COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > HONTE SUR LA COUR PENALE INTERNATIONALE Comaguer

http://comaguer.over-blog.com

HONTE SUR LA COUR PENALE INTERNATIONALE
Comaguer

Au fil des jours et des lectures n°94 - 17 Mai 2011

mardi 17 mai 2011, par Comité Valmy


Premier Mai 2011, le Président de la première – jusqu’à nouvel ordre – puissance mondiale annonce que sur son ordre exprès l’armée des Etats-Unis vient d’assassiner sur le sol d’un pays étranger un personnage qu’aucune instance judicaire d’aucun pays pas même le sien n’avait ni inculpé ni a fortiori condamné, qu’aucune police officielle ne poursuivait. Il s’agit donc de l’exécution après dix ans d’un vrai/faux suspense d’un personnage présenté par l’appareil mondial de propagande depuis le soir du 11 Septembre 2001 et sans aucune preuve comme l’organisateur des attentats et comme l’ennemi public numéro 1.

Ce lynchage revendiqué a laissé la Cour Pénale Internationale de glace. Pourtant ce meurtre prémédité, organisé, immédiatement suivi par l’élimination, à la face du monde, du corps de la victime, constitue à l’évidence un « HOMICIDE INTENTIONNEL » retenu comme crime de guerre par l’article 8 du Statut de Rome de la CPI.

Dans les jours suivant ce crime, la CPI s‘est outrageusement enfouie la tête dans le sable. Son silence ne saurait lui être reproché pour la raison bien simple que les Etats-Unis, après avoir très activement poussé à la création de la CPI, n’y ont pas adhéré et se sont donc positionnés une nouvelle fois au dessus des lois humaines, position revendiquée par Obama comme par tous ses prédécesseurs avec plus ou moins d’éclat. Il n’a pas fallu plus de quinze jours pour que la CPI retrouve l’usage de la parole et manifeste une nouvelle fois qu’elle est un organisme uniquement dédié au service de l’impérialisme et acharné tout particulièrement contre les dirigeants africains qui ne mangent pas dans la main de l’oncle Sam.

Ainsi le procureur général de la CPI l’argentin Luis Ocampo a-t-il annoncé le 16 Mai l’inculpation de Kadhafi à qui il est reproché des attaques armées contre des civils libyens. La CPI a donc choisi de ne pas voir qu’en Libye se déroule et va probablement se prolonger sur un mode qui rappelle de plus en plus la guerre de Yougoslavie une guerre civile où des puissances étrangères qui ont de nombreux agents sur le terrain soutiennent (et ont soutenu dés l’origine c’est-à-dire bien avant le début des opérations militaires conduites par le gouvernement libyen), conseillent, financent et arment une rébellion que certaines d’entre elles , la France en premier lieu, reconnaissent d’ores et déjà comme le gouvernement légal de la Libye, rééditant la manœuvre dévastatrice de l’Allemagne et du Vatican reconnaissant en 1991 la Croatie.

Ce qu’il restait de droit international , c’est-à-dire d’un droit où les nations, personnes morales, sont égales devant les traités internationaux, vole en éclats sous nos yeux. La CPI apparait pour ce qu’elle est : un outil destiné à valider le licenciement des dirigeants de pays dominés prononcé par le Conseil d’Administration de la « Compagnie financière et commerciale des cinq continents » en charge des intérêts du grand capital transnational. Au fronton de l’immeuble de la CPI à la Haye on peut désormais écrire « Obama m’a tuer »


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>