COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Avec de nouveaux partenaires, l’OCS sera une force de sécurité, de stabilité, (...)

Aprés le sommet de l’OCS, quelques présisions :

Avec de nouveaux partenaires, l’OCS sera une force de sécurité, de stabilité, de développement

vendredi 8 juin 2012, par Comité Valmy


Avec de nouveaux partenaires, l’OCS sera une force de sécurité, de stabilité, de développement

http://rickrozoff.wordpress.com/2012/06/07/with-new-partners-sco-to-be-force-for-security-stability-development/

autre source : Stop NATO vendredi 8 juin 2012


China Daily
8 juin 2012

http://usa.chinadaily.com.cn/world/2012-06/08/content_15484213.htm

L’OCS sera une « forteresse de sécurité et de stabilité »

La participation de l’Afghanistan et de la Turquie agrandit la région que l’OCS couvre géographiquement et augmente l’influence mondiale du bloc...

Des dirigeants et des responsables des quatre pays observateurs de l’OCS, Mongolie, Iran, Pakistan et Inde, ainsi que le Président du Turkménistan Gurbanguly Berdimoukhamedov et le Président Afghan Hamid Karzaï, ont aussi prononcé des discours lors de la réunion.

====

L’Organisation de Coopération de Shanghai a accordé jeudi le statut d’observateur à l’Afghanistan et le président Hu Jintao a dit que le bloc visait à devenir une "forteresse de la sécurité régionale et de la stabilité et une force motrice du développement économique régional".

L’actuel sommet de l’organisation à Beijing, qui a vu la signature d’accords portant sur la sécurité, les politiques et les économies des membres, sera un jalon dans l’histoire du bloc car il présentait une vision claire de son orientation, ont dit les analystes.

En accordant le statut d’observateur à l’Afghanistan, l’OCS, qui groupe la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Russie, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan, a consolidé ses liens avec le pays déchiré par la guerre avant le retrait de la plupart des troupes étrangères à la fin de 2014.

L’organisation a également annoncé que la Turquie, membre de l’OTAN, se joindra au Sri Lanka et à la Biélorussie en tant que partenaire de dialogue.

Le statut d’observateur va renforcer « la coopération politique, économique et civile entre les états de l’OCS et l’Afghanistan, », a déclaré le vice-ministre des affaires étrangères, Cheng Guoping après le sommet.

La stabilité de l’Asie centrale est un problème urgent pour le bloc régional, ont déclaré des analystes, en particulier compte tenu de la crise au Moyen-Orient et du retrait des troupes d’Afghanistan.

Chen Yurong, chercheur spécialiste des affaires régionales à l’Institut des Etudes Internationales, a déclaré que la situation de la sécurité en Asie centrale a changé, que l’OCS doit réviser les politiques de sécurité.

La participation de l’Afghanistan et de la Turquie agrandit la région que l’OCS couvre géographiquement et augmente l’influence mondiale du bloc, a dit Chen. Mais certains analystes suggèrent que l’OCS devrait être prudente sur un plus grand nombre de participants, car cela pourrait miner la capacité du bloc étant donnée les différences économiques et historiques saillantes entre certains pays.

Jeudi, l’OCS s’est aussi réengagée à resserrer les relations dans le domaine de la sécurité en adoptant un plan de lutte 2013-15 contre le terrorisme et en instituant un mécanisme de réponse rapide.

Le mécanisme permet aux membres de l’OCS de demander l’aide d’autres membres pour gérer les urgences nationales.

Il « stimulera considérablement la capacité de l’OCS à prévenir et à aborder les situations d’urgence », a déclaré une source diplomatique.

Hu a dit au sommet que « nous devrions établir et améliorer un système de coopération en matière de sécurité ».

Il a également dit que les membres doivent s’attaquer au terrorisme, au séparatisme et à l’extrémisme, ainsi qu’aux trafiquants de drogue et autres activités criminelles transfrontalières organisées.

Plan de développement

Les analystes ont dit que le sommet de Beijing sera une étape importante car il donne de l’élan au développement du bloc, fondé en 2001.

Les pays membres ont publié une déclaration commune d’adoption du Plan stratégique de développement à moyen terme de l’OCS et d’engagement à construire la région dans une zone de paix sûre et durable et de prospérité partagée.

« Il n’est pas exagéré de dire que l’adoption du plan stratégique aura une influence considérable sur le développement de l’OCS, » a dit le Vice-ministre des Affaires étrangères, Cheng.

Xing Guangcheng, directeur exécutif du Centre de recherche de l’OCS, a dit que la déclaration et le plan stratégique non seulement montrent l’ouverture de l’OCS, mais aussi mettent en évidence la durabilité et la vigueur du développement futur de l’organisation.

Hu a déclaré que le sommet est crucial pour le développement futur de l’OCS, surtout parce que la situation internationale et régionale était plus complexe et instable.

Ce n’est que quand les membres de l’OCS renforcent la coopération et agissent à l’unisson qu’ils peuvent efficacement affronter les défis émergents, sauvegarder la paix dans la région et parvenir au développement, a-t’ il dit.

Hu a aussi dit que la Chine offrira un prêt de 10 milliards de dollars pour soutenir la coopération économique dans le bloc et que le prêt sera également utilisé pour faciliter le développement des états membres de l’OCS.

Il a également dit que la Chine contribuera à former 1 500 spécialistes des autres pays membres au cours des trois prochaines années. Elle va également fournir 30 000 bourses d’études gouvernementales et inviter 10 000 professeurs et étudiants de l’Institut Confucius à venir en Chine pour la recherche et l’étude pendant la prochaine décennie.

Le Président a également appelé à la création d’une banque de développement, d’ un mécanisme de sécurité alimentaire, et à la promotion du commerce et des investissements.

Le sommet de l’OCS 2013 se tiendra au Kirghizistan.

Le président russe Vladimir Poutine, le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev, le président kirghize Almazbek Atambayev, le président tadjik Emomali Rahmon et le président ouzbek Islam Karimov ont également pris la parole au sommet jeudi.

Des dirigeants et des responsables des quatre pays observateurs de l’OCS, Mongolie, Iran, Pakistan et Inde, ainsi que le Président du Turkménistan Gurbanguly Berdimoukhamedov et le Président Afghan Hamid Karzaï, ont aussi prononcé des discours lors de la réunion.


http://www.chinadaily.com.CN/China/2012-06/07/content_15483673.htm

Agence de presse Xinhua
8 Juin 2012

L’OCS accepte l’Afghanistan comme observateur, et la Turquie en tant que partenaire de dialogue

BEIJING : L’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) a décidé d’accorder le statut d’observateur de l’Afghanistan et d’accepter la Turquie comme un partenaire de dialogue, le président Hu Jintao a déclaré jeudi.

Hu a annoncé la décision prise par les états membres de l’OCS lors d’une conférence de presse tenue après le sommet de Beijing SCO, qui s’est déroulé de mercredi à jeudi. La Chine est actuellement présidente de l’OCS.

En annonçant l’admission, Hu a également détaillé les accords qui ont été conclus par les états membres de l’OCS au cours des deux derniers jours.

Les états membres se sont engagésà faciliter le commerce et l’investissement dans le but d’exploiter le potentiel économique du bloc, a dit Hu.

Hu a dit que les états membres de l’OCS ont convenu de renforcer la coopération dans les secteurs de la finance, du transport, de l’énergie, des télécommunications et de l’agriculture.

Pour faire progresser le développement économique régional, l’organisation continuera de faire des efforts pour établir une banque de compte spécial et de développement, a dit Hu.

Le développement de l’OCS au long de la prochaine décennie aura beaucoup de poids sur la paix et le développement de ses états membres, de la région et du monde, a déclaré Hu.

Il a expliqué que les états membres ont approuvé un plan stratégique de développement à moyen terme et ont convenu de construire l’OCS dans une « communauté harmonieuse ».

Etant donné la montée du terrorisme, du séparatisme, de l’extrémisme et de la criminalité transnationale, les états OCS ont convenu de renforcer leur capacité à avertir des situations d’urgence et à les gérer, ainsi que de faire de l’organisation un garant fiable de la sécurité régionale, a dit Hu.

Les états de l’OCS pensent qu’il est nécessaire de promouvoir les échanges culturels et éducatifs et d’élargir leurs canaux pour les échanges de peuple à peuple et l’interaction sociale, a déclaré Hu.

L’OCS renforcera la coopération avec ses états observateurs et partenaires du dialogue, l’Organisation des Nations Unies et ses organismes affiliés, ainsi qu’avec d’autres organisations internationales et régionales, a déclaré Hu.

Le Kirghizistan assumera la présidence tournante de l’OCS après le sommet de Beijing de deux jours, a déclaré Hu.

La Chine continuera à soutenir le développement de l’OCS et de fournir de l’aide selon ses capacités à d’autres États membres, selon Hu.

À la fin du sommet, les états OCS ont adopté 10 nouveaux accords, dont - la Déclaration sur la Construction d’une Région avec une Paix Durable et une Prospérité Commune, - le Plan stratégique pour le développement à moyen terme de l’Organisation de Coopération de Shanghai et - les règlements concernant la méthode de réponse de l’OCS aux menaces à la sécurité régionale.

En prenant la parole lors de la 12ème réunion du Conseil des Chefs des États membres de l’OCS jeudi matin, Hu a appelé à ce que l’OCS s’intègre à une plate-forme efficace pour augmenter les échanges et l’influence au niveau international.

« Nous devons améliorer les consultations avec les organisations internationales et régionales via la plate-forme pour sauvegarder la paix, promouvoir le développement et stimuler la multipolarisation du monde et la démocratisation des relations internationales, » a déclaré Hu.

L’OCS a été fondée à Shanghai le 15 juin 2001 et compte actuellement six membres à part entière, Chine, Kazakhstan, Kirghizistan, Russie, Tadjikistan et Ouzbékistan.

Avant l’admission de jeudi, l’OCS avait quatre états observateurs (Mongolie, Iran, Pakistan et Inde) et deux partenaires de dialogue (Biélorussie et Sri Lanka).


http://English.ruvr.ru/2012_06_07/77392955/

Voix de la Russie
7 Juin 2012

Sommet de l’Organisation de Shanghai : la diplomatie est la seule solution

Svetlana Andreeva et Konstantin Garibov

Un sommet entre les dirigeants des pays membres de l’Organisation de Coopération de Shanghai a pris fin jeudi à Beijing.

L’Organisation de Shanghai est une alliance entre le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Chine, la Russie, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan, qui a été créé pour promouvoir la coopération entre ses membres dans les sphères économiques et d’autres, ainsi que les efforts communs de lutte contre le terrorisme.

Les amendements signés à ce sommet décrivent une nouvelle stratégie de développement pour l’Organisation de Shanghai – en particulier, la procédure d’acceptation des nouveaux membres de l’organisation.

Un des accords signés lors du sommet est intitulé « Une Déclaration sur la Construction d’une Région de Paix Durable et de Prospérité Commune ». Tous les présidents participant au sommet ont appelé l’Asie centrale à devenir une zone libérée des armes nucléaires. Ils ont également déclaré qu’aucune ingérence extérieure dans les affaires de la région ne serait acceptable. La déclaration affirme également que les mécanismes concrets de préservation de la sécurité à l’intérieur des frontières de l’alliance devraient être déterminés seulement par ses pays membres. Dans le même temps, l’alliance ne vise à contester aucun autre pays.

L’un des principaux résultats du sommet de l’OCS a été l’octroi du statut d’observateur à l’Afghanistan. Les pays qui avaient déjà ce statut sont la Mongolie, l’Inde, le Pakistan et l’Iran.

« L’Organisation de Shanghai a toujours été partisane d’ une coopération plus étroite avec l’Afghanistan, » a déclaré le président Vladimir Poutine russe lors du sommet.

« Nous espérons que le statut d’observateur à l’Organisation de Shanghai permettra à l’Afghanistan de promouvoir des liens plus étroits avec les pays d’Asie. L’Organisation de Shanghai est ouverte à la coopération avec d’autres pays ou organisations internationales. Si un pays veut établir des liens plus étroits avec l’OCS, de tels mouvements ne pourront être que bienvenus. »

Le sommet a également accepté la demande présentée par la Turquie du statut de partenaire de dialogue dans l’Organisation de Shanghai. Les autres pays qui avaient déjà ce statut sont la Biélorussie et le Sri Lanka.

« L’influence mondiaOe de l’organisation de Shanghai est croissante de façon évidente, » dit l’analyste politique russe Stanislav Tarassov. « En fait, nous constatons l’émergence d’une autre puissant « pôle » dans un monde multipolaire. Aujourd’hui, on peut difficilement nier que l’influence de l’Orient dans le monde est en augmentation. »

Les membres de l’organisation de Shanghai ont une approche commune à l’un des problèmes plus brûlant d’aujourd’hui – les guerres civiles qui engloutissant les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Ils pensent qu’aucune puissance étrangère n’a le droit d’intervenir dans ces conflits par la force.

Les participants au sommet ont publié une déclaration exprimant son appui pour les efforts déployés par le Conseil de sécurité des Nations Unies pour mettre fin au conflit syrien. Ils croient qu’ il ne pourrait y avoir qu’une façon de régler ce conflit : quand à la fois le gouvernement syrien et tous les groupes d’opposition conviendront de déposer les armes et d’engager un dialogue.

Les participants du sommet ont également exprimé leur inquiétude devant la situation autour de l’Iran, qui est titulaire d’un statut d’observateur à l’OCS. Ils pensent que toute tentative pour résoudre le problème iranien par la force pourrait avoir des conséquences imprévisibles, qui pourraient menacer la sécurité dans toute la région.

Contrairement à certains autres pays, les membres de l’Organisation de Shanghai pensent que l’Iran se rend compte pleinement de sa responsabilité en tant que membre de la communauté internationale et qu’il est digne de confiance. Le sommet a salué les efforts de médiateurs internationaux pour régler le problème iranien par la diplomatie.

Les participants au sommet ont appuyé la proposition faite par le président russe Vladimir Poutine de nommer Dmitri Medvedev Secrétaire général de l’Organisation de Coopération de Shanghai. M. Medvedev a dirigé le Conseil d’affaires de l’organisation pendant environ 6 ans.


http://USA.chinadaily.com.CN/China/2012-06/07/content_15484070.htm

Agence de presse Xinhua

L’utilisation de la force pour résoudre la question de l’Iran inacceptable : l’OCS

BEIJING : Toute tentative de résoudre la question iranienne par la force est inacceptable, ont déclaré jeudi les chefs d’état des états membres de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS).

De telles tentatives produiraient des conséquences imprévisibles et graves menaçant la stabilité et la sécurité de la région et même du monde, ont déclaré les dirigeants dans la Déclaration sur la Construction d’une Région de Paix Durable et de Commune Prospérité.

La déclaration a été adoptée jeudi à la fin du sommet de l’OCS à Beijing.

L’OCS a actuellement six membres à part entière - Chine, Kazakhstan, Kirghizistan, Russie, Tadjikistan et Ouzbékistan. L’Iran est un de ses états observateurs.

Dans la déclaration, les dirigeants OCS expriment « une profonde inquiétude devant l’évolution de la situation entourant l’Iran » et « appellent toutes les parties à faire preuve d’un maximum de retenue et à éviter les remarques ou les actions qui pourraient dégénérer en une confrontation intensifiée ».

« Tous les pays devraient respecter les buts et les principes de la Charte des Nations Unies ainsi que les normes fondamentales régissant les relations internationales, » ont convenu les dirigeants del’OCS, ajoutant qu’ils « prenaient position pour l’application stricte des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies. »

Les états membres soutiennent les travaux des P5 + 1 et de l’Iran pour l’ouverture d’un processus de dialogue durable et les efforts pour trouver une solution politique et diplomatique au problème de la question nucléaire iranienne à travers le dialogue et les pourparlers entre les parties concernées, affirme la déclaration.

La déclaration affirme également que les états membres espèrent que l’Iran en tant que membre responsable de la communauté internationale « jouera un rôle important dans le maintien de la paix et de la prospérité ».

L’Iran mène actuellement des pourparlers nucléaires avec les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU- États-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie et Chine plus Allemagne, groupe appelé P5 + 1.

La prochaine ronde de négociations entre l’Iran et ces six pays est prévue les 18 et 19 juin à Moscou.

Agence de presse Xinhua 8 juin 2012


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>