COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Moyen Orient Assad regrette "à 100%" que l’avion abattu soit (...)

Moyen Orient
Assad regrette "à 100%" que l’avion abattu soit turc

mercredi 4 juillet 2012, par Comité Valmy


03-07-2012 - Le président syrien Bachar al-Assad a regretté que la défense de son pays ait abattu, le 22 juin, un avion de combat turc, affirmant dans un entretien au journal turc Cumhuriyet publié mardi que l’appareil volait dans un espace utilisé dans le passé par des avions israéliens.

"L’avion volait dans un couloir aérien utilisé trois fois par le passé par l’aviation israélienne", a dit le président syrien, regrettant "à 100%" cet incident.

Le président syrien a rejeté les accusations de la Turquie selon lesquelles la défense syrienne a intentionnellement abattu le F-4 turc en mission d’entraînement au-dessus de la Méditerranée.

"Un pays en guerre agit toujours de cette façon, cet appareil volait à une très basse altitude et a été abattu par la DCA qui l’a pris pour un appareil israélien(...) Le soldat de la DCA ne disposait pas de radar et ne pouvait donc pas savoir à quel pays il (l’avion) appartenait", a affirmé al-Assad qui a présenté ses condoléances aux familles des deux pilotes de l’appareil qui n’ont pas pu être trouvés.

"Si cet avion avait été abattu dans l’espace international (comme le prétend Ankara) nous n’aurions pas hésité à nous excuser", a-t-il ajouté.

Le président syrien a en outre souhaité tourner la page de cet incident avec la Turquie qui a vu dans la perte de son avion un acte hostile et décidé de renforcer la sécurité à sa frontière avec la Syrie qui était autrefois son allié.

"Nous ne voulons pas même penser que cet avion a été envoyé délibérément dans notre espace aérien. Nous voulons penser qu’il s’agit d’une erreur du pilote et nous considérons cet événement comme faisant partie du passé et ne devant pas être exagéré (...) Nous n’avons rien à gagner à abattre un avion de combat turc", a-t-il estimé.

M. Al-Assad a aussi indiqué que son pays n’envisageait pas de mobiliser des troupes à la frontière turque. "Quoi que fasse le gouvernement (turc de Recep Tayyip) Erdogan nous ne procéderons pas à une concentration de troupes à la frontière. Le peuple turc est ami et nous comprendra", a-t-il ajouté.

Le quotidien Cumhuriyet qui a rencontré le président syrien à Damas prévoit de publier mercredi une deuxième partie de cet entretien.

Source militaire russe

S’agissant de la polémique autour de la violation de l’espace syrien, une source militaire russe citée lundi par l’agence de presse Interfax a révélé que la Russie détient des données positionnelles précises qui prouvent que l’avion turc abattu par la Syrie le 22 juin avait violé l’espace aérien syrien.

Cette source a indiqué sous couvert de l’anonymat que l’avion de combat turc était sans aucun doute entré dans l’espace aérien de la Syrie et que Moscou disposait de données sur la totalité de son trajet.

"Nous avons des données sur la position exacte de l’avion de l’armée de l’air turque, et cela jusqu’au moment où il a été abattu par la défense aérienne syrienne", a déclaré la source à l’agence de presse russe.

"Ces données confirment sans ambiguité le fait que l’avion a violé l’espace aérien syrien", a-t-elle dit.

L’information n’a pas été confirmée officiellement à Moscou, mais le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait déclaré au cours du week-end que la Russie disposait d’informations sur la position de l’avion turc et qu’elle était disposée à partager ces données.

Depuis la destruction de son appareil, un F-4 Phantom, la Turquie prétend que l’avion se trouvait dans l’espace aérien international, alors que Damas affirme qu’il était entré dans son espace aérien.


L’avion turc a provoqué la Syrie en violant deux fois son espace aérien

L’équipe du site

04-07-2012 - L’avion turc abattu par la Syrie le 22 juin a "provoqué" la défense antiaérienne syrienne, en violant deux fois l’espace aérien de ce pays, a déclaré mercredi une source russe au courant du dossier citée par l’agence de presse Interfax.

"Les actes de l’avion turc étaient évidemment provocateurs. Sinon, comment peut-on expliquer le fait que cet avion de combat est entré deux fois (...) dans l’espace aérien syrien", a indiqué cette source.

"L’équipage ne pouvait être guidé que par un seul motif, celui de tester le système de défense antiaérienne syrienne. Et il l’a testé en effet", a-t-elle ajouté.

Une source militaire russe avait affirmé lundi à Interfax que l’avion de combat turc était sans aucun doute entré dans l’espace aérien de la Syrie et que la Russie disposait de données sur la totalité de son trajet.

L’information n’a toutefois pas été confirmée officiellement à Moscou.

Al Manar


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette