COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Des pigeons aux rapaces en passant par les merles siffleurs Pedro da (...)

Des pigeons aux rapaces en passant par les merles siffleurs
Pedro da Nóbrega

jeudi 18 octobre 2012, par Comité Valmy


Les volatiles de toutes sortes sont décidément très présents sur la scène politique depuis la rentrée. Tout d’abord, l’indécente danse du ventre du Premier-Ministre Ayrault à l’université d’été du MEDEF, accompagnée d’une nuée de ministres venus tous roucouler devant un parterre de patrons pour les rassurer sur le fait qu’en effet, ils n’étaient pas si « dangerous » qu’ils pouvaient en avoir l’air, augurait d’une rentrée placée sous le signe d’un changement de veste mais assurément pas d’orientation. Une sorte de « changement dans la continuité » pour reprendre une formule passée à la postérité.

D’ailleurs les patrons ne s’y sont pas trompés puisqu’ils ont embrayé sur une « bouleversante » campagne où, déguisés en inoffensifs « pigeons » injustement persécutés, ils poussaient dans un appel des cris d’orfraie devant la perspective apocalyptique de devoir contribuer de façon plus significative aux recettes fiscales du pays. On ne doute certes pas que nombre d’entre eux puissent se trouver un penchant migrateur vers des paradis fiscaux, dès lors que se pose l’éventualité de mettre la main à la poche qu’ils gardent toutefois bien garnie, mais de là à vouloir se faire passer pour des tourterelles en voie d’être plumées, il y a un abîme que même leurs ailes de rapaces ne sauraient masquer. Mais cet appel aura permis à leurs nombreux serviteurs médiatiques de développer tout un discours sur l’ingratitude d’un peuple de France qui, jaloux de leur « réussite » en ces temps de crise, se remettrait à cultiver une dangereuse allergie aux riches.

Aurel

Idéal pour renchérir avec un matraquage idéologique, complaisamment relayé par leurs perroquets médiatiques, sur le supposé « coût du travail » en France, qui serait la raison d’un « manque de compétitivité » justifiant l’avalanche de licenciements que subit notre pays depuis des mois. Or, n’en déplaise à ces « Diafoirus » du capital, le travail n’est pas un coût, mais une ressource, et la première source de création de richesse et, à ce titre, elle a, comme toute ressource, un prix. Et l’analyse des inégalités de revenus, tant en France qu’en Allemagne que ces « perruches savantes » baptisés « experts » ne cessent de citer en exemple, montre que la rémunération du travail en reste à la portion congrue eu égard à la richesse créée, comme l’atteste d’ailleurs l’évolution la part de valeur ajoutée consacrée aux salaires par rapport à celle dévolue aux dividendes.

Et même concernant les coûts horaires de la main-d’œuvre, l’institut de conjoncture COE-Rexecode indiquait pour le troisième trimestre 2010 des chiffres de 34,6 euros en France et de 33,5 en Allemagne. Si l’on pondère par les données relatives à la productivité horaire du travail, où la France se situe au-dessus de l’ensemble des pays de l’OCDE, à l’exception de la Norvège, avec une productivité horaire très nettement supérieure à celle que connaissent le Royaume-Uni, l’Espagne, les USA, le Japon et même l’Allemagne, chacun pourra mesurer combien cet argument ne tient pas la route. Mais que les politiques de rigueur salariale et de précarisation sociale aient fait exploser le nombre de travailleurs pauvres en Allemagne est une donnée que passent sous silence nos « petits soldats » du CAC40 : en dix ans, le nombre de travailleurs pauvres en Allemagne a augmenté de près de deux millions, selon une étude de l’Institut du travail de l’Université de Duisbourg-Essen publiée au début du mois. Plus de 6,5 millions de personnes en Allemagne, soit près de 20% des travailleurs, toucheraient ainsi moins de 10 euros brut de l’heure. Parmi eux, 2 millions d’employés gagnent même moins de 6 euros de l’heure et ils sont nombreux, dans l’ex-RDA, à vivre avec moins de 720 euros par mois pour un temps complet. L’opposition de toute évidence ne se pose donc pas entre salariés en France et salariés en Allemagne dans une compétition aveugle où l’on finirait par achever les « chevaux moins performants », mais entre travailleurs et exploiteurs tant en France qu’en Allemagne ainsi que dans toute l’Union Européenne.

On aurait donc pu croire que le nouveau pouvoir en France, élu sous la promesse du changement, aurait trouvé là matière à donner quelque réalité à cette promesse. D’autant plus avec un Président qui avait pris l’engagement pendant sa campagne de renégocier le TSCG, autrement appelé Traité « Merkozy » puisqu’il avait été contacté par les deux leaders d’alors de la droite européenne, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy. Ce qui suffit déjà à disqualifier l’argument opposé par Bernard Cazeneuve, Ministre des Affaires Européennes aux députés du Front de Gauche demandant un référendum sur le Traité quand il leur répond : « une grande consultation populaire a eu lieu qui a conduit les Français à se prononcer pour un Président de la République et pour une majorité au sein de l’Assemblée nationale ». C’est omettre deux points essentiels : le premier est qu’un représentant tire sa légitimité du mandat que lui ont confié les électeurs sur la base des engagements pris par le candidat élu lors de sa campagne ; dès lors qu’il renie un engagement, il ne saurait se prévaloir de cette légitimité. Le second revient à négliger un fait incontournable : sans les près de 4 millions de voix du Front de Gauche, François Hollande n’aurais jamais été élu Président.

Mais la pitoyable reculade de François Hollande lors du sommet européen de juillet dernier face au Nein ferme et définitif de la chancelière allemande, repartant simplement avec un hochet croissance dénué de toute contrainte et pourvu d’une enveloppe budgétaire famélique augurait déjà bien mal de la suite et confirmait le caractère en effet guère « dangerous » pour la finance du nouveau pouvoir français. Il a trouvé une confirmation aussi navrante qu’éclatante avec la ratification parlementaire en catimini de ce Traité, resté identique à la virgule près, et le refus de consulter le peuple par référendum sur un texte qui, pourtant, consacre des abandons majeurs de souveraineté et met la politique économique des pays qui l’ont ratifié sous tutelle des marchés financiers, par le biais d’organismes dénués de toute légitimité démocratique, comme la Commission Européenne et la Banque Centrale Européenne. Avec pour justifier cette volte-face des couplets de rhétorique digne des plus virtuoses merles siffleurs : ainsi, Bruno le Roux, le président du groupe PS à l’Assemblée s’adressant à la droite : « Les interprétations d’un texte peuvent être multiples. La politique que vous avez menée pendant cinq ans et celle que vous vous apprêtiez à appliquer sous les auspices de ce traité sont totalement contraires à ce que nous voulons mettre en œuvre ». D’où l’urgence à ratifier ce texte, cherchez l’erreur !

C’est le député de droite Jean-Louis Borloo qui a d’ailleurs porté l’estocade lors du débat à l’Assemblée en interpellant le Premier-Ministre Jean Marc Ayrault : « Vous allez avec ardeur défendre ce traité paraphé par le président Nicolas Sarkozy. Je rappellerai tout de même ce que vous écriviez le 22 février sur votre blog, où vous dénonciez "le carcan budgétaire concocté par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel et qui étend l’austérité infligée à la Grèce à toute la zone euro" » ! Sans parler de l’hommage sarcastique exprimé par Christian Jacob, président du groupe UMP, lors du vote sur la règle d’or budgétaire induite par ce funeste Traité et défendue par Ayrault : « Monsieur le Premier ministre, vous pouvez, sur ce sujet, compter sur le vote du groupe UMP, favorable au traité lui-même et favorable à la règle d’or. Nous le ferons car nous assumons les choix de Nicolas Sarkozy et les choix de la majorité d’hier », rappelant à cette occasion les déclarations du Premier-Ministre le 21 février 2012, alors en qualité de président du principal groupe d’opposition à l’Assemblée, qui déclarait, péremptoire : "Nous n’acceptons pas d’enfermer les peuples dans une camisole, fût-elle cousue de fil d’or."

C’est donc en toute connaissance de cause que la nouvelle majorité socialiste en France se rend complice de l’institutionnalisation d’une dictature des marchés qui grave dans le marbre des politiques d’austérité socialement dévastatrices et économiquement ineptes, comme le montre la situation de récession dans laquelle elles plongent la plupart des pays de l’Union Européenne. Et pour saluer cette « réussite » si l’on ose dire, le Parlement norvégien n’a rien trouvé de mieux que d’attribuer son Prix Nobel de la Paix à l’Union Européenne ! Là franchement, je trouve que le Parlement norvégien, à qui revient la responsabilité d’attribuer ce Nobel-là, s’est montré trop timoré en n’osant pas aller au bout de sa logique pour récompenser plutôt la BCE, le FMI et la Commission Européenne, qui déterminent de facto, en tout déni démocratique, les orientations majeures des politiques économiques des États de l’Union. Voilà qui n’aurait pas déparé un palmarès qui, de Théodore Roosevelt en 1906 jusqu’à Obama en 2009, en passant par le père du Plan Marshall et Henry Kissinger, peut laisser plus que perplexe.

Il faut croire que les désastres successifs vécus par les gouvernements sociaux-démocrates ayant cautionné cette logique austéritaire tant en Amérique du Sud qu’en Europe n’auront pas suffi pour affranchir le PS français de son carcan social-libéral. Mais la bataille n’est pas achevée pour autant, il faudra qu’elle se développe aujourd’hui sur le terrain des luttes afin de pas se résigner à l’instauration d’un fascisme financier en col blanc. Car dans la mesure où la souveraineté monétaire constitue depuis l’avènement des démocraties modernes un des piliers de la souveraineté populaire et donc un des éléments constitutifs de son essence démocratique, s’opposer par tous les moyens à son abandon devient un devoir légitime et citoyen. Ce que démontrent avec éclat tous les peuples qui aujourd’hui en Europe s’insurgent contre les conséquences de cette logique totalitaire.


Merci à Tlaxcala
Source : http://tlaxcala-int.org/article.asp ?reference=8376
Date de parution de l’article original : 15/10/2012

URL de cette page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp ?reference=8376


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>