COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > La guerre en Libye coûte à l’Italie cent millions d’euros par mois Manlio (...)

La guerre en Libye coûte à l’Italie cent millions d’euros par mois
Manlio Dinucci

jeudi 28 avril 2011, par Comité Valmy


Les premières données, partielles seulement, donnent une idée de ce que la guerre en Libye coûte à l’Italie (chiffres à convertir pour chaque pays allié…à la dépense, NdT). A partir d’une comparaison avec les coûts des autres pays, ceux des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, qui sont parmi les plus documentés et rendus publics. Le secrétaire de l’U.S. Air Force, Michael Donley, calcule que dix jours de guerre aérienne, du 19 au 28 mars, avec l’utilisation de 50 chasseurs-bombardiers et 40 avions d’appui, ont coûté aux Etats-Unis environ 550 millions de dollars (375 millions d’euros). Depuis, le 31 mars, qu’a commencé l’opération OTAN « Unified Protector » et que l’engagement étasunien a diminué, le coût est tombé (pour les USA, NdT) à environ 40 millions de dollars (27 millions d’euros) mensuels. Auquel il faudra ajouter celui, non encore quantifié, des forces navales.

La Grande-Bretagne a dépensé pour la guerre 100 millions d’euros en en mois. L’Italie, selon des estimations par défaut, a dépensé, pour l’engagement de 12 avions, plus de 45 millions d’euros en un mois. Avec l’engagement qu’elle vient juste d’accroître, ce chiffre sera peut-être doublé. Cela dépendra du nombre de missiles que les Tornado lanceront : un Storm Shadow (ombre de la tempête… NdT) coûte plus de 250mille euros. Et garder cinq navires de guerre devant les côtes libyennes coûte plus de 10 millions d’euros par mois. On arrive ainsi à environ 100 millions d’euros mensuels (pour l’Italie, NdT).

L’équivalent, en deniers publics, des salaires annuels bruts de 4.000 enseignants.

Edition de jeudi 28 avril de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20110428/manip2pg/03/manip2pz/302214/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

A propos du Storm Shadow -l’ombre de la tempête_ version anglaise du missile mis au point à l’origine par Matra, voir

"Scalp et Storm Shadow sur la Corse

16/03/2011 11:43 - Aviateurs français et britanniques s’entraînent à la frappe dans la profondeur pendant l’exercice "Southern Mistral"

Comme pour mieux donner corps au traité de coopération franco-britannique signé en novembre 2010, les états-majors français et britannique organisent du 15 au 25 mars l’exercice bilatéral "Southern Mistral", qui impliquera notamment six Tornado GR4 déployés sur la base de Nancy, ainsi que deux ravitailleurs VC-10 et un avion de surveillance E-3D Sentry mis en place à Istres.

Ces moyens aériens de la Royal Air Force seront mis à profit pour mener le 23 mars un exercice peu courant de frappe dans la profondeur, baptisé "Southern Storm". Après plusieurs jours de planification franco-britannique, un raid longue distance impliquant quatre Tornado GR4 et autant de Mirage 2000D décollera de Nancy pour aller frapper un objectif situé en Corse, à l’issue d’un vol de plusieurs heures. Les appareils simuleront à cet effet le tir de missiles de croisière Scalp-EG/Storm Shadow, une capacité à laquelle les aviateurs français s’entraînent rarement au côté d’autres forces aériennes. Les appareils du raid bénéficieront de l’appui d’avions-ravitailleurs français et britanniques, ainsi que de l’E-3D Sentry et d’un E-3F français »

(détails sur :http://www.air-cosmos.com/defense/201103160141710/scalp-et-storm-shadow-sur-la-corse.html

voir aussi :

"En ce jeudi 10 mars 2011, le Centre d’Etudes Supérieures de la Marine (CESM) a convié plusieurs intervenants afin de débattre de l’emploi d’un nouvel équipement qui rejoindra dans quelques années les rangs de la Marine nationale, le Missile De Croisière Naval (MDCN).

Ces invités n’étaient autres que des hauts gradés de la Marine, des ingénieurs de la DGA, des chercheurs d’instituts stratégiques français et anglais, mais également un ex-diplomate du Quai d’Orsay ainsi qu’un officier de l’US Navy. L’objectif de ce colloque était de tenter de répondre à la question "Le missile de croisière naval : quelles ruptures ?". Aeroplans a eu l’opportunité d’y assister et vous présente donc un résumé de cette demie journée des plus palpitantes".

Suite des palpitations sur http://www.aeroplans.fr/Aviation-militaire/le-missile-de-croisiere-naval-sinvite-dans-la-reflexion-strategique-francaise-1ere-partie.html

m-a p


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>