COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > Guerre civile en Côte d’Ivoire : Pour une commission d’enquête parlementaire (...)

Guerre civile en Côte d’Ivoire :
-Pour une commission d’enquête parlementaire sur l’utilisation des forces militaires françaises
-Pour une commission internationale d’investigation sur les massacres

Communiquédu Comité Valmy

mercredi 27 avril 2011, par Comité Valmy



Communiqué du Comité Valmy

Guerre civile en Côte d’Ivoire :

 Pour une commision d’enquête parlementaire sur l’utilisation des forces miltaires françaises

 Pour une commission internationale d’investigation sur les massacres

Le gouvernement français, l’Union européenne et l’ONU ont choisi de reconnaître l’élection contestée d’Alassane Ouattara, malgré des résultats annoncés illégalement et des fraudes massives en sa faveur. Aux légitimes demandes de respect de la Constitution et de recomptage des voix, la diplomatie française n’a répondu de façon manifestement partisane, que par la menace, puis par un soutien absolu au camp adverse, pourtant connu de la population ivoirienne pour sa capacité à enrôler des mercenaires prêts à toutes les exactions.

Après d’odieux massacres, après que des centaines de civils ivoiriens aient été tués et brûlés vifs, les forces françaises ont continué de soutenir les auteurs de ces crimes, allant jusqu’à attaquer à l’arme lourde ceux qui résistaient pour participer à l’arrestation du Président Gbagbo et sa famille afin de les livrer au pouvoir Alassane Ouattara.

En ne respectant pas la loi électorale et la Constitution ivoirienne, l’Organisation des Nations Unies a violé sa charte et le droit international a joué son rôle habituel de faussaire. En piétinant le droit des ivoiriens à des élections libres et sincères, le gouvernement français a, encore une fois, déshonoré la France, en l’impliquant dans une intervention ouvertement coloniale contraire aux intérêts véritables de notre peuple. Pire, le gouvernement sarkoziste dans a paranoïa impérialiste, a placé l’intervention de l’armée française dans un voisinage ambigu avec des mercenaires qui se sont livrés à des crimes de guerre. A Duékoué, des centaines de civils ont été séparés selon des critères ethniques, tués et brûlés vifs, par les forces – frauduleusement baptisées « républicaines » - soutenues par Messieurs Sarkozy, Obama et Ban Ki -Moon.

En Afghanistan, en Libye, en Somalie et maintenant en Côte d’Ivoire la frénésie néo-coloniale, impérialiste et occidentaliste du clan sarkozyste au pouvoir porte la responsabilité politique de l’engagement de l’armée française dans des guerres d’agression contre la souveraineté d’Etats souverains et qui s’oppose au droit des peuples concernés à l’autodétermination. Dans ces guerres, le plus souvent suscitées par Obama et le Pentagone, notre armée est de plus en plus souvent amenée à agir parallèlement sinon en symbiose avec des troupes de mercenaires, de plus méthodiquement utilisées par les dirigeants de USA pour des actions illégales ou, pour remplacer des troupes régulières.

Le Comité Valmy conteste fortement le bien fondé de l’engagement de la France en Côte d’Ivoire tant sur le plan politique que militaire et dénonce son caractère colonial et impérialiste. Il est de la connaissance de tous que des faits hautement répréhensibles ont été commis dans cette guerre civile et en particulier, de très graves massacres dont les plus importants ont été l’œuvre des troupes et des mercenaires d’Alassane Ouattara comme à été obligée de le reconnaître, l’ONU pourtant en collusion avec l’OTAN, depuis la signature le 23 septembre 2008 par Ban Khi-Moon d’un accord scandaleux de collaboration avec le secrétaire général de l’OTAN, Jaap de Hoop Scheffer.

En conséquence, le Comité Valmy demande instamment qu’une commission parlementaire enquête sur les actions conduites par l’Exécutif de notre pays et la création d’une mission internationale d’investigation sur les responsabilités de chacune des parties en cause, à propos des massacres qui ont eu lieu sur lesquels les média sous influence ont diffusé un épais brouillard.

L’utilisation de plus en plus systématique de l’armée professionnelle par un pouvoir euro atlantiste et vassalisé, pour le développement d’une politique d’agression et de guerre occidentaliste, sépare toujours plus celle-ci du peuple et de la nation. C’est pourquoi le Comité Valmy réaffirme qu’il est favorable au rétablissement d’un service national et de la conscription ainsi qu’à notre retrait de l’OTAN.

Paris, le 14 avril 2011

5 Messages de forum


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>