COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Le buy european act, triplement inutile La lettre volée

Le buy european act, triplement inutile
La lettre volée

mercredi 14 mars 2012, par Comité Valmy


+ LIRE. Industrie. Liste des sites fermés depuis 2001 Ouest France 19 décembre 2011 http://www.ouest-france.fr/actu/economieDet_-Desindustrialisation-quelles-solutions-pour-en-sortir-_3634-2024156_actu.Htm

Le buy european act, triplement inutile
La lettre volée

Cette mesure a été proposée par Sarkozy pour obliger les pouvoirs publics à acheter "européen" de préférence.

D’autres ont souligné les limites intrinsèques de la mesure, notamment Alexandre Delaigue.

Une première raison de rejeter la mesure, peu efficace.

Plus au fond, ce projet est aussi une façon de faire accroire à l’existence d’un intérêt général européen, lequel ferait que le protectionnisme que l’on rejette au niveau national parce qu’il est infâme et relève de l’abomination nationaliste, se transcende en noble intention dès lors qu’on l’affuble du qualificatif européen.

Un projet de loi "achetons français" serait infâme, mais buy european c’est super chic.

Deuxième raison, symbolique, de rejeter cette idée.

Troisième raison : il ne faudrait pas oublier que la concurrence interne à l’Union européenne et à la fois féroce et biaisée.

Juste un exemple au hasard, le collectif anti-dumping européen monté par des producteurs de la filière viande. Ils dénoncent la concurrence déloyale que leur fait l’industrie allemande (cf. le dossier de presse)

 :

"Les emplois dans l’industrie allemande de la viande sont massivement couverts par des intérimaires étrangers, mis à disposition par des sociétés prestataires de service ayant leur siège hors d’Allemagne et qui facturent une prestation à l’industriel. Le coût pour ces entreprises est sensiblement plus faible qu’avec l’emploi direct des ouvriers allemands, et surtout que chez le voisin danois. Les travailleurs viennent de différents pays de l’est de l’Union européenne (Pologne, pays baltes, Roumanie...) et parfois hors de l’UE."

Pour terminer, ce collectif a noté que Jean-Luc Mélenchon appuie la démarche contre le dumping interne à l’Union européenne. Je relève pour ma part que Mélenchon approuve le principe d’un protectionnisme européen, défendant ainsi de façon un peu curieuse une mesure qu’il jugerait nationaliste au niveau français, ou en tout cas qu’il a renoncé à prôner au niveau français, montrant qu’il abandonne définitivement la politrique commerciale à Bruxelles.

C’est d’ailleurs une des attitudes pénibles du Front de gauche actuellement : pour se démarquer du FN, on taxe de "nationaliste" toute mesure qui voudrait redonner à la France des marges de manoeuvre (la sortie de l’euro, entre autres). Comme si la France n’était pas une démocratie, comme si les éloges de la République qu’on lit par ailleurs sous la plume du Sénateur - et d’autres -, ne valaient que comme hommage à un passé révolu. Comme si, dans le même temps où l’on valide un "égoisme sacré" européen, il fallait absolument villipender un "égoïsme national".

Mais l’égoïsme national républicain que nous nous refusons aujourd’hui - je ne parle pas de l’égoïsme ethnique proné par le FN - était incomparablement plus démocratique que le règne technocratique que l’on nous prépare.

1 Message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>