COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Moyen Orient Moscou et Pékin résolument hostiles à toute intervention (...)

Moyen Orient
Moscou et Pékin résolument hostiles à toute intervention militaire en Syrie

mercredi 6 juin 2012, par Comité Valmy


Moscou et Pékin résolument hostiles à toute intervention militaire en Syrie

La Russie et la Chine, alliés du régime syrien, se sont déclarées mercredi résolument hostiles à toute intervention et tout changement de régime en Syrie.

"La Russie et la Chine sont résolument opposées à des tentatives en vue de régler la crise en Syrie par le moyen d’une intervention militaire étrangère, de même qu’en vue d’imposer un changement de régime", ont affirmé ces deux pays dans un communiqué commun à l’issue de la visite du président Vladimir Poutine.

Accompagnant M. Poutine à Pékin, son chef de la diplomatie Sergueï Lavrov a averti qu’un changement par la force du régime pourrait conduire la région à une "catastrophe", jugeant "très risqué" que l’opposition "appelle de plus en plus la communauté internationale à bombarder le régime d’Assad, à renverser le régime".

Chine et Russie veulent une nouvelle conférence à laquelle participe l’Iran et la Turquie

La Chine et la Russie ont en outre demandé une nouvelle conférence internationale sur la Syrie pour "se mettre d’accord pour suivre, honnêtement et sans ambiguïtés, le plan" de l’émissaire international Kofi Annan, prévoyant un cessez-le-feu et un dialogue politique.

Après des entretiens à Pékin avec les dirigeants chinois, M. Lavrov a appelé à une nouvelle conférence sur la Syrie réunissant "les pays qui ont réellement une influence sur les différents groupes d’opposition" syriens comme la Turquie, l’Iran, la Ligue arabe, l’UE et les membres du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Le but d’une telle conférence serait que "les acteurs extérieurs, sans la Syrie dans un premier temps, se mettent d’accord pour suivre, honnêtement et sans ambiguïtés, le plan Annan", a poursuivi le ministre russe.

M. Lavrov considère que "les supposées conférences des Amis de la Syrie" ne font que "soutenir le Conseil national syrien (des groupes d’opposition soutenus par l’Occident) et ses demandes radicales". Ces conférences ont été boycottées par Moscou comme Pékin.

"Nous confirmons que nous allons coordonner nos actions sur la Syrie, et que le plus important maintenant est de mettre en oeuvre le plan Annan", a encore dit M. Lavrov au sujet de la Russie et de la Chine, deux membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU.

"Nous n’acceptons pas que la situation soit présentée comme si ce plan ne devait pas être appliqué, comme l’a récemment déclaré l’opposition syrienne", a-t-il souligné.

Il est à noter que M. Annan doit s’adresser jeudi au Conseil de sécurité et à l’Assemblée générale de l’ONU, mais selon des diplomates il commence à entrevoir l’échec de son plan et souhaite que la communauté internationale pèse de tout son poids pour le faire respecter ou trouver un "plan B".

Source : Agences - 06-06-2012


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette