudrière".
Propagandes du même acabit sur France-info, BFMTV, etc...

Heureusement qu’Internet est là pour rétablir la vérité.

Questions subsidiaires :

Qui, quels "journalistes", dans ces rédactions transformées en instruments de propagande, à conscience d’un certain partage de responsabilité avec les auteurs des crimes ainsi cachés ? Qui croit réellement que la vérité pourra définitivement être occultée ?


Reproduction libre avec le lien : Source : Decapactu

Notes

[b] Youssouf BAKAYOKO dévoile une fraude de 500.000 votants fictifs dans les zones CNO

Après la vague d’indignations qu’a suscité la déclaration inélégante et hors délai faite par Youssouf BAKAYOKO, sur les médias étrangers, de ce qu’il appelle résultats des élections présidentielles 2010, il convient de garder la tête froide et de mener une analyse objective de son contenu. La démonstration ci-dessous relève que les chiffres communiqués par Youssouf BAKAYOKO sur France 24 contiennent plus 500.000 voix fictives pour Alassane Ouattara.

Démonstration

Voici en substance ce qu’il a dit : GBAGBO Laurent : 2 107 055 voix, soit 45,90% des suffrages exprimés. Alassane Ouattara : 2 483 164 voix, soit 54,10% des suffrages exprimés.

Un simple calcul arithmétique permet d’avoir comme total des suffrages exprimés 4 590 219 (retenez-le quelque part). C’est-à-dire nombre de votants GBAGBO + Alassane. Souvenons-nous que la CEI avait communiqué le nombre total des inscrits à cette élection qui s’élève à 5 776 784 de personnes (source : Sagem sécurité).

Contre toute attente ce nombre est passé à 5 784 490 personnes à la proclamation des résultats au premier tour (source : Abidjan.net). L’écart de 7706 voix n’est pas énorme et ne change vraiment pas grande chose. Mais, l’intérêt est que si cet écart a été admis par tous au premier tour donc, par jurisprudence nous allons adopter les 4 784 490 (retenez-le quelque part) comme nombre d’inscrits pour le second tour. En plus s’il a déjà été utilisé, il n’est pas sensé varier entre deux tours de la même élection.

Total Inscrits 5 784 490 GBAGBO Laurent : 2 107 055, soit 45,90% Alassane Ouattara : 2 483 164, soit 54,10% Total des voix 4 590 219, soit 100% Taux Participation : 79,35%

Toujours par calcul, il ressort des chiffres communiqués par Youssouf BAKAYOKO sur France 24, que ce second tour a connu un taux de participation de 79,35% (4 590 219/5 784 490). On retient aussi qu’il n’a pas été communiqué le nombre de bulletins nuls. Pourtant nous savons tous qu’il n’y a pas eu la même affluence dans les urnes au second tour comme au premier. Tous les experts à la suite de ceux de la C.E.I ont estimés ce taux de participation à 70%.

Il y a donc un problème !!! C’est une incohérence grave, que je fais remarquer la !

Vous allez comprendre pourquoi. Voyons la différence entre les taux de participation : 79,35% - 70% = 9,35%. (Ce chiffre parait petit n’est-ce pas ?) Voyons combien de personnes représentent ces 9,35%. Donc, on multiplie le nombre d’inscrits par cet écart, et on obtient 540 850 personnes (retenez-le quelque part)

Je vous présente les statistiques du premier tour dans les zones CNO hors Région vallée du Bandama : Votants 1er tour Savane : 318 187 Denguele : 66 110 Worodougou : 91 993 Bafing : 38 766 Total : 515 056 Au total se sont 515 056 personnes dans les zones CNO hors région vallée du Bandama. Lorsqu’on rapproche ce chiffre à celui relatif à l’écart entre taux de participation 540 850, on observe que les deux chiffres sont presque identiques à 25 000 personnes près.

Conclusion 1 : Puisque plusieurs preuves d’irrégularités, exactions et tricheries témoignent d’un vote non démocratique dans les zones CNO, nous sommes en droit de penser qu’il y a eu fraude massif de plus de 500 000 voix, ce qui pourrait s’interpréter aussi que les zones CNO hors région vallée du Bandama ont votés deux fois le même jour, dans les mêmes urnes !!!!

Catastrophe démocratique ! A qui profite cette fraude à grande échelle ? La réponse à cette question est immédiate : Alassane Ouattara, si l’on se réfère au déroulement des événements ces derniers jours.

Quel serait donc le vrai score d’Alassane Ouattara sur la même base des données de Youssouf BAKAYOKO ? Il nous suffit pour cela de retirer les 9,35% votants sur les voix d’Alassane Ouattara. On obtient le tableau ci-après : Total Inscrits : 5 784 490 GBAGBO LAURENT : 2 107 055, soit 52,04% ALASSANE OUATTARA : 1 942 088, soit 47,96% Total : 4 049 143, soit 100% Taux Participation : 70,00%

Écart de voix dues au bourrage des urnes en zone CNO : 541 076

Conclusion 2 : LAURENT GBAGBO est le réel vainqueur de ces élections, sur la base des données communiquées par Youssouf BAKAYOKO. (source : Abidjan.net)


<>