COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > REMPLACER LES INTERVENTIONS MILITAIRES PAR UNE VERITABLE POLITIQUE DE (...)

REMPLACER LES INTERVENTIONS MILITAIRES PAR UNE VERITABLE POLITIQUE DE CODEVELOPPEMENT
par GUY POUSSY

samedi 16 juillet 2011, par Comité Valmy


REMPLACER LES INTERVENTIONS MILITAIRES PAR UNE VERITABLE POLITIQUE DE CODEVELOPPEMENT

Les agriculteurs de BAFOU accéderont bientôt à l’eau potable. La convention signée par six organisations, dont nous publions le contenu dans ce journal, leur garanti cette avancée significative. A BAFOU la mise en oeuvre concrète de cette convention va modifier la vie quotidienne. Ce résultat vient renforcer la détermination de gens qui veulent vivre et travailler au pays. Ce bel exemple d’un codéveloppement authentique entre le nord et le sud mérite d’être connu, de faire école, d’être bien analysé.

L’arrivée sur notre sol de citoyens Tunisiens qui fuient leur pays après les luttes et les manifestations populaires qui ont conduit à la fuite de BEN ALI, pose une fois de plus le problème de l’accueil des immigrés dans notre pays. La solidarité, le droit à la libre circulation des hommes et des femmes implique un accueil digne et responsable. Ce n’est pas le cas, les actes de répression à l’encontre des Tunisiens arrivés en France sont inadmissibles.

Comment ne pas relever aussi que dans les pays Arabes et Africains, il conviendrait d’arrêter de laisser croire qu’en France, et en Europe, ce serait le paradis. Au bout du voyage ce sont les vexations, le racisme, la misère, parfois la mort. Ainsi des hommes, des femmes, des enfants qui fuient par bateau la guerre en Libye sont morts, ou portés disparus en Méditerranée.

Par ailleurs comment ne pas relever que pour construire une autre TUNISIE que celle de BEN ALI et ses soutiens, le pays a besoin de toutes ses forces vives, de la jeunesse diplômée en particulier. Aujourd’hui la victoire populaire du 14 janvier 2011 est menacée. Les forces politiques et économiques qui ont dominé le pays sous BEN ALI, s’accrochent au pouvoir afin de ne rien changer.

La libre circulation, la mobilité est un droit de l’homme. Il doit être accompagné du rappel que le premier droit de l’homme est d’abord de pouvoir vivre et travailler avec les siens sur la terre où l’on est né. Ce droit élémentaire est aujourd’hui remis en cause par la mondialisation capitaliste qui accentue le sous développement des pays pauvres. Sur la planète un milliard de personnes vivent avec moins d’un dollar par jour.

Ce droit de circulation des hommes et des femmes ne peut être envisagé sans l’instauration d’une base économique, politique, culturelle différente de celle d’aujourd’hui. Il faut un nouvel ordre économique. Il suppose la fin de la politique de pillage des pays d’Afrique, son remplacement par une véritable politique d’aide et de codéveloppement. Le contraire que celle pratiquée par le pouvoir en place. Elle s’illustre aujourd’hui par les interventions militaires en Afrique et au Moyen Orient. Elles déshonorent la France.

GUY POUSSY - Editorial de Codéveloppement n°30 de juin 2011

« Pour le Codéveloppement avec le Tiers-Monde » Président GUY POUSSY Association Loi 1901 - 1, Résidence du BUISSON 94500 CHAMPIGNY Tel : 01.49.83.75.52 - Fax.:01.49.83.88.65

1 Message

  • je n’ai pas trouvé l’article , pas plus le journal(’hormis le comité Valmy) et le Bafou il y en a deux. Au Cameroun et au Tchad (dixit Google earth). Et ce serait bien que ce soit des Africaines qui prennent la parole Il y a longtemps que cette façon de procéder(technique du Nord pour aider le Sud) aurait du être mis en place ! mais si les politiciens ne comprennent pas que pouvons-nous faire ? "J’ignore quel sera le système d’économie le plus apte à assurer l’équitable distribution des biens matériels et spirituels ; mais je suis à peu prés sûr que l’époque ne peut plus être lointaine où l’on s’étonnera que durant tant de siècles, tant de choses aient pu rester le privilège de si peu de gens, et que la société ait pu se partager en groupes si inégalement traités qu’on y différait, par le quotient intellectuel, par la résistance aux maladies, par le taux de criminalité.

    Jean Rostand ( de l’Académie française ).


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette