COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Haytham Mannaa : « le conflit international sur la solution en Syrie » Paris (...)

Haytham Mannaa : « le conflit international sur la solution en Syrie »
Paris - Nidal Hamadé

mercredi 12 septembre 2012, par Comité Valmy


Les positions internationales à l’égard de la Syrie peuvent être considérées comme « un conflit sur la solution », a déclaré le membre du Comité de coordination national opposant en Syrie Haytham Manna.

Lors d’un entretien à Alintiqad, M. Manna a déclaré que des positions russes soutiennent l’application des résultats de la conférence de Genève, et œuvrent pour aboutir à une solution conformément à ces résultats. Par contre, d’autres pays œuvrent pour résoudre la crise selon leurs propres méthodes. Interrogé sur la position américaine, Haytham Mannaa a déclaré que les États-Unis ont commencé à afficher des signes de coopération et d’approbation sur la solution, soulignant leur « inquiétude de la présence d’al-Qaeda en Syrie ».

« Au nom du Comité de coordination, nous nous rendrons dimanche en Chine sur invitation officielle. Le Chine tout comme la Russie soutient les décisions de la conférence de Genève. Nous allons passer cinq jours là-bas, où nous tiendrons des rencontres avec le ministre chinois des Affaires étrangères, et peut-être avec le secrétaire général du parti communiste chinois », a-t-il expliqué.

Sur le même plan, des sources informées au sein du Comité de coordination ont divulgué les détails de la rencontre parisienne tenue la semaine dernière entre la délégation du Comité et vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov. Le responsable russe a affirmé à la délégation syrienne que les pays occidentaux ont accepté les clauses de la conférence de Genève. « Mais nous ne savons pas la raison pour laquelle ils ont changé d’avis », a-t-il martelé. M. Bogdanov a également répété que la Chine est totalement d’accord avec la Russie sur les clauses de la conférence de Genève. Commentant l’appel au départ du président syrien Bachar al-Assad, Bogdanov a clarifié que l’Occident ne cesse de répéter ce refrain. « Et après ? Quel avenir après Assad ? Pas de réponse. Ils ne présentent pas de solutions à la crise », a-t-il estimé. « La Russie ne pense pas que les options d’intervention militaire occidentale en Syrie sont possibles », a ajouté Bogdanov selon les sources.

Des sources françaises ont affirmé à Alintiqad, que le vice-ministre russe a clairement assuré aux Français que le départ d’Assad du pouvoir est irréaliste et n’aura pas lieu. Il leur a affirmé que le régime syrien est toujours fort et que le soutien armé accordé à l’opposition syrienne ne sert qu’à compliquer la crise au lieu de la résoudre. « Les positions des deux côtés étaient radicalement divergentes envers la Syrie. Les Français ont réitéré leur volonté de voir Assad partir du pouvoir. De son côté, le responsable russe a réitéré la position de son pays devant les responsables français », ont rapporté les sources françaises. Elles ont révélé citant le responsable que le président Assad avait informé les Russes de sa disposition à partir au cas où le peuple élit un autre président par le biais des élections sincères et intègres.

http://french.moqawama.org/essaydetails.php ?eid=7699&cid=284


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>