COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > À la veille de sa visite, Poutine envoie un nouveau message à Hollande Par (...)

À la veille de sa visite, Poutine envoie un nouveau message à Hollande
Par Guy Delorme

jeudi 31 mai 2012, par Comité Valmy


François Hollande, le 29 mai sur France 2, pensait encore (pour quelque heures) que Poutine allait s’incliner devant son autorité morale. Et aujourd’hui, il passe pour presqu’aussi imprudent et nerveux que Sarkozy ! Maudite Syrie !

Juste après les représentants les plus autorisés de sa diplomatie, c’est Vladimir Poutine lui-même, par la voix de son porte-parole, qui a signifié à ses « partenaires » occidentaux, et en premier lieu à François Hollande, que la Russie ne modifierait pas sa position sur la Syrie et qu’en conséquence toute tentative d’exercer des pressions sur Moscou était inopportune. Une grosse pierre officielle dans le jardin de l’Élysée, visité demain par Poutine, après les déclarations télévisées du nouveau président français sur la possibilité d’une intervention militaire franco-otanesque en Syrie. Il faut noter que Hollande reprenait presqu’au vol une suggestion-injonction de Bernard Henri Lévy.

La Syrie a offert à Hollande ses premiers faux-pas

Implicitement, le président de la République s’est fait reprendre aussi par ses partenaires allemands : le ministère des Affaires étrangères allemand a déclaré, dès mercredi soir, qu’il n’y avait aucune raison de « spéculer sur des options militaires au sujet de la situation militaire en Syrie ». Peut-être Bonn a-t-elle voulu « toiser » la nouvelle administration française, d’une couleur politique en principe différente (pas sur la politique étrangère en tous cas) de celle de l’équipe Merkel…

Bref, la crise syrienne vaut à François Hollande son premier vrai faux-pas. Le Président a sûrement voulu, comme nous l’avons écrit – et comme l’a dit aussi le 30 mai le spécialiste Fabrice Ballanche dans le journal 20 Minutes – prendre une « posture » politico-morale sans risque. Mais il n’avait pas prévu visiblement les réactions aussi rapides et négatives que celles de la Russie et de l’Allemagne. Le ton va-t-en guerre de Hollande lui a même valu quelques critiques de la part de sa nouvelle oppositioon de droite.

Bref Hollande va vraiment devoir en rabattre face à Poutine vendredi à Paris. On peut prévoir que côté français, on se fendra de déclarations regrettant l’intransigeance russe – et encore pas trop fort, histoire de ne pas compromettre l’avenir. On peut d’ailleurs ajouter au petit passif diplomatique syrien de Hollande la vraie-fausse expulsion de l’ambassadeur Lamia Chakkour, qui peut rester à Paris du fait de ses fonctions diplomatiques à l’UNESCO – ce que vient de confirmer, avec sans doute mauvaise grâce, l’inamovible porte-parole du Quai d’Orsay Bernard Valéro. Mais Hollande et la France n’ont pas le monopole de ces petits cafouillages : la Belgique a elle aussi voulu « sortir » l’ambassadeur de Damas à Bruxelles, qui va pouvoir y rester néanmoins en tant que représentant syrien auprès de l’Union européenne : car, figurez-vous, les 27 ne sont pas tous d’accord pour ce nettoyage diplomatique par le vide.

On a appris que le Japon s’était joint au choeur des expulseurs, marquant ainsi son ancrage au navire-amiral américain. Mais aussi que le gouvernement syrien avait de son côté déclaré persona non grata la chargée d’affaires des Pays-Bas. Il semble que l’intéressée ait « devancé l’appel » en quittant le pays. Elle suivait ainsi, avec presque quatre mois de décalage, l’ambassadeur néerlandais rappelé à Amsterdam pour cause d’indignation vertueuse du gouvernement hollandais, point si sensible au moment du pilonnage de Gaza.

Lamia Chakkour devra peut-être faire suivre son courrier à une autre adresse que la rue Vaneau, mais elle demeure notre concitoyenne honoraire...

www.infosyrie.fr


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette