COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Les difficultés qui attendent Obama Soraya Hélou

Les difficultés qui attendent Obama
Soraya Hélou

samedi 10 novembre 2012, par Comité Valmy


Le monde entier a poussé un soupir de soulagement avec la réélection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis. Mais en réalité, il n’y a pas vraiment de quoi sauter au plafond de joie. L’ancien nouveau président a certes montré au cours de son premier mandat qu’il s’inscrivait dans une logique de négociation et de refus de la guerre, mais cela ne l’a pas empêché de faire un usage intensif des drones, ces avions sans pilotes manipulés à partir d’une base militaire aux Etats-Unis qui lancent leurs missiles au Pakistan, en Afghanistan et un peu partout dans le monde où les Etats-Unis considèrent avoir des ennemis. Si pour les Américains, l’envoi de ces drones n’est pas considéré comme une guerre puisqu’il n’y a pas de soldats américains sur un sol étranger, pour les pays bombardés c’est la violence la plus totale. De plus, si Obama a réellement retiré ses soldats d’Irak et s’il a amorcé le processus de retrait d’Afghanistan, il n’est pas forcément prêt à faire la paix dans la région. Une petite phrase dans son discours de la victoire est passée quasiment inaperçue alors qu’elle est de la plus haute importance. Obama a en effet promis aux Américains de faire en sorte de briser la dépendance de son pays par rapport à l’énergie traditionnelle. Ce qui signifie en clair qu’il va œuvrer en faveur de l’extraction du gaz de schiste qui devrait, selon les estimations, combler les besoins énergétiques des Etats-Unis d’ici dix ans. Ce qui augure de lendemains peu chantants pour les émirats du Golfe et pour le royaume wahabite qui ont bâti leur influence et leur fortune sur l’achat par les puissances du monde de leur pétrole. En voulant donner aux Etats-Unis une autosuffisance énergétique, Obama cherche aussi à leur donner plus de liberté sur le plan politique, dans la gestion des affaires du monde. Ce projet ambitieux ne devrait pas s’achever rapidement mais si Obama tient parole, il aura lancé un processus qui va changer l’attitude des Etats-Unis et leur rôle dans le monde.

De plus, s’il est clair que le président américain avait au cours des derniers temps, une attitude plutôt réservée au sujet du dossier syrien, il se pourrait qu’il soit de plus en plus conscient du danger que représente pour les Américains la montée en puissance des extrémistes musulmans dans la mouvance d’Al Qaëda. Mais cela ne signifie pas qu’il sera plus conciliant avec l’axe de la résistance qui continue à être une cible privilégiée pour les Etats-Unis et l’Occident en général.

En réalité, la vague de satisfaction à la suite de la réélection de Barack Obama est plus causée par la crainte de l’arrivée d’un nouveau va-t-en-guerre comme George W Bush à la Maison Blanche par le maintien d’Obama. Ce dernier a en effet beaucoup de problèmes à régler. En tête, la crise économique, mais aussi le blocage de la Chambre des députés qui continue à être contrôlée par les Républicains, et surtout l’attitude d’"Israël" qui veut à tout prix lancer une attaque contre l’Iran. Cela fait beaucoup de difficultés à gérer… et montre à ceux qui avaient encore des illusions, que la cause palestinienne reste le dernier souci du monde occidental et malheureusement, n’est plus la priorité des Arabes.

Source :moqawama.org


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette