COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Pétition Air France-Airbus : "Il faudra revenir à des formes de (...)

Source : Le Monde.fr | 15.06.11

Pétition Air France-Airbus : "Il faudra revenir à des formes de protectionnisme"
Jacques Sapir

lundi 20 juin 2011, par Comité Valmy


Jacques Sapir, économiste, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, réagit à la pétition signée par 144 députés pour obliger Air France à choisir Airbus pour l’achat d’une centaine d’avions, notamment des longs courriers.

L’affaire Air-France KLM est-elle le prélude à un retour du protectionnisme ?

Les gouvernants savent qu’il faudra revenir à des formes de protectionnisme, de patriotisme économique. En même temps, ils ont les mains liées par certains accords relatifs au commerce mondial. Or, ceux-ci ne sont pas symétriques. Dans l’aéronautique par exemple, la notion de libre concurrence cache mal les subventions régulières, faites aux Etats-Unis pour des gros contrats. Sur celui des avions ravitailleurs, le Buy American Act a ainsi été appliqué. Bien sûr, cela n’a pas été dit formellement. Mais à la fin, le groupe Airbus a renoncé à contester encore une fois ces contrats parce qu’il savait que le résultat serait toujours le même. En réalité, les Etats-Unis n’ont jamais appliqué la "two way street" : nous achetons du matériel américain mais vous allez acheter du matériel européen.

Faut-il s’inspirer des Etats-Unis ?

Tout à fait. Mais aussi de ce que font la Chine et d’autres pays. Nous sommes les seuls au monde à appliquer les règles d’un système auquel personne ne croit. Et les politiques commencent à le comprendre. Il faut réformer d’urgence certaines règles du commerce mondial puisque le libre-échange ne fonctionne pas sur toute une série de produits (aéronautique, défense…), il faut les "sortir" de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), laisser les pays fixer les règles et en regarder ensuite la compatibilité.

Les profits que Boeing va réaliser sur le contrat des avions ravitailleurs lui permettront par la suite soit de faire de nouveaux investissements, soit de baisser les prix sur son matériel civil. Il y a là des subventions cachées. Certes, on ne peut pas contraindre les Etats-Unis à acheter européen. D’ailleurs, avec le chômage que connaît ce pays, décider de donner la priorité à Boeing plutôt qu’à Airbus sur un gros contrat militaire me semble logique. Le problème, c’est que nous, nous ne le sommes pas. Pire, nous sommes les dindons de la farce car nous réagissons d’un point de vue légal et non d’un point de vue politique.

L’Etat est-il vraiment dans son rôle lorsqu’il tente d’influer sur les décisions des entreprises ?

Oui absolument. Encore faudrait-il s’en donner les moyens. Aujourd’hui, on a un gouvernement qui fait semblant de montrer les dents mais qui ne peut pas mordre. Les patrons ne sont d’ailleurs pas dupes et ils jouent le jeu parce qu’ils le savent bien. Air France est une société privée et nous n’avons pas les moyens de lui imposer d’acheter Airbus plutôt que Boeing. Mais on pourrait imaginer de renationaliser Air France. Majoritaire, l’Etat déciderait alors de la politique à mener.

N’est-ce pas un peu illusoire ?

Non pourquoi ? Il faudra bien un jour tirer le bilan de toute une série de privatisations qui n’ont pas été couronnées de succès. A un moment donné, les Français qui votent vont considérer qu’il y en a assez d’avoir un gouvernement qui dit "oui il faut faire du patriotisme économique, il faut du protectionnisme" et qui n’en fait pas. Le fond du problème c’est que, lorsque tout va mal, les sociétés privées viennent manger l’argent de l’Etat mais elles se refusent à accepter les règles que l’Etat fixe quand tout va bien. La seule manière de rétablir un peu d’ordre pourrait passer par des mesures directement protectionniste, soit des mesures de contrôle de grandes sociétés.

En même temps, l’Etat se défend de vouloir faire du protectionnisme…

C’est parce qu’il est coincé par les accords qu’il a signés et le discours qu’il a tenu. Il dit : "le libre-échange c’est la meilleure solution possible". Mais dès qu’il y a un problème, il constate que ce n’est pas le cas. A un moment donné, il faudra que l’Etat mette son discours avec la réalité et ses actes en cohérence avec ses discours. Il faudra qu’il pense politique et non pas légalité.

Il y a en fait deux conceptions de l’action politique qui se heurtent : une qui estime qu’une démocratie c’est là où tout est légal et une autre qui estime que la légitimité d’une action peut l’emporter sur sa légalité. Si l’on admet que la légitimité est en amont de la légalité, alors on peut comprendre qu’à certains moments, il peut être légitime d’agir dans un certain sens même si vous marchez sur la légalité.

Dans un entretien au Monde du 15 juin, Michel Barnier indique que la Commission européenne proposera un outil juridique qui permettra de fermer certains marchés publics lorsque ses partenaires ferment les leurs à ses entreprises. Qu’en pensez-vous ?

Il faudrait d’abord démontrer que nos partenaires ont fermé ces marchés. Sur le marché des ravitailleurs par exemple, les Américains diront qu’ils n’ont fait aucune intervention. Alors qu’il est évident qu’il y en a eu. Mais elles n’ont pas laissé de traces légales. Dès que l’on entre dans le domaine de la légalité au lieu d’être dans le domaine du politique on se heurte immédiatement au problème de l’établissement de la preuve.

Propos recueillis par Nathalie Brafman


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>