COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Lavrov : Le document issu de la réunion de Genève n’impose rien au peuple (...)

Lavrov : Le document issu de la réunion de Genève n’impose rien au peuple syrien et n’avance aucune condition préalable
Agence SANA

dimanche 1er juillet 2012, par Comité Valmy


Voir en ligne : Genève : un accord de principe – sur des principes russes - Louis Denghien

Genève / Le ministre ruse des AE, Serguei Lavrov, a indiqué que le document issu de la réunion de Genève ne renferme aucune imposition au peuple syrien et dans lequel il n’existe aucune condition préalable sur le processus politique ou sur le dialogue national et n’exclut aucune des parties.

Lors d’une conférence de presse au terme de la réunion de Genève, Lavrov a indiqué que la Russie s’oppose à toutes conditions préalables et a pu unifier la position avec se partenaires pour exercer des pressions sur toutes les parties et non pas prendre des mesures unilatérales de quelque partie soit-elle, comme elle a travaillé dans le sens d’éviter d’une manière efficace toute tentative de lancer des ultimatums et a pu aussi introduire des modifications sur le communiqué préliminaire pour finalement soit publié de la sorte.

Lavrov a dit que le document envoie des signaux très clairs au gouvernement et aux groupes armés pour travailler d’une manière synchronisée afin d’exécuter le plan de l’émissaire onusien Kofi Annan pour la Syrie en toute clarté, stopper toutes formes d’actions armées et appuyer la mission onusienne en Syrie pour réaliser la stabilité.

"L’objectif de cette réunion est la convocation des acteurs principaux en Syrie d’œuvrer d’une manière coopérative afin de garantir le plan de paix et la convocation des acteurs extérieurs d’œuvrer pour user de leur influence sur les parties à l’intérieur de la Syrie afin qu’elles puissent s’engager aux points du plan", a-t-il précisé.

Lavrov a souligné que le processus politique transitoire sera mené par le peuple syrien et que le document est conforme avec les principes qui convergent sur la voie de la phase transitoire et ancre par la même occasion les principes fondamentaux de tout Etat démocratique et la formation d’une instance qui exprime les opinions des gens.

Le chef de la diplomatie russe a encore dit "Nos partenaires ont voulu par le truchement de ce groupe de travail que nous prenions une nouvelle décision au Conseil de sécurité mais nous leur avions dit que nous permettons pas l’adoption de nouvelle résolution, car le groupe qui se réunit aujourd’hui n’est pas habilité à anticiper la prise de résolution par le Conseil de sécurité, car ce Conseil a ses procédures et chaque pays membre a le droit de proposer des projets et ce genre de propositions seront examinées et sur la base de cet examen le Conseil décidera ou non l’adoption de ce projet".

"Avant de parler sur le chapitre VII de la charte onusienne "Nous devions déployer d’extrêmes efforts pour appliquer le plan Annan sur la base des résolutions adoptées initialement par le Conseil de sécurité et nous avons ce qu’il faut comme preuves qui nous disent que les groupes armés et ceux qui les financent et les arment ne respectent point leurs engagements et se comportent d’une manière à ce que nous ne pouvons assurer une conjoncture sécurisée et par là il provoquent le gouvernement et les forces syriennes à riposter", a-t-il ajouté.

"Certains groupes armés et les milieux qui les parrainent exercent la provocation dans le but de semer la violence et il existe des faits sur cela qu’on peut les toucher sur les médias y compris occidentaux et américains et ceci arrive dans plusieurs localités et villages, car il existe des attaques contre les bâtiments et les institutions publics et privés et chez les forces de l’ordre sur places d’amples preuves sur l’incitation confessionnelle", a-t-il ajouté.

Lavrov a aussi dit que les groupes armés avaient entravé les tentatives du CICR d’évacuer les civils coincés dans les localités et les quartiers, précisant que les groupes armés reçoivent les armes de l’extérieur via des voix illégales, alors que ces pratiques sont contraires à la loi internationale, ce qui encourage ces groupes de ne pas abandonner les armes.

Pour Lavrov, il est temps que les différentes parties de réaliser que le document exigent d’elles un engagement à user de l’influence positive sur les différentes parties en particulier les groupes armés pour pouvoir appliquer le plan Annan.

Annan : Le groupe de travail sur la Syrie a convenu d’aider à une issue à la crise via un processus politique et un dialogue conduit par les Syriens

Pour sa part, l’émissaire onusien pour la Syrie, Kofi Annan, a indiqué que le groupe de travail sur la Syrie est parvenu à un accord pour aider à trouver une issue à la crise via un processus politique conduit par les Syriens eux–mêmes dans le cadre d’un dialogue national global dans un climat de calme et de désarmement des groupes armés.

Au terme de réunion d’aujourd’hui sur la Syrie à Genève, Annan a précisé que toutes les parties saisissent bien la conjoncture en Syrie et elles ont transféré la coopération à un niveau supérieur, via la prise d’une position plus claire et plus précise par le truchement d’un parcours dans l’espoir que le peuple syrien puisse le suivre et travailler dessus.

Annan a entre autres dit : "Nous sommes déterminés à travailler en commun d’une façon plus claire et intense pour mettre fin à la violence en Syrie et lancer un processus de transition satisfaisant les aspirations légitimes du peuple syrien et permettant à ce peuple de déterminer son avenir d’une manière indépendante.

D’autre part, Annan a appelé toutes les parties à s’engager à l’arrêt définitif de la violence et à l’exécution du plan à six points directement sans attendre les autres mesures, comme il a demandé au gouvernement syrien et aux groupes armés de coopérer avec les observateurs onusiens se trouvant sur place.

"Le gouvernement doit élargir les détenus, permettre l’accès aux journalistes et de se déplacer en toute liberté, tout en respectant le droit à la manifestation pacifique et aussi l’accès des aides humanitaires", a-t-il ajouté.

Il a aussi souligné que le groupe de travail s’est mis d’accord sur une panoplie de principes d’orientation sur la phase transitoire qui se déroule en Syrie, puisque ce grouper a proposé une optique d’avenir dans laquelle tous peuvent s’associer au sein d’un Etat pluriel et démocratique, caractérisé par des élections libres tout en respectant les droits de l’homme et la primauté de la loi avec l’accès égal à tous aux droits avec le respect des droits des petites communautés et ceci exige des pas clairs dans le cadre d’un calendrier précis.

"

Les pas fondamentaux dans le cadre du processus de transition englobe l’établissement d’une "association gouvernante" permettant ainsi à créer un climat neutre via lequel "nous pourrons" procéder au changement, c’est-à-dire cette structure transitoire doit avoir comme membres des personnalités du gouvernement et des opposants et peut être constituée sur la base d’un consensus commun", a-t-il expliqué.

Annan a aussi affirmé que le processus politique en Syrie doit être applicable dans un environnement sécurisé et calme pour tous y compris le parachèvement de désarmement des gangs armés et qu’une continuité dans l’action gouvernementale soit assurée par toutes les parties.

L’émissaire onusien a également mis l’accent sur le fait que le peuple syrien est le seul qui décide de l’avenir de son pays et que toutes les catégories de la société doivent être en mesure de participer à un dialogue national global dont le résultat final sera applicable, alors que les femmes doivent être amplement représentées, car en se basant sur ce qui a précédé, "le système constitutionnel et l’ordre juridique pourraient faire l’objet cde révision et ceci est soumis à l’acceptation du peuple syrien et cela sera suivi par des élections libres, démocratiques et multilatérales".

Annan a souligné que le temps passe et il faut de mesures rapides pour parvenir à un accord afin de régler le conflit via le dialogue pacifique et les pourparlers uniquement.

L’émissaire onusien a en outre précisé que les conditions doivent être réunies pour trouver un compromis politique et que la violence doit cesse et que toutes les parties soient prêtes pour désigner leurs représentants pour travailler avec l’émissaire onusien pour mener un processus politique transitoire conduit par la Syrie.

"La communauté internationale est prête pour appuyer n’importe quel accord parvenu par les parties en conflit et les membres du groupe de travail pourront participer pour exercer des pressions sur toutes les parties afin qu’elles exécutent les résultats des pourparlers, tout en s’opposant à toute tentative de militariser davantage le conflit", a indiqué Annan.

"Le groupe de travail va me soutenir d’une façon complète via mon travail direct avec le gouvernement et l’apposition en concert avec toutes les catégories du peule syrien et les principaux acteurs internationaux pour aller de l’avant et je vais travailler avec eux et je dois informer les NU et la Ligue arabe de ce qui se passe avec moi", a-t-il expliqué.

Annan a par ailleurs précisé qu’il a promis au groupe de travail d’œuvrer dans un climat d’espoir, "Les espoirs d’aujourd’hui ne doivent pas se transformer en désespoir dans l’avenir et il faut entamer le travail en unisson pour exécuter ce qu’on avait convenu et nous, n’allons point faire ceci individuellement".

Ji Chi : personne de l’extérieur ne peut prendre des décisions concernant le peuple syrien

Le ministre chinois des affaires étrangères Yang Ji Chi a affirmé que l’accord auquel a convenu la réunion du groupe de travail à Genève revêt une grande importance pour le renforcement d’un règlement politique de la crise en Syrie.

Cité par l’AFP, Yang a souligné, dans une conférence de presse tenue au terme des réunions, que le plan transitoire sur la Syrie ne peut être réalisé que sous la direction des Syriens et avec l’approbation de toutes les parties importantes en Syrie, précisant que personne de l’étranger ne peut prendre des décisions relatives au peuple syrien.

Il s’est félicité des résultats de la réunion quant aux principes de l’opération de transition en Syrie ; ajoutant que tant que les parties s’engagent aux consultations neutres et à la patience, nous sommes capables de jeter les fondements d’une entente.

Pour sa part, William Hague, chef de la diplomatie britannique a annoncé la satisfaction des membres du Conseil de sécurité de la mission des observateurs internationaux en Syrie, des efforts déployés par Annan et de leur engagement à appuyer l’application de son plan à six point tout entier et des deux résolutions du Conseil de sécurité y afférents.

Hague a souligné que le groupe de travail international doit se réunir à chaque fois que la situation l’exige et en cas d’urgence. Dans une conférence de presse tenue aujourd’hui à Genève à l’issue de la réunion du groupe de travail sur la Syrie, M. Kofi Annan, émissaire onusien pour la Syrie, a affirmé que c’est le peuple syrien qui décide du règlement et de l’avenir de son pays.

Cité par Reuters, un responsable américain à haut niveau a indiqué que les débats étaient difficiles en raison des désaccords entre les participants, soulignant que les pourparlers n’ont abouti à rien.

En outre, des sources diplomatiques avaient fait savoir que la raison du report de la 2ème réunion était à cause de la tenue de grands nombres de réunions bilatérales menées par les participants à la conférence avant son lancement.

A cette réunion avaient pris part, les ministres des AE des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité, (la Russie, les Etats-Unis, la Chine, la France et la Grande Bretagne), aux côtés des ministères des AE de l’Irak, du Koweit, du Qatar, de la Turquie, du secrétaire général des NU, Ban Ki-moon, et de la haute représentante de l’UE pour la politique extérieure, Catherine Ashton. Avant la réunion, le ministre russe des AE, Sergueï Lavrov avait rencontré M. Annan et Mme Ashton et ses homologues chinois, Yang Jeichi, et irakien Hochiar Zibari.

A. Chatta & T. Slimani


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>