COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > La France ouvre des négociations avec la Syrie pour récupérer ses 18 (...)

Réseau Voltaire | 26 février 2012

La France ouvre des négociations avec la Syrie pour récupérer ses 18 agents

lundi 27 février 2012, par Comité Valmy


Voir en ligne : Un 19ème agent français arrêté en Syrie

Le 13 février 2012, Thierry Meyssan révélait sur la première chaîne de télévision russe que la Syrie avait fait prisonniers une douzaine de militaires français. Le Réseau Voltaire est en mesure de confirmer qu’au 26 février, le nombre de prisonniers français s’élève à 18 (dix-huit).

Si Paris admet qu’ils ont agi en mission, ils bénéficieront du statut des prisonniers de guerre et seront protégés par la Convention de Genève, mais si Paris dénie les avoir envoyés, ils seront considérés comme des civils étrangers, ils seront jugés en Syrie pour leurs crimes et encourent la peine de mort.

La France a ouvert trois canaux de négociation via la Fédération de Russie, les Émirats arabes unis et le Sultanat d’Oman.
L’ambassadeur de France, Éric Chevallier, est reparti le 23 février d’urgence à Damas.
Kofi Annan a été appelé comme médiateur par l’ONU et la Ligue arabe.

Conscient de l’usage qu’il peut faire de ces prises en période électorale française, Damas a demandé aux médias publics syriens de ne pas aborder cette affaire pour le moment. Il se réserve ainsi la possibilité de la traiter en secret si cette option est plus avantageuse. Tout en admettant le caractère exceptionnel de cette situation, les journalistes syriens, qui se sont rapidement habitués à la liberté d’expression garantie par la nouvelle loi sur la presse, déplorent que des limites soient à nouveau posées pour des motifs de sécurité nationale.

Si les négociations restent secrètes, la France devra payer en sous-main des indemnités de guerre particulièrement lourdes, soit en numéraire, soit sous forme de privilèges économiques. Si elles deviennent publiques, la France peut espérer des indemnités moins onéreuses, mais Nicolas Sarkozy et Alain Juppé devront s’expliquer devant leurs concitoyens. Leur camp hypothéquerait alors ses chances de gagner l’élection présidentielle, le président risquant même d’être traduit devant la Haute Cour (articles 35 et 68 de la Constitution).

Dans l’affaire du Rainbow Warrior (1985), où il y avait eu un bateau coulé et une personne tuée, la France avait présenté des excuses officielles, puis avait payé des indemnités de 7 millions de dollars à la Nouvelle-Zélande et de 8,16 millions de dollars à Greenpeace. Surtout, Paris avait dû autoriser l’importation d’ovins néo-zélandais détruisant en partie sa propre filière ovine. En échange, les deux agents français prisonniers avaient été libérés. Ironie de l’Histoire, Laurent Fabius, le Premier ministre dont le gouvernement avait ordonné l’attaque du Rainbow Warrior est pressenti comme ministre des Affaires étrangères de François Hollande, en cas d’élection du candidat socialiste à la présidence de la République. Ce dernier est l’ex-beau-frère du lieutenant-colonel Gérard Royal, le commandant de cette opération.

Dans la guerre secrète contre la Syrie, la France et ses alliés sont responsables d’un conflit ayant entraîné la mort d’au moins 3 000 soldats syriens et 1 500 civils, auxquelles s’ajoutent des pertes économiques et des sabotages d’infrastructures estimés à au moins 3 milliards de dollars.

http://www.voltairenet.org/La-France-ouvre-des-negociations

2 Messages de forum

  • Au Kossovo, en Afghanistan, en Libye, en Syrie et ailleurs nous ne sommes plus que des supplétifs de l’Oncle Sam au service du fer de lance religieux de l’Empire : l’islam. De nouveaux janissaires, voilà le rôle qui incombe désormais à notre armée et à son élite, les services secrets.

    Le Réseau Voltaire a tort de faire le parallèle avec l’affaire du Rainbow Warrior. En 1985, il s’agissait de défendre notre force de frappe nucléaire, donc notre indépendance, notre liberté. C’est Edwy Plenel qui avait révélé cette affaire. Dans La face cachée du Monde Pierre Péant et Philippe Cohen parlaient de piges pour la CIA de la part du grand quotidien du soir dirigé à partir de 1994 par le triumvirat Jean-Marie Colombani, Edwy Plenel et Alain Minc. Bush père aurait averti François Mitterrand du fait que le journal travaillait avec la CIA. La collusion des gauchistes et des libéraux avec l’Empire est une constante quand il s’agit de nuire aux intérêts de la France.

    En 1985 l’action n’était pas dirigée contre un Etat, mais contre une "ONG" considérée comme portant atteinte à nos intérêts vitaux même si on avait pour cela quelque peu violé la souveraineté de la Nouvelle-Zélande. Aujourd’hui il s’agit d’une affaire sans commune mesure, d’une extrême gravité. Nous faisons en catimini la guerre à un Etat souverain membre fondateur de l’ONU ! Qui plus est nous le faisons aux côtés des islamistes et pour les islamistes.

  • Quelle honte ! Notre gouvernement participe au chaos dans ces pays, et donc crée les conditions de déstabiliser le monde !

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>