COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > La France et le spectre du radicalisme islamiste Soraya Hélou

La France et le spectre du radicalisme islamiste
Soraya Hélou

samedi 13 octobre 2012, par Comité Valmy


Voir en ligne : Quand le sayed remet les pendules à l’heure... de la résistance - Soraya Hélou

Il a fallu une attaque à la grenade contre une épicerie casher à Paris, le 19 septembre dernier pour que la France prenne soudain conscience du danger du radicalisme islamique. Les enquêtes ont ainsi mené à la découverte d’une cellule islamiste qui aurait des ramifications en Seine et Marne (près de Paris), au sud (Cannes) et à l’est du pays (Strasbourg). Hier, le procureur de Paris a déféré devant le juge d’instruction 7 des 12 personnes interpellées après la découverte de dépôts de matériel pour la fabrication d’engins explosifs. Le plus étonnant est que d’entre elles comptaient se rendre en Syrie pour accomplir leur devoir de « combattants de l’islam ». Ce n’est d’ailleurs pas tellement cela qui dérange les autorités françaises, mais le fait que ces jihadistes préparaient un attentat sur le territoire français. Brusquement, la France qui se croyait à l’abri, découvre le danger islamiste qu’elle a avec beaucoup de légèreté refusé de voir en Syrie.

La découverte de cette « cellule terroriste d’une dangerosité extrême », selon les termes du procureur de Paris François Molins, coïncide avec une déclaration de l’ancien chef des renseignements français Yves Bonnet dans laquelle il a affirmé que le Qatar et l’Arabie saoudite sont en train de financer le radicalisme en France. Quand on pense que le Qatar et l’Arabie saoudite sont aussi les principaux bailleurs de fonds des jihadistes de Syrie, alors que le Qatar est le principal promoteur de l’idée de donner le pouvoir dans le monde arabe aux Frères musulmans, on comprend mieux à quel point la France joue aujourd’hui avec le feu. D’autant que le Qatar a à plusieurs reprises proposé aux autorités françaises d’investir dans les banlieues des villes françaises à majorité arabe et musulmane. La crise financière qui secoue actuellement l’Europe favorise certes les investissements étrangers et arabes en particulier en France. Mais dans un contexte aussi explosif, ces investissements pourraient s’avérer dangereux pour la stabilité même de la France. C’est la raison pour laquelle un soudain réveil se fait en France et une commission parlementaire a été chargée d’enquêter sur les investissements du Qatar, de l’Arabie saoudite et d’autres pays arabo-musulmans en France. L’achat par le Qatar du club de foot symbolique Paris Saint Germain avait déjà été accueilli par certains milieux avec des grincements de dents. Maintenant c’est la France dans sa totalité qui laisse percer son inquiétude. Elle découvre soudain que flirter avec le radicalisme, même si les problèmes financiers sont multiples est une arme à double tranchant. Tout comme le fait de laisser les médias critiquer les symboles religieux musulmans. Le feu syrien alimenté par la France et l’Occident en général est en train de s’étendre à ses banlieues et la confrontation ne se limite plus géographiquement au monde arabe, plus précisément à la Libye et la Syrie entre autres. Il risque d’enflammer l’Europe qui n’a cessé de pratiquer la politique des deux poids deux mesures avec les Juifs et les musulmans.

Bref, le contexte est devenu explosif pour le monde entier et la politique aventuriste des Occidentaux qui croyaient pouvoir envoyer les jihadistes en Syrie et préserver le calme chez eux est en train de montrer ses limites. On ne joue pas impunément avec la stabilité de pays comme la Syrie et l’argent s’il n’a pas d’odeur a au moins une identité et un objectif. Il va falloir désormais y penser à deux fois avant d’accepter des investissements arabo-musulmans. La France est le premier pays européen à en faire l’amère expérience. Le laisser aller et la politique de l’autruche n’y changeront rien. Ce qu’il faut c’est une conscience efficace des dangers réels et une action en conséquence. Aujourd’hui, la justice française a décidé de réagir. Mais quand on pense que les prisons constituent aussi un environnement favorable au radicalisme musulman, on se pose de nouvelles questions…

Source : moqawama.org


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>