COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Le président al-Assad : La Syrie va de l’avant pour faire réussir le dialogue (...)

Le président al-Assad : La Syrie va de l’avant pour faire réussir le dialogue national parallèlement avec la lutte contre le terrorisme
Agence SANA

samedi 24 novembre 2012, par Comité Valmy


Damas 23 Nov 2012 - Le président Bachar al-Assad a examiné aujourd’hui, vendredi, avec M. Ali Larijani, président du Conseil iranien de la Choura, et la délégation qui l’accompagne, les derniers développements dans la région, précisément après l’échec de l’agression israélienne contre Gaza et la grande victoire de la résistance palestinienne sur cette agression.

Les deux parties ont affirmé l’attachement de la Syrie et de l’Iran à la ligne de la résistance dans la région et leur détermination à la soutenir et à la renforcer sur tous les plans.

Le président al-Assad a discuté aussi avec M. Larijani la situation en Syrie. A ce stade, M. Larijani a fait l’éloge de l’administration sage par la direction syrienne de la crise que traverse la Syrie, affirmant que la République Islamique iranienne se tient aux côtés de la Syrie résistante et ferme face aux plans tramés contre la région.

Le président al-Assad a apprécié l’attachement de l’Iran à aider le peuple syrien et à soutenir le dialogue politique en Syrie et les efforts qu’il déployait dans ce sens, entre autre la tenue de la conférence du dialogue national syrien à Téhéran.

"La Syrie allait de l’avant pour faire réussir le dialogue national parallèlement avec la lutte contre le terrorisme qui voulait ébranler la sécurité et la stabilité en Syrie et dans l’ensemble de la région", a assuré le président al-Assad.

Les deux parties ont mis l’accent sur leur attachement à renforcer les relations bilatérales dans tous les domaines et à poursuivre la consultation et la collaboration concernant les questions de la région.

A cette rencontre ont pris part le président de l’Assemblée du peuple, Mohammad Jihad al-Laham et l’ambassadeur d’Iran à Damas.

Parlant aux journalistes au terme de l’audience, et en réponse à une question sur la visite de M. Larijani en Syrie dans les circonstances actuelles, le président al-Assad a dit : "Il ne s’agit pas d’une visite extraordinaire, les contacts sont permanents entre nous et les responsables iranien à tous les niveaux. Mais quand est-ce que la visite soit au niveau d’un chef de Parlement, on se met à une valorisation de l’ensemble des rencontres précédente surtout avec les circonstances qui allaient à grande, allure, et dont la dernière était l’agression israélienne sur Gaza".

"L’agression israélienne contre Gaza a occupé une grande partie des concertations aujourd’hui avec M. Larijani", a précisé le président al-Assad . Le président al-Assad, notons, avait examiné, le 19 septembre, avec Ali Akbar Salihi, ministre iranien des affaires étrangères, les derniers développements de la crise en Syrie, et le renforcement de la coopération bilatérale dans tous les domaines pour que les deux peuples, iraniens et syriens, puissent surmonter les difficultés et les sanctions unilatérales injustes imposée aux deux pays.

De son côté, Larijani a qualifié d’ "importants et très bons" ses entretiens aujourd’hui avec le président al-Assad, "notamment en ce qui concerne les événements en Palestine et la grande victoire réalisée par le peuple palestinien", se disant satisfait des entretiens qui avaient pour sujet la Palestine et les moyens d’aider le peuple palestinien, et appréciant le rôle de la Syrie et du gouvernement syrien qui s’étaient toujours tenus aux côté de la résistance palestinienne.

"Au moment où certains pays de la région avaient peur d’envoyer une seule balle aux Palestiniens, le gouvernement et le peuple syriens mettaient toutes les possibilités à la disposition du peuple palestinien, et c’est cela qui a mené certains pays de la région à envoyer des groupes terroristes en direction de la Syrie", a-t-il dit.

"Nous avions dit que le gouvernement et le peuple syriens assumaient dans l’affrontement de l’entité sioniste un rôle pionnier et important qu’il ne faut pas affaiblir. Et si réformes vous recherchez, cela ne se fait pas par l’envoi des armes mais par le dialogue politique".

Rédaction française


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>