COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Il est l’OR de se réveiller... Ah ! Horreur ! Il en manque ! Franck de (...)

Il est l’OR de se réveiller...
Ah ! Horreur ! Il en manque !
Franck de Bouvines

mercredi 31 août 2011, par Comité Valmy


Il est l’OR de se réveiller...

Ah ! Horreur ! Il en manque !

L’impérieuse nécessité de détruire la Libye tient en un mot : l’insoumission. Dans le contexte de l’effondrement de l’empire américain, cette insoumission était d’autant plus intolérable qu’elle accélérait la chute en proposant une alternative qui, allant bien au-delà d’un simple le remodelage géopolitique, conduisait à une nouvelle forme de société, en harmonie avec les aspirations des peuples et avec les préceptes moraux des grands monothéismes.

Cette profonde remise en cause de l’ordre capitaliste financier guidait [1] le projet d’une nouvelle monnaie, le dinar or, fondé sur un honnête système de parité or, complété à la fois par les deux principes d’interdiction de l’intérêt et de responsabilité sociale de l’investissement et à la fois par le système de règlement hawala [2], en lieu et place du clearing à l’occidentale, et de l’affairisme qui l’accompagne.

Cette explication avait été très justement pressentie par ce texte « Dinar or et géopolitique de la monnaie » [3] paru en juin 2006 dans le n°37 d’Horizons et débats, extrait :

« Il existe un lien aisément perceptible entre la Bourse pétrolière en euros de l’Iran, le système de règlement hawala et, finalement, un dinar-or circulant comme moyen de paiement final.

L’Occident, mené par les États-Unis, n’a maintenant qu’une alternative : Ou bien, sous la conduite des États-Unis, il commence une occupation militaire sans fin des pays musulmans ou bien il réintroduit son ancien système monétaire en le fondant, comme autrefois, sur l’étalon-or. Ce faisant, il peut rétablir son propre système de lettres de crédit appuyé sur l’or. »

L’occupation de la Libye et les guerres coloniales baptisées « printemps arabes » prouvent que c’est la première option qui a été retenue : l’occupation militaire des pays musulmans.

Voilà qui est très éclairant : alors que les aventures guerrières de l’OTAN - victorieuses en apparence au début des hostilités puis tournant systématiquement au fiasco à moyen terme - alors qu’il n’est question que de désengagement des forces militaires et para-militaires en Afghanistan et en Iraq, alors que, d’autre part, tous les talents seraient à l’œuvre pour réformer le système monétaire international, quitte à remplacer le dollar par un DTS émis par le FMI sous contrôle occidental, tout laissait prévoir que seul la seconde option était sérieusement envisageable, et que le retour à l’étalon or était mille fois préférable à quelque hasardeuse aventure guerrière... Eh bien, non ! C’est la guerre et l’occupation du monde musulman qui ont été retenues.

Pourquoi ?

Voilà la bonne question : pourquoi ce choix si peu raisonnable ? La réponse est multiple : la volonté de soumettre les peuples européens en créant une menace au Sud de l’Europe, comme la théorie du chaos constructeur [4], sont de sérieux éléments de réponse. Mais l’impossibilité de retour à l’étalon-or est, elle aussi, un très sérieux élément de réponse. Pourquoi serait-ce donc impossible (pour les pays de l’OTAN) de revenir à ce système ?

Le niveau des stocks d’or, le problème des émissions de titres « or-papier » et les flux de ventes « d’or-métal » durant ces dernières années laissent très certainement entrevoir deux réponses :

- L’Occident n’a plus les moyens - en or - de gager son émission monétaire sur un stock de métal jaune qu’il ne possède plus en quantité suffisante.

- Le choix de l’occupation militaire aurait été fait depuis plusieurs années, avant même ces ventes d’or massives qui rendent maintenant impossible le retour à l’étalon or, sauf à accélérer encore le déclin de l’Empire.

F d B


Reproduction libre avec ce lien : Il est l’OR de se réveiller...

Notes

[1] d’autres projets vont dans le même sens :

- la nationalisation des ressources pétrolières et gazières,
- la volonté de donner l’indépendance alimentaire au continent africain par la Grande rivière artificielle,
- la volonté d’indépendance en matière de conquête de l’espace et de téléphonie mobile,
- la redistribution des richesses à la population, les nombreuses gratuité, etc.

[2] Le principe de base de tout Hawala est de faire circuler l’argent dans un réseau d’agents de change (les hawaladars) : un client donne une somme d’argent à l’un de ces agents, qui contacte l’agent le plus proche du destinataire de cette somme et lui demande de lui verser cette somme (moins une commission, généralement) en échange de la promesse de lui rembourser plus tard.

Ce système fonctionne sans transmission de moyen de paiement (outil de représentation de valeur, comme la monnaie), en reposant entièrement sur la confiance existant entre les agents du réseau. Comme il ne dépend pas de l’application légale de contrats, ce système fonctionne même en l’absence de cadre juridique et légal commun. Il n’y a pas de registre centralisé, et les transactions passant par ce système ne sont généralement pas consignées : la seule information requise pour le fonctionnement est de tenir à jour le montant total de la dette courante entre chaque agent du réseau, dettes qui peuvent être réglées de n’importe quelle façon choisie par les agents.

Cette rémission informelle des dettes permet aux agents d’un Hawala de contourner les taux de change officiels en pratiquant leurs propres taux, ce qui leur fournit une possibilité de revenu supplémentaire tout en offrant une alternative souvent attractive à leurs clients. Ce système de transfert échappe à la taxation, à la régulation de la monnaie et au contrôle des échanges extérieurs par l’État, ce qui explique qu’il soit illégal dans certains pays (notamment dans plusieurs États des États-Unis).

[3] -Dinar or et géopolitique de la monnaie

[4] -http://www.voltairenet.org/article142364.html


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>