COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES MARXISTES, documents et apports communistes > PCF Immigration : Assez de procès, osons le débat ! André Gérin

Débat dans le PCF

PCF Immigration : Assez de procès, osons le débat !
André Gérin

vendredi 24 juin 2011, par Comité Valmy


Voir en ligne : Déclaration d’André Gerin, après la désignation de JL Mélenchon comme candidat du PCF

Courrier à Pierre Laurent secrétaire national du PCF

par André Gerin

vendredi 24 juin 2011

Cher Pierre,

Je ne passerai pas sous la guillotine d’Olivier Dartigolles. Sa déclaration est une forme de procès qui devrait être révolue.

Je demande un droit de réponse et la publication intégrale de ma conférence de presse dans l’Humanité, à chacun de se faire son opinion.

Comme je te l’ai écrit, le 10 mars, à propos du Front national, nos renoncements l’ont fait roi.

« J’espère qu’enfin, après avoir écarté des discussions, réflexions, initiatives, l’opposition au dernier Congrès de décembre 2008, une discussion vigoureuse, loyale, fraternelle sera possible avec tous les communistes, adhérents ou non. »

C’est la proposition que je te faisais il y a 3 mois.

J’espère qu’enfin un débat s’ouvrira pour clarifier notre politique de classe au niveau national et international à propos de l’immigration. Comme si la situation géopolitique n’avait pas changé depuis les années 1970 ! Peut-on ignorer que pour l’essentiel, les politiques de l’immigration en France et en Europe, servent avant tout à casser les acquis sociaux, à précariser le travail et à réduire les salaires. C’est la variable d’ajustement avec des formes d’exploitation de plus en plus inhumaines.

Allons-nous enfin lever un certain nombre de tabous ?

Je considère que la direction du PCF a sa part de responsabilité dans la place prise par le FN dans la vie politique en France et le rôle qu’il y joue.

Que répondons-nous aux ravages du capitalisme prédateur contres les peuples, dans le cadre de la mondialisation ?

Que répondons-nous à la question de l’immigration alors que nous continuons de façon irresponsable à revendiquer la régularisation de tous les sans-papiers ?

Que répondons-nous à l’intégrisme, au fondamentalisme, au communautarisme qui pourrissent la vie des quartiers, qui se servent de la paupérisation sociale, des trafiquants de drogue et des mafias, et profitent du malheur des familles populaires françaises et immigrées ?

La déclaration du porte-parole du PCF est dangereuse. Elle peut être vécue comme une bénédiction pour Nicolas Sarkozy, pour Parisot et Lagarde. Parce que l’UMP et le grand patronat préfèrent favoriser la lutte ethnico-religieuse à la lutte des classes et les combats communs français et immigrés.

Si les circonstances me le permettent, je rappellerai mon expérience de 21 ans à l’usine Berliet et Renault-véhicules industriels, les combats menés avec les immigrés du Maghreb entre 1963 à 1984.

Je rappellerai mon expérience de maire de 1985 à 2009, mon combat impitoyable contre le Front national avec les communistes et les habitants de Vénissieux.

Et bien sûr, comme député depuis 1993, je me suis trouvé en première ligne contre les lois Pasqua-Debré, que le gouvernement Jospin auquel nous avons participé n’a pas abrogé, contre des lois liberticides, contre la double-peine ou le tri sélectif organisé par le gouvernement français pour piller les cadres des pays en voie de développement.

Cher Pierre, j’estime que le combat politique mérite le respect de chacun d’entre nous dans une confrontation d’idées salutaire et sans complaisance.

J’espère qu’enfin, à tous les niveaux du Parti communiste, nous pourrons nous parler sérieusement sur un sujet aussi essentiel.

Reçois, Cher Pierre, mes fraternelles salutations.

André GERIN

La réaction de Dartigolles, qui bien entendu, ne prend que la phrase sur l’immigration sans noter qu’elle est bien sûr une réponse à la déclaration de Mme Parisot, présidente du MEDEF, qui pense, elle, que l’immigration est une chance pour la France... C’est le défaut du langage commun, il masque les questions de classes... Car Madame Parisot dit "pour la France" alors qu’elle pense "pour la bourgeoisie"... Les déclarations d’André Gérin sur l’immigration sont indignes. Elles soulèvent le cœur. Par ses luttes et ses engagements, le Parti communiste Français a toujours combattu de tels discours.
Si pour André Gérin, « l’immigration n’est pas une chance pour la France », alors il est à la fois dans le mensonge et le reniement de ce qui fait justement la grandeur, l’identité et le rayonnement universel de notre pays dans le monde. André Gérin s’est perdu.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>