COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES MARXISTES, documents et apports communistes > Un peu de courage, camarades !Ne nous laissons pas voler notre NON de 2005 (...)

Après le 29 janvier

Un peu de courage, camarades !Ne nous laissons pas voler notre NON de 2005 ! Par Marie Christine Burricand

Source : Communistes de Vénissieux

samedi 28 février 2009, par Comité Valmy

" Nous devons travailler à l’union du peuple de France"...

"A ce moment de notre histoire, nous devons avoir l’audace d’œuvrer au rassemblement du peuple de France avec toutes les forces de gauche, y compris le Parti socialiste, au rassemblement des énergies républicaines, à l’union de touts ceux qui veulent que notre peuple relève la tête et construise son avenir... "

André Gérin

OUI à l’union du peuple de France ! c’est le meilleur chemin. Depuis 1991, nous mettons en avant ce mot d’ordre d’union du peuple de France et préconisons le rassemblement politique potentiellement majoritaire qu’il implique. Ce rassemblement relie la question écomique et sociale à la question nationale et au refus de toute conception fédérale, néolibérale et atlantiste de l’Europe. Les dirigeants socialistes, nous devons en être conscients, dans leur ensemble, y compris leur "gauchiste" désigné pour les médias, sont aujourd’hui favorables au processus d’intégration transatlantique. Cette étape actuelle de l’intégration occidentaliste, préconise de manière encore souterraine, avec l’accord des vassaux des USA du Modem-UMPS, la fusion économique, politique et militaire de l’Union européenne et des Etats-Unis, sous la domination de ces derniers. La démarche d’union du peuple de France serait donc absurde et inconséquente si elle refaisait les erreurs de la politique dite d’union de la gauche et servait à nouveau, de marche-pieds à des dirigeants socialistes discrédités, sociaux-libéraux et dogmatiquement à la remorque de l’impérialisme américain.

Lire la prise de position en faveur de l’intégration transatlantique de Benôit Hamon en cliquant sur le lien.

Comité Valmy


Voir en ligne : Même la "gauche" du Parti Socialiste est hyper atlantiste

Le 29 janvier 2009 et ses 2,5 millions de manifestants marquent une rupture dans le quinquennat Sarkozy. Face à la plus grave crise mondiale du capitalisme depuis 1929, le peuple a exprimé fortement son refus de payer pour les riches et les spéculateurs.

Le rassemblement du 29 janvier est porteur de l’intérêt général du pays : défense de l’industrie, du droit du travail, de la protection sociale, des services publics, de l’école... En mettant au centre de leurs revendications les salaires, les manifestants du 29 janvier s’en prennent directement au capitalisme.

Une nouvelle journée nationale est prévue le 19 mars. Amplifions le rassemblement et donnons-lui la force de faire reculer le patronat, Sarkozy et son gouvernement.

Ces derniers, non contents de faire payer la crise au peuple, veulent en profiter pour aggraver l’exploitation et le racket des richesses du pays vers le capital.

La crise devient prétexte à délocalisations, fermetures d’entreprises et licenciements supplémentaires. Les acquis sociaux sont remis en cause, les services publics facteurs d’égalité sont affaiblis et démantelés afin que les multinationales puissent s’emparer de ces secteurs d’activité.

Avec la suppression de la taxe professionnelle, ce sont 28 milliards de cadeaux aux patrons qui sont directement soustraits à l’action publique en faveur des populations. Cette mesure anticipe la réforme annoncée des collectivités locales qui visent à la disparition des communes et départements au profit de superstructures technocratiques éloignées des habitants sur le modèle de la construction européenne. Ce sont des services essentiels à la population qui sont menacés. Le capital a besoin de faire exploser le socle républicain, issu de la révolution française, des luttes de 1936 et 1968, du Conseil National de la Résistance. C’est pour cela qu’il veut substituer au triptyque - commune, département, nation - le trio agglomération, région, europe.

Dans ses conditions, le Parti communiste devrait prendre toutes ses responsabilités et aider le mouvement populaire à trouver une issue aux questions qui lui sont posées.

Au lieu de cela, notre direction nous joue un mauvais remake des collectifs antilibéraux avec le front de gauche et prétend changer l’Europe avec le programme du PGE qui ne remet pas en cause les institutions européennes. Certains au Conseil National s’offusquent même du "sentiment anti-européen des milieux populaires".

Il faut avoir le courage de rappeler ce qu’est la construction européenne : un super état qui vise à dépasser puis nier les nations pour empêcher les citoyens de décider de leur avenir, les éloigner des centres de décision, les décourager de contester afin que le capital ait les mains libres.

On ne peut pas se contenter de dénoncer la politique de l’union européenne, ni d’appeler à une union idéaliste des peuples européens pour changer l’Europe. Pour obtenir de nouvelles et réelles avancées sociales, il faut combattre l’union européenne comme l’institution anti-populaire du capital et rappeler que la souveraineté nationale est la meilleure arme contre ce nouvel empire colonial.

Renoncer à ce combat, c’est poursuivre le renoncement aux idées communistes et tourner le dos à la volonté majoritaire des communistes de faire vivre leur parti, c’est tromper les peuples.

Ne nous laissons pas voler le NON de 2005.

Marie Christine Burricand vendredi 27 février 2OO9

5 Messages de forum

  • Je pense que nous devons participer aux élections européenes avec Mélanchon et tous ceux qui se sont reconnus dans Le NON de gauche à l’Europe de Giscard et consorts .Nous pouvons essayer de changer l’Europe en proposant une barriére douaniére avec une legislation sociale qui tire tout le monde vers le Haut, faute de quoi nous reprendrons notre liberté et au minimum nous devons étre préts à nous retirer de la zone Euro.De plus s’agissant de l’intégration à l’OTAN nous devons étre clairs et fermes la Nation doit garder son indépendance ce qui entraine une politique de Défense consistant à donner à notre Armée les moyens de ses Missions ;là dessus il ne faut pas transiger Où alors il faut dire clairement que nous acceptons de devenir un protectorat d’autrui ! On doit Donner egalement à La Santé publique et à l’Education les moyens de leurs missions. Vive la REPUPLIQUE et Vive L’INDEPENDANCE DE LA FRANCE !
    • Quelle schizophrénie : nous irions aux urnes pour participer à une Europe que nous avons rejetée par notre refus du TCE et donc de l’existence même de cette Europe-là ! On continue ainsi à nier notre décision et il faudrait accepter ? Je vois d’ici leur mine triomphante (on vous a bien eus !) Quant à vouloir "réformer" une construction européenne dont le seul objectif est de servir le Capital laissez-moi en douter . C’est comme si on enfermait le renard dans le poulailler et qu’on espérait qu’il ne se jette pas sur les poules ! Allons ne jouons pas les anges et soyons réalistes .
  • Il n’est plus temps de tenter de sauver quoi que ce soit de cette Europe là. La preuve est faite qu’elle s’est construite au seul profit du capital contre les peuples.

    « Delenda Europa est » : Il faut détruire cette Europe.

     L’Euro : monnaie commune et non monnaie unique ou alors sortir de l’euro.
     Non à l’OTAN
     EXIT la commission (pas de décideurs sans mandat populaire)
     Un parlement représentatif des peuples et des nations des pays d’Europe et non un "copier/coller" des partis politiques nationaux majoritaires.

    Profitons de l’effondrement planétaire du système financier pour prendre ou reprendre nos droits à disposer de nous même.

    Pour commencer : abstention le 7 juin prochain et surtout ne pas tomber dans le piège de "LIBERTAS".

    • a lire le billet d’hubert VEDRINE sur le site de debout la republique et de nicolas DUPONT-AIGNANT ;ensuite sur alterinfonet.org le billet de manuel DE DIEGUEZ(l’alliance atlantique,c’est le vichysme de l’europe.prolegomenes a une anthropologie de la duperie politique).
    • manu a parfaitement raison, il faut accomplir un geste fort, jj Karman le préconise aussi, sortir du système de Bruxelles, tout en maintenant les coopérations entre nations telles que le Cern, Airbus, Ariane, et qqs autres, et revenir au franc et à l’écu, monnaie commune. Bouge l’Europe a constitué un virage à 180°, au prétexte que la jeunesse était pour l’Europe, donc pour piquer leurs suffrages, il fallait aller dans le sens du courant.

      Sortir de l’Europe actuelle, mais sans se retirer des coopérations, et revenir à la monnaie commune, des sondages seraient les bienvenus à ce sujet, mais on n’en organise pas. Ni à Droite, ni à Gauche, ni ailleurs.

      le marché commun est avant tout un marché ; quelqu’un a avancé un jour l’hypothèse selon laquelle, pour reconvertir les fabricants de poudre à canon, il fallait leur permettre de fabriquer des engrais, et donc de leur offrir un territoire pour leur engrais aussi grand que furent les territoires pour les canons.

      Pour l’heure, vouloir changer l’Europe actuelle, le rôle de la BCE, etc... les forces de droite qui tiennent le pouvoir auront le temps de nous ratatiner complètement avant d’avoir pu influencer la politique européenne par un vote majoritaire des forces de gauche.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>