COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > la Tunisie, une bonne affaire : Ne craignez pas les Barbus, ils ne (...)

la Tunisie, une bonne affaire :
Ne craignez pas les Barbus, ils ne nationalisent pas les banques.
Par Hédi Belhasine

vendredi 24 août 2012, par Comité Valmy


la Tunisie, une bonne affaire :
Ne craignez pas les Barbus, ils ne nationalisent pas les banques.

Par Hédi Belhasine

Plage de la Marsa. Le soleil fait la grasse matinée. La mer chuchote deux ou trois petites vagues pour distraire les ripatons d’un couple d’amoureux assis sur le rivage. Plus loin une imposante Belphégor couverte de tissu noir entraîne vers le bain un garçonnet apeuré qui pousse des cris de détresse. Un Monsieur ventripotent arpente la plage d’un pas pressé, l’air important comme si le sable était le sien. Il croise un maigrichon à casquette poussant un vélo rouillé. Une jolie fille en bikini, de l’eau jusqu’aux genoux marche en levant la jambe. Un vilain chien jaune la suit en aboyant. Il est neuf heures, le plagiste se réveille et branche la sono. Une suave mélopée libanaise couvre le clapotis des vagues.

Sur le sable humide mes enfants jouent à forer des trous : les puits de la révolution, sitôt creusés sitôt effondrés. Mon esprit divague. Le lieu s’y prête. Je pense aux propos que je pourrais tenir à un aréopage d’investisseurs internationaux.

Ne craignez pas les barbus ! Ils sont vos alliés objectifs…. !

Les plus radicaux d’entre eux n’ont jamais envisagé de nationalisations des banques ! Certes, ils sont capables de détruire des chefs d’œuvres de l’art antique au Mali ou en Afghanistan, mais ils ne s’attaqueront jamais au mur des lamentations ni à celui de l’argent !
La charia c’est l’assurance tous risque qui protège le capital, la propriété, la liberté du commerce et l’exploitation de l’homme par l’homme.

Observez les indicateurs des Etats musulmans : forte croissance, faible fiscalité, forte corruption, faible redistribution. Les pauvres y sont de plus en plus nombreux, les riches y sont de plus en plus riches. « Mektoub, c’est la volonté d’Allah ! » L’islamisme Arabe c’est le capitalisme à l’état pur, dépouillé de la démocratie et des droits de l’homme.
L’Arabie Saoudite est l’étalon suprême, le Qatar est la version actualisée.

Ici, le laboratoire tunisien expérimente à dose homéopathique le modèle démocratique Canada Dry qui a fait ses preuves en Asie notamment en Turquie, Indonésie et Malaisie. Le parti Ennahdha est en train de mettre en œuvre par petites touches un ordre religieux qui prévaudra sur le droit des hommes et un droit des hommes qui prévaudra sur celui des femmes. Quelques concessions seront faites aux séculiers libéraux-de-gauche car ils ne représentent pas une menace sérieuse pour la majorité du parti de Dieu.

Le nouveau pouvoir entend bien conserver l’arsenal juridique si bien rôdé par Ben Ali. En particulier, toutes les lois pénales qui permettent de mettre un quidam en prison au motif qu’il aurait toussé trop fort. Déjà, en cette période d’entre chien et loup, des blogueurs, des poètes, des buveurs, des dragueurs, des humoristes, des artistes, et autres empêcheurs de tourner en rond ont été embastillés. Même la maman du héros national Mohamed Bouaziz s’est retrouvée au trou ! La police a fait son travail. La magistrature a appliqué les textes. Les militants des droits de l’Homme ont été reçus avec déférence par un membre respectable du gouvernement qui s’est drapé des vertus de Montesquieu sur la séparation des pouvoirs. Il y a trois ans ce ministre était en prison, la même délégation de militants était venue chez son prédécesseur pour plaider sa cause… elle avait entendu le même discours !

Michel Jobert, brillant ministre français des affaires étrangères observait au siècle dernier, que l’islamiste était un luxe que seuls les pays riches peuvent se permettre. Pourtant, le parti Ennahdha a décidé de l’offrir à la Tunisie. Comment ? Mais en hypothéquant la révolution à Wall Street et en appliquant un business plan ultra libéral et hallal pardi !

Le pays dispose d’actifs négociables. Des infrastructures territoriales modernes (eau, électricité, routes, ports, aéroports) un maillage de services publics performant (écoles, universités hôpitaux) un tissu industriel compétitif (pétrochimie, textile, mécanique, tourisme, informatique…) Enfin et surtout, la population est aussi bien formée que mal payée. Le régime « provisoire » postrévolutionnaire l’a dissuade de toute nouvelles velléités : « journalier, ouvrier, employé, chômeur, tu auras beau crier, menacer, t’immoler ; ça ne servira à rien. Le guichet de la révolution est fermé. On veut bien discuter de tout : de la femme, du drapeau, de l’amnistie, de la constitution, des balles en caoutchouc….mais d’économie sociale, de hausse des salaires, de redistribution des richesses, de participation, d’autogestion….NON ! »

La nouvelle classe politique au pouvoir qui a longtemps souffert d’inconfort est avide, elle veut s’enrichir. Alors, dans les belles villas qui surplombent la baie de Sidi Bou Saïd quelques intermédiaires s’y emploient. Les contrats de représentation signés entre les multinationales et le clan Ben Ali ayant été dénoncés pour cause de force majeure des opportunités juteuses sont à saisir car la nature des affaires a horreur du vide.

Pour satisfaire les appétits et « relancer la croissance » un grand mouvement de privatisation est programmé. Après le téléphone, les sociétés nationales de l’eau et de l’électricité sont des pépites hautement convoitées. Il y a aussi les transports, la santé, les domaines forestiers, les terres, le désert…Oui le désert tunisien dont l’énergie solaire produira de l’électricité à l’Europe dans moins de dix ans. Les sites archéologiques seront-ils concédés ? Le Colisée romain d’El Djem intéresse l’industrie des parcs à thème. L’île de Zembra est promise aux Chinois, mais les Qataris font monter l’enchère ! Même les ordures ménagères font rêver les opérateurs privés. La Tunisie est devenue une vaste déchetterie à ciel ouvert que le tourisme ne tardera pas à fuir si rien n’est fait. En attendant Véolia, l’Etat tunisien depuis dix ans, faire semblant d’agir en distribuant des ballets de branchage aux éboueurs.

Mais le secteur le plus prometteur de cash est celui de l’immobilier pour le troisième âge européen.
De tout le bassin méditerranéen, le tunisien est le moins cher. A mille euros le mètre carré, vous foulez le marbre de votre salon en regardant la mer. Rapport qualité/prix imbattable. La marina d’Hammamet est dix fois plus abordable que la Grande Motte ! Pour le prix d’une cabane de cantonnier dans le Lubéron vous pouvez acquérir un diar de rêve dans la Médina de Tunis ou de Bizerte. Sur la futur Riviera du Jasmin, des zones entières de paradis vierges attendent qu’enfin, les promoteurs-bétonneurs de tous les pays s’unissent.

Gens d’expérience et de sagesse les retraités français l’ont compris. Ils s’installent en Tunisie par milliers. Ils y sont encouragés par une convention fiscale franco-tunisienne signée il y a cinq ans qui leur permet de bénéficier d’un abattement d’impôt de 80% sur leur pension. Oui, vous avez bien lu quatre vingt pour cent. A ce tarif, même Jeannine a accepté de porter le voile !

hyb


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>