COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > La démonstration chypriote : L’euro-dictature est définitivement (...)

La démonstration chypriote :
L’euro-dictature est définitivement anti-économique
Les européistes aux abois, à la recherche de la confiance perdue
Décap’ Actu

jeudi 21 mars 2013, par Comité Valmy


Il suffit que l’Allemagne et sa troïka imposent au conseil européen le vote unanime d’une massive confiscation d’avoirs bancaires à Chypre, pour qu’éclate au grand jour la vérité :
L’union européenne est incompatible avec les notions essentielles de l’économie, de la civilisation, de la démocratie. Depuis cette tentative ratée de vol dans les banques chypriotes, aujourd’hui, la confiance indispensable à toute activité bancaire n’existe plus à Chypre, et par extension, dans toute l’eurozone.

Les banques chypriotes restent fermées. Initialement prévues ré-ouvrir mardi 19 mars, puis jeudi 21, elle annoncent maintenant qu’elles seront fermées jusqu’au mardi 26, dans l’espoir qu’un plan B puissent être mis en place - ou au moins annoncé - avant ce report. Car la tentative de braquage opérée par l’Union européenne n’a que pour seule conséquence qu’une perte de confiance, entrainant une fuite des capitaux qu’il s’agissait de confisquer pour se plier au diktat germano-européiste.

euro-banksters en arroseurs arrosés

L’idée de confisquer près de 10% des comptes en banque chypriotes est si stupide que personne n’ose en assumer la paternité. Merkel et Schauble se sont dissimulés derrière le vote unanime - et honteux - du conseil européen.
L’hypothèse qu’il s’agissait simplement de discréditer la place financière de Chypre, notamment auprès des investisseurs russes doit être sérieusement envisagée, notamment dans la perspective de la rivalité entre l’Allemagne et la Russie sur gisements de gaz chypriotes.

Mais le triomphe de la vérité est le grand imprévu pour ces comploteurs germano-européistes : la démonstration magistrale est faite que économies qui restent soumises à ce genre d’euro-diktats ne peuvent garantir la sécurité des dépôts bancaires.

A l’inverse, si ces chypriotes, après avoir été capables de faire ce magnifique bras d’honneur, parviennent à résister à toute nouvelle tentative de braquage, à terme, la confiance dans leurs banques pourrait même en sortir grandie !

La tentative de braquage des banques chypriotes par la troïka n’aura, au final, pour résultat que de ruiner définitivement la confiance dans banques européennes susceptible de voler les avoirs de leurs clients, sur injonction européenne. L’indispensable confiance en l’activité bancaire n’existe plus en zone euro. Par là-même, c’est la confiance dans l’euro-système qui est sérieusement compromise.

Cette confiance peut-elle revenir ?

Quand on est pris en flagrant délit de confiscation d’avoirs, d’atteinte aux principes de propriété privée et de sécurité bancaire, le retour à la confiance passe obligatoirement par un changement de direction à 180°. Ce changement radical est précisément ce que européistes sont totalement incapables d’opérer. Ils ne savent que s’enferrer dans leurs dogmes et leurs mensonges et fuir en avant vers le « toujours plus d’intégration européenne » en dehors de toute logique juridique, démocratique et économique.

Pour que la confiance revienne, il faudrait au contraire accepter la vérité et l’évidence : les économies européennes divergentes ont impérativement besoin de monnaies différentes qui s’apprécient et se déprécient librement, selon lois normales de l’économie. Et aucune activité bancaire ne peut prospérer si un pouvoir politique prétend être en droit de procéder à des confiscations sur les comptes des déposants.

CONCLUSIONS

1. Le tragi-comique épisode chypriote restera dans l’Histoire comme un grand pas en avant vers la libération des Nations de l’euro-dictature en déconfiture.

2. Cet épisode sera une pièce maîtresse du dossier d’accusation du procès à venir des euro-truands, dès que la Démocratie et la Justice auront été rétablies en Europe. Le plus tôt sera le mieux. (« the sooner, the better » comme conclut Nigel Farage)

Décap’ Actu


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>