COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Guerre en Libye Ce n’est pas encore fini Par Carol Pagaduan-Araullo

Guerre en Libye
Ce n’est pas encore fini
Par Carol Pagaduan-Araullo

vendredi 26 août 2011, par Comité Valmy


Une chose ressort de la campagne militaire de six mois de l’OTAN et les États-Unis pour renverser le gouvernement libyen, assassiner ou capturer Mouammar Kadhafi, installer un régime fantoche, prendre le contrôle de substantiels gisements de pétrole et de gaz, et de se tailler une sphère stratégique d’influence directement sous le contrôle impérialiste en Afrique : Voilà comment trois institutions mondiales - les Nations-Unies, la Cour pénale internationale, et les médias internationaux - ont été transformés en instruments et complices prêts à justifier les crimes de guerre contre un état et un peuple souverain.

Peu après le déclenchement des affrontements armés entre le gouvernement et les forces anti-gouvernementales, la résolution 1970 du Conseil de sécurité a imposé une interdiction de voyage et le gel des avoirs de Kadhafi, des membres de sa famille et des hauts fonctionnaires, ce qui inclus le gel des avoirs de l’État libyen lui-même et un embargo sur les armes à la Libye. Ceci a été suivi par la résolution 1973, autorisant tous les États membres de l’ONU à entreprendre "toutes les mesures nécessaires" pour la protection des civils et pour l’exécution d’une « zone d’exclusion aérienne » dans l’espace aérien de la Libye.

Ce que nous contemplons est la méthode des États-Unis et de l’OTAN qui ont cyniquement utilisés et même ouvertement violé ces mêmes résolutions, jusqu’à justifier le bombardement de cibles non militaires comme les stations de télévision et les tours de communication, des zones résidentielles très peuplées, même des écoles et des hôpitaux, causant d’innombrables victimes civiles et la destruction des infrastructures civiles.

La formation et l’entraînement par l’OTAN des groupes anti-gouvernementaux, l’utilisation de drones, les tirs d’hélicoptères, et la présence de forces spéciales de commandos sur le terrain dans l’assaut final sur Tripoli, avec des bombardements continus, afin de frapper et finalement submerger les défenses du bastion Kadhafi ne peuvent, quel que soit l’effort d’imagination, être appelé « la protection des civils ».

En fait, les hôpitaux de Tripoli sont pleins à craquer de civils mutilés et de mourants. Les dégâts sur les réseaux d’eau et d’électricité ont davantage compromis la capacité des installations médicales pour faire face à la crise humanitaire.

Le Conseil national de transition - un méli-mélo de monarchistes, de transfuges du régime de Kadhafi (qui devrait être tenu responsable autant que Kadhafi pour les péchés du passé), les groupes islamistes ayant des liens avérés avec Al-Qaïda, d’ex-soldats libyens pris dans la guerre de Kadhafi contre le Tchad, puis manipulés par la CIA et le MI-6 pour entreprendre des missions d’assassinat contre Kadhafi, et les exilés libyens en Grande-Bretagne et ailleurs - a été mis en place par la Grande-Bretagne, la France, les États-Unis, et d’autres pays de l’OTAN comme l’opposition légitime en Libye, peu après que les bombardements aient commencé.

Le CNT est censée incarner une opposition libyenne politique valable et viable à laquelle les États-Unis et l’OTAN pourrait se raccrocher et reconnaître officiellement comme le gouvernement successeur du régime de Kadhafi, même si les rebelles n’avaient pas encore réussi à renverser le gouvernement.

L’émission par la Cour pénale internationale d’un mandat d’arrêt contre Kadhafi, son fils, et d’autres fonctionnaires gouvernementaux qui n’avaient pas rompu avec Kadhafi pour de prétendus "crimes contre l’humanité", en dépit de maigres éléments tangibles, ont contribué à donner une patine juridique à la campagne incessante par la Grande-Bretagne, la France, le États-Unis, et éventuellement d’autres pays de l’OTAN, à diaboliser et délégitimer Kadhafi et le gouvernement libyen. Dans le même temps, il a simplement ajouté Kadhafi à sa liste croissante de présumés "voyous" accusés de crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou de génocide et a ordonné d’arrêter les personnes dont le seul dénominateur commun est d’être celles que les États-Unis et ses alliés détestent.

La CPI ne devrait pouvoir en aucune manière contribuer à isoler politiquement et diplomatiquement le régime de Kadhafi. Pourtant, au plus fort de l’attaque de l’OTAN sur Tripoli, la CPI s’est même permis de participer à la propagation de la désinformation anti-gouvernementale visant à briser le moral des forces pro-gouvernementales et les résidents de Tripoli. Elle a annoncé que Seif al-Islam, fils de Kadhafi, avait déjà été arrêté par les groupes d’insurgés et serait remis à la CPI, mais ce qui se révéla plus tard être faux. Un chef rebelle avait admis que ce faux rapport avait considérablement contribué à l’effondrement des défenses du gouvernement.

Les élites dirigeantes des États-Unis ont appris de précieuses leçons de la guerre du Vietnam sur la façon d’occulter la douloureuse vérité sur la guerre au peuple américain. L’opinion publique américaine s’est retourné contre la guerre, après l’offensive du Têt, qui a gagné les États-Unis militairement, mais s’est avéré être un fiasco de la propagande avec des sacs mortuaires contenant des innombrables morts militaires américains montrés à la télévision américaine.

La couverture médiatique du massacre de My Lai et d’autres violations flagrantes des droits humains et du droit international humanitaire par l’armée américaine a également alimenté le sentiment anti-guerre, les protestations et les "objecteurs de conscience" du mouvement des Américains qui refusé d’avoir à servir au Vietnam.

Ainsi, une couverture médiatique internationale de la guerre en Irak en 2003 était strictement réservée aux « journalistes embarqués » qui ont déclaré la guerre du point de vue et sous la supervision de l’armée d’invasion américaine.

Dans le cas de l’insurrection étrangère soutenus par la Libye et la guerre d’agression américano-OTAN, les médias internationaux ont été autorisés par le gouvernement libyen pour couvrir ce qui se passait. Les journalistes étaient libres de couvrir les deux côtés du conflit et de la soi-disant "intervention humanitaire" OTAN-US.

Au lieu de cela, les grands médias tels que CNN, BBC, Reuters, et même la chaîne qatarie Al-Jazira basée ont choisi, comme dit un analyste, « d’obscurcir les pertes et les souffrances humaines du peuple libyen et maintenir la fiction d’aide humanitaire du mandat "R2P" de l’OTAN R2P (responsabilité de protéger) ».

Selon des témoins oculaires du Centre de recherche sur la mondialisation (CRM), après qu’un attentat particulièrement dévastateur ait tué beaucoup de gens et détruit de nombreuses maisons, les seuls membres de la presse internationale qui ont signalé les dégâts de ces bombardements ont été Russia Today (RT), Telesur, Chinese Central Television (CCTV), et les journalistes indépendants.

Lorsque la presse grand public relate les opérations militaires de l’OTAN en Libye ainsi que des pertes, elle minimise les civils tués qui pourraient être reprochés. Quand l’OTAN affirme que ses frappes militaires sont chirurgicales et que les cibles précisément sélectionnées, ces affirmations sont acceptées avec pratiquement aucune question, malgré les preuves du contraire.

Il y a une large couverture des forces dites « rebelles » qui sont décrites positivement comme les « combattants de la liberté » (la façon dont le gouvernement américain utilisée pour appeler les forces contre-révolutionnaires au Nicaragua qu’elles avaient mis en place pour lutter contre le gouvernement sandiniste qui avait renversé le dictateur Somoza) occultant le fait que beaucoup d’entre eux ont été organisés, financés, armés, entraînés, et même commandé sur le terrain par l’OTAN.

Les forces pro-gouvernementales et les Libyens ordinaires qui soutiennent Kadhafi et qui restent opposés à l’invasion de l’OTAN sont représentés aussi peu nombreux et en diminution, qualifiés de mercenaires payés, ou tout simplement un lavage de cerveau par la propagande gouvernementale.

Ce genre de nouvelles sélectives, partiales, et même dans certains cas, purement et simplement fabriquées, que les médias dominants ont prodigué sur la situation libyenne sont sans aucun doute largement responsables de la relative faiblesse du mouvement de protestation anti-invasion aux États-Unis, en Europe et ailleurs.

En temps opportun, il sera démontré que Kadhafi, tout comme Saddam Hussein et les talibans, n’était pas le tyran satanique mûr pour un « changement de régime » tel que les États-Unis et ses collègues des puissances impérialistes en Europe ont voulu dépeindre, en collaboration avec les médias internationaux.

L’invasion américaine de l’OTAN et l’occupation susceptible de la Libye (pour être justifiées comme un moyen de stabiliser la situation post-Kadhafi et permettre aux plates-formes pétrolières de recommencer à extraire) seront invariablement confrontées par l’opposition armée prolongée comme en Irak et en Afghanistan. Un autre bourbier pour les agresseurs.

Face à des institutions comme l’ONU, la CPI, et les médias qui perdent leur crédibilité et leur capacité à servir de dissuasion à l’agression étrangère et à la commission délibérée de crimes de guerre, se dresse une résistance armée qui apparaît comme la seule arme et la seule défense des victimes de l’agression impérialiste par leurs interventions armées.

Carol Pagaduan-Araullo


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>