COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > Dixit le Pape François : « Les mensonges dont on se sert » Par Ahmed (...)

Dixit le Pape François :
« Les mensonges dont on se sert »
Par Ahmed Halfaoui

mardi 10 septembre 2013, par Comité Valmy


Dixit le Pape François :
« Les mensonges dont on se sert »

Dimanche 8 septembre, le pape François a dit les mots qu’il fallait et qui ont été très peu repris par la presse mondialisée. Des mots qu’il n’a pas dû prononcer à la légère. Lui qui doit avoir été destinataire de toutes les " preuves " et autres " arguments " du banditisme mobilisé contre la Syrie.

Après avoir appelé, la veille, ses ouailles catholiques à prier pour la paix, il a mis les pieds dans le plat.
Pour lui, la solution à la crise syrienne " implique, entre autres, de dire non à la haine fratricide et aux mensonges dont on se sert, à la violence sous toutes les formes, à la prolifération des armes et à leur commerce illégal".

De toute la phrase, les mots " mensonges dont on se sert " n’ont pas beaucoup filtré dans les articles de journaux ou dans les infos en continu. Et pour cause, ces mots sont faits pour gifler ceux qui brandissent toute honte bue la thèse de l’utilisation du gaz sarin par l’armée syrienne, contre des enfants.

Venant du souverain pontife, ils resteront dans l’histoire et marqueront, s’il en faut, l’infamie des barbares qui veulent gouverner le monde, sur les cadavres des plus faibles, de ceux qu’ils ont classés dans l’infra-humanité. Le pape a aussi évoqué " la guerre commerciale pour vendre des armes ", une façon de confirmer le peu de cas qu’il fait de la propagande qui parle de " droits de l’homme " et de " punir " le " régime de Bachar Al Assad ".

Ce faisant, le chef des catholiques s’est dédouané du crime qui va être commis et se démarque des va-t-en-guerre qui n’hésitent pas, en apparence, à prendre le risque de précipiter la planète dans un cataclysme aux conséquences apocalyptiques.

Il faut dire, à ce propos, que la barbarie n’arrive plus à mobiliser au-delà de ce qui est permis. La mémoire des deux dernières guerres mondiales doit avoir beaucoup joué dans la tête, aussi bien de certains dirigeants que dans celle des simples gens. A la réticence de leur opinion publique et de leurs vassaux les plus puissants, à l’exception du très " socialiste " président français, les dirigeants étatsuniens voient s’ajouter le déni de légitimité émis par le Vatican à l’égard des gesticulations de Barak Obama.

Autre effet à attendre du geste du pape, celui qui se fera sentir sur les chouyoukhs d’Aljazeera et de ses consœurs du Golfe. Ces prédicateurs, de l’impérialisme " mécréant ", auront du mal à se dépêtrer des critiques qui ne manquent pas de leur tomber déjà sur la tête. Ils auront du mal à affronter la position du grand " Cheikh " de l’autre camp qui rameute contre eux et leurs maîtres les chrétiens du monde entier.

Une ironie comme seule l’histoire sait en faire. L’incarnation du " mal " qui se trouve dans le camp du " bien ", alors que les Al Qaradhaoui et consorts sont dans le camp du " mal ".
Décidément le " printemps " dit arabe, n’a pas fini de livrer tous ses fruits et de mettre fin à un grand nombre d’équivoques, toutes aussi pesantes les unes que les autres. Et par-dessus tout cette alliance de fait entre l’Occident prédateurs et ses supposés pourfendeurs.

http://www.lesdebats.com

Par Ahmed Halfaoui


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>