COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Du « Far West »à l’opération « Géronimo » par Jean Lévy

Du « Far West »à l’opération « Géronimo »
par Jean Lévy

dimanche 8 mai 2011, par Comité Valmy


Comment les Etats-Unis, avec cynisme, assimilent Oussama Ben Laden au chef des Apaches, la tribut indienne, qui résista aux Yankees durant des décennies

Géronimo et Prescott Bush

« Ils » ont osé appeler « Opération Géronimo », l’assassinat ciblé d’Oussama Ben Laden. Les Etats-Unis plongent ainsi dans leur propre histoire : la fameuse « conquête de l’Ouest ». Il s’agit, en effet, d’une guerre de conquête. Elle sera menée, tout au long du XIXème siècle, pour étendre par la force, la domination américaine sur l’ensemble des territoires situés entre les anciennes Treize colonies de l’Est, jusqu’à l’océan Pacifique.

A cette occasion, les Américains s’approprient, les terres des peuples indiens, les Sioux, les Mohicans, les Apaches, tous les habitants ancestraux de ces riches plaines, qui seront exterminés..

Le chef de la tribut des Apaches- Chiricahua, un certain Géronimo, fut l’un des chefs Indiens qui personnifient la résistance à l’envahisseur. *

La traque de Géronimo se poursuivra durant de nombreuses décennies.

La tribut Chiricahua, à l’égal des autres peuples indiens, sera déportée dans des « réserves », tels des animaux qu’on exhibe en public.

L’Empire américain peut régner en maître entre les deux Océan.

Cette « conquête de l’Ouest » peut donc être assimilée à une colonisation continentale, parallèle à celle à laquelle se livrent les puissances européennes au-delà des mers, en premier lieu en Afrique. Les uns comme les autres baptisent pieusement leur entreprise « d’œuvre civilisatrice », les vaincus étant, bien sûr, les « sauvages » à qui on apporte la « civilisation ». On dit aujourd’hui, la « démocratie ».

Mais une différence demeure : les Américains s’approprient des terres de peuplement, en ayant préalablement chassé et massacré les natifs, tandis que les Européens cherchent, outre-mer, des richesses et une main d’œuvre à exploiter, au profit des classes dirigeantes de la métropole.

La « conquête de l’Ouest » américaine peut mieux s’identifier aux tentatives allemandes d’étendre leur empire à l’est de l’Europe, en Pologne, et surtout en Russie, avec l’attaque nazie de l’Union soviétique, le 22 juin 1941. Hitler recherchait, lui aussi, des terres de peuplement jusqu’à l’Oural. Et le Führer de dénoncer les « races inférieures » habitant ces contrées, les Slaves et les Juifs, destinés à l’esclavage et à l’anéantissement.

Cette tentative ayant été brisée à Stalingrad, un autre Etat a repris le flambeau.

Israël en 1948, puis en 1967, et par sa politique dite de « colonisation », s’est emparé de terres étrangères, prises par la violence, au peuple palestinien., Celui-ci occupait la terre depuis des siècles. L’Etat hébreu a pu ainsi installer la population juive à la place des Arabes, ceux-ci devenant une population de « seconde zone », étrangère dans son propre pays.

Autre élément de comparaison entre les entreprises militaires américaines et celles de l’Etat d’Israël, les méthodes employées : de part et d’autre, on exécute l’ennemi, sans procès. La justice expéditive est celle des « westerns ». L’ennemi est « wanted, mort ou vif ». Le shérif fait la loi à coups de carabine.

Les « assassinats ciblés » des responsables de l’autre camp remplacent les tribunaux.

Nous sommes, malgré le 8 mai 1945, en plein Ordre nouveau.

NOTE

Geronimo, après des décennies de résistance, se constituera « prisonnier de guerre » moyennant la prise en charge humanitaire, sociale et éducative des communautés apaches par l’État fédéral. Le chef indien est, malgré cela, placé sous surveillance militaire étroite à Fort Pickens en Floride, au climat humide et malsain, sur ordre du président Grover Cleveland.

· C’est là que Géronimo, victime d’une pneumonie, décèdera le 17 février 1909.

Sa tombe au cimetière du camp militaire Fort Sill aurait été profanée vers 1918 par le groupe occulte de l’université Yale, Skull and Bones, qui conserverait encore actuellement le crâne, deux os, une bride et des étriers de Geronimo dans des locaux de l’ordre à New Haven. On compterait au nombre des profanateurs Prescott Bush, grand-père de l’ex-président Georges W. Bush.

Le message annonçant le 2 mai 2011la mort d’Oussama Ben Laden, "Geronimo-EKIA", contraction de "Geronimo, Enemy Killed in Action" ("Geronimo, ennemi tué au combat") a servi au commando des forces spéciales américaines de la Marine pour aviser la Maison Blanche du succès de l’opération.

Ce nom d’emprunt a suscité la colère des communautés indiennes américaines.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>