COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > La diabolisation, un instrument de désinformation Soraya Hélou

La diabolisation, un instrument de désinformation
Soraya Hélou

samedi 21 juillet 2012, par Comité Valmy


Hajj Imad Moghnié, général Assef Chaoukat, deux martyrs, une même méthode suivie pour les diaboliser auprès de l’opinion publique. Combien de ceux qui se sont réjouis hier de la mort du général Assef Chaoukat avaient vraiment connu cet homme ? Ils se sont simplement laissé entraîner par la campagne médiatique menée contre lui depuis des années par les médias occidentaux. Et il a fallu attendre sa mort dans l’explosion mercredi au siège de la sécurité nationale à Damas pour comprendre la raison d’une telle campagne de désinformation. Comme pour hajj Imad Moghnié qui a longtemps été présenté par les médias occidentaux comme étant impliqué dans des opérations d’enlèvements d’otages, le général Assef Chaoukat a toujours été présenté comme le champion de la répression en Syrie.

Pourquoi ? Il a fallu attendre le discours du secrétaire général du Hezbollah sayed Hassan Nasrallah mercredi pour comprendre la vraie raison de cet acharnement. Hajj Imad était un chef historique de la résistance contre "Israël" et l’un des plus importants stratèges de la victoire de 2006. Le général Chaoukat était un partenaire à part entière de cette même résistance, lui ouvrant sans broncher les dépôts d’armes de la Syrie et répondant à tous les besoins des combattants de la dignité et de la liberté.

Ferme, Assef Chaoukat était un homme de convictions qui n’a jamais cessé de placer la Palestine en tête de ses priorités. Pour cela, il a fait l’objet d’une telle campagne médiatique visant à le diaboliser. Tous ceux qui adoptent cette ligne sont victimes de la même campagne, surtout s’ils sont compétents, courageux et incorruptibles. Sans scrupules, les médias occidentaux lancent des slogans, déforment les personnalités et les adaptent à leurs besoins stratégiques. Cette méthode est désormais bien connue. Elle est d’ailleurs aujourd’hui adoptée par tous les médias inscrits dans cette ligne politique, surtout dans le monde arabe. La désinformation est devenue un outil essentiel dans les guerres et elle est utilisée massivement, contraignant l’opinion publique à adopter une sorte de pensée unique, étonnante de la part de ceux qui prétendent militer pour la démocratie et la liberté d’expression. Comment l’opinion publique pourrait-elle lutter contre la matraque médiatique qui tient lieu de lavage de cerveau ? D’abord en ne perdant pas de vue les priorités et ensuite en écoutant les hommes de bonne volonté, ceux qui, comme le sayed, leur parle avec franchise et sincérité, sans se soucier de ce qui est populaire ou non, de ce qui fait plaisir ou non, uniquement soucieux de la vérité.

L’hommage de sayed Nasrallah dans son dernier discours aux responsables syriens assassinés à Damas n’était pas seulement émouvant parce qu’il a parlé de Frères d’armes avec juste ce qu’il faut d’émotion, il était courageux car, par les temps qui courent, il est tellement plus facile de se joindre à la campagne généralisée et à la meute des aboyeurs. Mais le sayed ne craint pas de briser l’unanimité médiatique pour respecter la mémoire de ceux qui ont aidé la résistance et pour montrer du doigt le grand mensonge dont l’opinion publique est aujourd’hui victime. Ces temps-ci, la vérité n’est jamais là où la montrent les médias asservis par l’Occident. La liberté de presse n’est pas là où croit la voir. Elle est chez les hommes sincères prêts à donner leurs vies pour leurs convictions, non pour un poignée de dollars ou par goût du pouvoir…

Source :
moqawama.org


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette