COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > Après le 1er tour des législatives : Relever le drapeau de la souveraineté (...)

Après le 1er tour des législatives :
Relever le drapeau de la souveraineté
Les questions sociale et nationale sont indissociables !
Claude Beaulieu

jeudi 21 juin 2012, par Comité Valmy


Les résultats du premier tour des élections législatives sont d’abord caractérisés par le niveau record atteint par les abstentions.

En effet, les abstentions atteignent à 42,78% et 20 000 000 des inscrits. (+ Bulletins blancs et nuls : 0,90%) Certains citoyens se sont découragés en constatant de façon répétée, que leurs votes n’ont aucune influence réelle quant à la politique menée dans une France occupée par les troupes occultes de la finance mondialisée et dominée par les collabos du système UMPS. Ils s’abstiennent par lassitude devant cette impuissance apparente à imposer un changement politique. On estime qu’il s’agit, à ce stade, d’un réflexe de résistance passive.

Cependant et ce, depuis plus de 10ans, le Comité Valmy estime que chez les abstentionnistes et ceux qui utilisent le vote blanc et nul, de plus en plus nombreux sont les républicains "des deux rives" qui refusent très consciemment et de manière militante de jouer le jeu d’un système électoral autocratique - celui du pareil au même et la fausse alternance - orchestré par les européistes de la vraie droite et ceux de la fausse gauche qui une fois élus, mèneront la même politique décidée ailleurs, à Bruxelles, Berlin ou à Washington. Des millions de citoyens lucides s’engagent ici dans une démarche de résistance active. Leur nombre s’accroît à chaque élection. Ils considèrent en substance que dans le cadre de l’euro dictature, la démocratie dite représentative est devenue une parodie. Ils ne veulent plus sous aucun prétexte, accorder leurs voix à des agents de la machination euro atlantique et occidentaliste, quels que soient les masques partisans dont ceux-ci s’affublent.

La bipolarisation UMPS ne pouvait à nouveau qu’être le bénéficiaire quasiment exclusif de l’actuel système électoral inique, profondément antidémocratique et destructeur de la souveraineté populaire et nationale. Ce mode de scrutin auquel s’ajoute le couplage des législatives et de l’élection présidentielle rendent inéluctable la reproduction cynique de cette pratique d’illusionnisme politique qui permet aujourd’hui à la "gauche"de rafler la mise jusqu’à la prochaine mise en scène quinquennale.

Pourtant il convient de souligner que la montée régulière des abstentions permet de relativiser ce triomphe partagé du PS et de l’UMP :

- le Parti socialiste n’obtient au 1er tour que 16,53 des inscrits,

- l’UMP n’obtient, lui, que 15,27 des inscrits.

Au total l’UMPS, n’obtient que 31,8 des électeurs inscrits. Plus de deux Français sur trois se voient ainsi exclus de la vie politique.

Ce résultat médiocre lui permettra de se partager allègrement 93% des députés élus. (sans prendre en compte ceux d’Europe écologie, alliés du PS)

Une autre observation me semble devoir être relevée.
La stratégie de rassemblement du PCF qui s’exprime à travers son investissement dans le Front de gauche n’est pas validée par l’électorat populaire. Il n’est pas certain de pouvoir constituer un groupe parlementaire dans la prochaine Assemblée. Les élus du Front de gauche seront à une exception près des députés communistes bien qu’il soit prévisible qu’il perdra malheureusement un certain nombre de ses circonscriptions.

En effet, le résultat du 1er tour des législatives est marqué par un échec sévère du Parti de gauche qui à l’exception de Marc Dolez dans le nord doit constater l’élimination de tous ses dirigeants dont celle de J. L. Mélenchon lui-même. Cet échec semble confirmer que l’attachement de ces sociaux démocrates se réclamant de la "gauche de la gauche", au dogme fédéraliste européen et au mirage de l’Europe sociale rend leur démarche illisible et les coupe du monde du travail.

Les dirigeants du PCF pour mettre un terme à la marginalisation du parti que provoque leur politique, devront enfin admettre l’évidence que l’intégration européenne menée à marche forcée et conduite par les agents de l’oligarchie financière, donne à la lutte de classe un caractère patriotique et qu’aujourd’hui la question sociale est subordonnée à la question nationale.

Pour retrouver la confiance du peuple de France il importe avant tout que les militants imposent aux dirigeants du PCF de cesser d’abandonner le thème de la nation et de la défense de l’intérêt national à Marine Le Pen et à ses amis et d’être involontairement ainsi, les promoteurs principaux de leur succès.

Le PCF afin de redevenir lui-même devrait donc impérativement relever le drapeau de l’indépendance nationale et de la souveraineté populaire.
La situation actuelle est potentiellement porteuse d’une politique de rassemblement populaire majoritaire progressiste, patriotique et de progrès social. Cette démarche permettrait la restauration des principes de de la République une, indivisible, sociale et laïque, ainsi que le rétablissement et la rénovation de la démocratie.
Le Comité Valmy depuis vingt ans, est favorable à un rassemblement prenant exemple sur celui de la Résistance et propose l’actualisation des principes du programme du CNR.

Les Français auront de bonnes raisons de considérer l’avenir avec davantage d’optimisme lorsque les communistes auront la capacité de revenir à la démarche politique d’union du peuple de France. [1]

Notes

[1] Politique d’union du peuple de France qui avait été proposée en son temps par le regretté Georges Marchais.

6 Messages de forum

  • Je partage votre analyse.

    Faites cependant attention, car les orientaux qui ont pris le pouvoir, et qui se basent non sur les faits, mais sur leur représentation ; non sur le sens, mais sur les mots, accusent toute personne qui se veut "nationale" et qui donc ne peut, à mon sens, qu’avoir des préoccupations "sociales", d’être "nationale-socialiste" suivant la logique du "comment vas-tu yau de poêle".

    Le C.N.R. était national --- c’était dans son nom, et son combat sans cela n’aurait pas eu de sens --- et était social --- dans son programme. L’exemple suffit à illustrer l’escroquerie habituelle des leçons de morale du Système.

    Comme je passe mon temps à l’argumenter --- ce qui semble d’ailleurs trouver un écho --- un "national" se définit d’après sa culture, ce qui est plus large que le savoir écrit, et se reconnaît donc par le contenu, et non le contenant (ni l’aspect physique, ni l’étiquette collée, ni la provenance), et un "national" veut le développement de sa culture en hauteur : se dépasser soi-même, et pas un développement en étendue, en envahissant les autres.

    C’est l’impérialisme des apatrides de la finance qui s’étend et veut trouver un nouveau Lebensraum, de nouveaux domaines permettant de soutenir "la croissance". Car c’est ce qui doit être souligné dans le discours des européistes et du nouvel ordre mondial : ils clament que le capitalisme ne peut survivre que par une croissance qui n’est pas enrichissement d’un pays par ses propres efforts, mais expansion par la conquête de "nouveaux marchés" --- comprenez : soumission de nouveaux territoires.

    Quant aux cadres du P.C., je n’arrive pas à comprendre qu’ils se soient encore une fois laissés manoeuvrer par un socialiste mitterrandien. Car si le Front de Gauche a semblé surgir, du jour au lendemain, avec une organisation de terrain efficace, c’est parce que les militants communistes étaient là pour faire le travail. Mais seul M. Mélenchon était visible. Et si le Front de Gauche a suscité de l’espoir au début, c’est parce que les Français ont cru qu’ils avaient affaire à un opposant du système, alors que J-L. Mélenchon ne fait que hurler le programme habituel du renoncement, de l’internationalisme, de l’européisme, et des guerres de prédation (Libye, Syrie etc.)

    Comme en 1958, le pays va entrer en convulsion. Malheureusement, aucune structure n’est en place pour reprendre la charge.

    Nous ne pouvons être qu’inquiets pour la suite. Mais cela ne doit pas nous empêcher de nous battre, puisque les seuls combats certains d’être perdus sont les combats qui ne sont pas livrés.

  • Il y a longtemps que les responsables de l’ectoplasmique PCF ne sont que des prébendiers électoraux que le PS maintient en vie tant qu’il en a besoin, en particulier pour calmer "le monde du travail" et la CGT dont nous allons voir qu’ils vont s’écraser quand Hollande fera la politique de la City et de l’Europe mondialiste (sans parler de la politique extérieure atlantiste et pro US)...Mais ce qui est gênant dans votre analyse, c’est cette impuissance à comprendre que la mondialisation européiste et atlantiste se fait, aussi et en même temps, à travers une politique d’immigration tous azimuts, politique conforme aux intérêts des oligarchies financières (qui sont en train, à travers la pseudo-crise, de redéployer leurs capitaux et de les gonfler...) qui ont là le moyen d’organiser le chômage et de peser sur les salires et les conditions de travail (augmentation du taux de profit) , mais aussi l’outil qui leur permet de "changer les peuples" pour les decouper en mosaïques communautarisées gelant tout combat politique et social...Dans cette perspective l’islam joue un rôle majeur (par delà ses visées expansionnistes de religion politique) et très dangereux pour tout ce qui est notre socle laïque et démocratique. Il serait utile que vous portiez vos analyses dans cette direction et que vous en tiriez les conséquences qui s’imposent.
    • Vous dites :

      "Il serait utile que vous portiez vos analyses dans cette direction et que vous en tiriez les conséquences qui s’imposent."

      Les conséquences qui s’imposent, ne seront possibles à appliquer que lorsque la France aura retrouvé son indépendance et le peuple, sa souveraineté.

      Toutes les imprécations proférées dans l’état actuelle de la France, devenue territoire géographique, prisonnière de l’UE intégrée, dont le peuple n’est plus souverain, ne sont que menaces inutiles. Les partis qui les déclinent, - construisant des impasses où leurs électeurs vont éternellement se fracasser,-qui énoncent des promesses qui n’engagent que ceux qui les écoutent, sont des irresponsables, malhonnêtes, car eux, ils savent que ces promesses sont irréalisables, sauf à sortir de l’UE, en applicant en tout premier lieu dans leur programme cette action juridiquement prévue dans le Traité de Lisbonne.

      Vous devriez avoir noté en visitant notre site, que nous le demandons depuis très longtemps.

      Ainsi, la France, Etat-nation, recouvrant sa totale indépendance politique, et le peuple redevenant souverain, rien n’interdira le rétablissement des frontières sans lequelle tout discours sur le sujet de l’immigration, d’où qu’elle vienne, est pure illusion.

      Geneviève Blache

  • Tout à fait d’accord avec tout ce que Claude a dit ainsi qu’avec les commentaires. Qui va prendre le flambeau de la Résistance dont nous avons tant besoin ? J’ai écrit une lettre à Mélenchon où je dénonce cette démission de tous les partis de gauche (mis à part le POI), lettre restée sans réponse.
    • l’europe aurai pu tres bien fonctionner, si : 1 le niveau de vie de chaque pays etait identique, c’est a dire que comme exemple le pain a 1€ en france doit etre a € dans les autres pays de l’union, idem pour tout le reste. Seulement ça n’a etait juste qu’une grosse arnaque financiere sur le dos des peuples. Avec la benediction des banques et consorts. De plus il est anormal qu’en france on vive encore sous le régime du ROI car notre gouvernement est incapable de changer, le system Monarchique a trop d’avantages, pour nos dirigents. Le jeu des elections en est un tres bon exemple ( le kalife a la place du kalife, ou le roi est mort vive le roi) on reste dans ce principe car, bien trop rentable pour ce qui y son admis.

      désolé pour les fautes.

  • Je partage en partie votre analyse. En partie car à mon sens vous n’utilisez pas les bons termes : « Certains citoyens se sont découragés en constatant de façon répétée, que leurs votes n’ont aucune influence réelle quant à la politique menée dans une France occupée par les troupes occultes de la finance mondialisée et dominée par les collabos du système UMP-PS. » La France est sous l’emprise des oligarques, sous l’emprise de cartels, sous l’emprise de castes qui confisquent le pouvoir des français. Ces oligarchies sont celles des partis politiques en responsabilité, du monde de la finance, des castes de certaines écoles dites "grandes", des dirigeants de certains groupement d’entreprises...

    Vous écrivez plus loin : « Le PCF afin de redevenir lui-même devrait donc impérativement relever le drapeau de l’indépendance nationale et de la souveraineté populaire. » Le PCF a failli, le PCF doit faire une mutation, l’apparatchisme est en voie de disparition et a tué le PCF. Les apparatchiks ont voulu prendre le pouvoir pour s’occuper d’eux avant de s’occuper du plus grand nombre et cela ne leur a pas réussi. Nous connaissons leurs ruses en s’immisçant dans diverses organisations.

    Lors de cette campagne le Front de gauche est parti sur des valeurs républicaines, puis petit à petit s’est orienté anti-FN, ce qui lui a coûté une percée significative. On avance en construisant pas en dénigrant !

    Si le diagnostic est légèrement erroné, le remède ne sera pas le bon !

    L’avenir est à retrouver les valeurs républicaines pour lesquelles se sont battus nos aînés. Je propose de revenir très rapidement aux sources de la République. En 1789, le peuple s’est invité au Parlement sous le nom de Tiers-État pour tenter de cogérer l’État. Depuis la fin de la première République le 9 novembre 1799 (coup d’État de Napoléon Bonaparte du 18 brumaire an VIII et établissement du Consulat) tous les gouvernements ont cherché à réduire le pouvoir du peuple et aujourd’hui nous en payons les conséquences. Le laxisme du peuple, le sentiment d’impuissance de certains, la couardise des autres nous ont amené où nous en somme car ceux qui s’arrogent du pouvoir font briller les miroirs aux alouettes dont le peuple est le dindon. Que ce soit du pouvoir politique, du pouvoir économique, du pouvoir de production, etc... Tous ces gens cherchent à asseoir leur pouvoir en asservissant le peuple qui ne sait pas s’organiser et cherche à faire confiance pour ne pas à avoir à traiter des sujets de vie qu’il ne connaît pas, qu’il maîtrise mal, qu’il appréhende à exercer. Nous devons dire ces vérités qui sont dures, mais qui sont capitales si nous voulons espérer redresser la barre paisiblement sans bains de sang.

    Puisque la cogestion de l’État n’a pas été suffisantes pour que des groupes de pressions, des lobbies, des oligarques dévient à leur profit les valeurs républicaines, nous devrons donc reconquérir non seulement la cogestion de l’État, mais aussi conquérir la cogestion de toutes les activités humaines dans lesquelles nous travaillons en groupe. Car ce sont dans ces groupes que se sont constitués les oligarques. Donc au second tour, je voterais nul en demandant que l’on redonne la souveraineté au peuple car aucun candidat ne propose cela dans ma circonscription.

    Dans notre pays nous disposons de beaucoup de talents, de spécialistes et la mise en commun de nos savoirs permettra aux citoyens d’élaborer les solutions pour demain. Regardez l’Islande, elle est sur le point de réussir, alors pourquoi pas nous ? Bonnes réflexions


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette